Ce rapport fait suite à la performance de cinq études évaluant la performance des services mobiles de voix et de données (Internet) et de la couverture GSM (2G), UMTS (3G) et LTE (4G) fournie par Meo (Altice Portugal), NOS et Vodafone Portugal en Alentejo , Algarve, Zone métropolitaine de Lisbonne (AML), Centre et Nord, publiées tout au long de 2020 et 2021.

«L’étude de synthèse du territoire continental a désormais rendu public les résultats de l’agrégation des informations collectées dans ces études partielles», précise l’Autoridade Nacional de Comunicações (Anacom), qui souligne que les systèmes de communications mobiles des opérateurs analysés «présentent, sur Radio GSM moyenne, bonne couverture et couverture radio UMTS et LTE adéquate ».

Cependant, «il existe des performances différentes entre les typologies de zones urbaines, avec des performances moins bonnes dans les zones à prédominance rurale, et parmi les opérateurs, en particulier les plus mauvaises performances de Meo et NOS, en UMTS et en LTE, tandis que Vodafone, que dans la plupart des indicateurs analysés dans l’étude, il enregistre les meilleures performances, présente une moins bonne performance en GSM », lit-on dans le document.

«La couverture radio présente une certaine variabilité, en observant des niveaux de signal de qualité« Très bonne »ou« Bonne », mais aussi d’autres en dessous des paramètres appropriés, en particulier des niveaux significatifs de couverture radio« mauvaise »ou« inexistante », notamment en UMTS et LTE dans les zones à prédominance rurale », ajoute-t-il.

Le service vocal «présente une bonne performance globale chez tous les opérateurs», même si dans les zones à prédominance rurale il y a «une dégradation marquée des performances de ce service, notamment en ce qui concerne les capacités d’établissement et de rétention des appels».

En ce qui concerne le service de données, en transfert de fichiers, «il y a une bonne performance globale, observant quelques différences entre les opérateurs et, plus accentuée, entre les typologies des zones urbaines».

La capacité à établir et à conserver des sessions de transfert de fichiers, «en ‘téléchargement’ et en ‘upload’, présente une dégradation marquée dans les zones à prédominance rurale, notamment chez l’opérateur Meo», indique le rapport publié aujourd’hui.

«Il y a également une détérioration significative de la vitesse de transfert de fichiers dans les zones à prédominance rurale, les valeurs moyennes étant d’environ la moitié de celles enregistrées dans les zones à prédominance urbaine», souligne l’étude, soulignant que «cet indicateur présente des variabilité, en observant des valeurs maximales de 249,90 Mbps et 64,49 Mbps, respectivement en «téléchargement» et «upload», et des valeurs minimales inférieures à 0,013 Mbps, qui rendent difficile voire impossible la transmission des données dans des conditions appropriées ».

Les services de navigation Internet, le «streaming vidéo» sur youtube et la latence de transmission de données «affichent des performances inférieures, par rapport au transfert de fichiers, observant également certaines différences entre les opérateurs et les typologies de zones urbaines», étant que, «en général, l’opérateur Meo et le les zones rurales enregistrent les pires performances ».

Selon le rapport, les résultats «montrent les asymétries» entre Norte, Centro, AML, Alentejo et Algarve.

Ainsi, de manière globale, «on observe une meilleure performance des services et une meilleure couverture des réseaux mobiles dans la LMA, suivie par les régions du Nord et de l’Algarve», tandis que «à l’extrême opposé, avec les pires performances, se trouvent le Centre et régions de l’Alentejo ».

Dans le cadre des cinq études, 4 791 appels vocaux ont été effectués, 32 005 sessions de données et 2 901 215 mesures de signaux radio, correspondant à environ 1 597 appels vocaux, 1 778 sessions de données et 322 357 mesures de signaux radio, par indicateur et opérateur, avec «1 547 kilomètres de tests étaient couvertes ».

Anacom souligne « que la lecture des résultats doit prendre en compte la nature dynamique et l’évolution permanente des systèmes de communication mobile ».

ALU // CSJ