«Eliete – A vida normal», publié au Portugal en 2018 par Tinta-da-China, est l'un des 15 romans étrangers inclus dans la première liste de candidats publiée par l'organisation du Prémio Femina.

Le roman de Dulce Maria Cardoso «Eliete – la vie normale» a été édité en France aux Editions Chandeigne, avec traduction par Elodie Dupeau.

Lundi soir, outre les romans étrangers, les 18 premiers romans français de la liste des candidats au prix Femina de cette année ont également été publiés.

Les prochaines listes de candidats seront annoncées en octobre et les gagnants seront annoncés le 3 novembre.

Le Prix Femina a été créé en 1904 par 22 employées du magazine féminin La Vie Heureuse et a toujours eu un jury composé exclusivement de femmes, pour protester contre le jury du Prix Goncourt, composé uniquement d'hommes.

En 1985, le Prix Femina Étranger a été créé, qui a déjà distingué des auteurs tels que Javier Marias, Antonio Muñoz Molina, Richard Ford, Sofi Oksanen, Ian McEwan, Julian Barnes et Joyce Carol Oates.

En 1990, Vergílio Ferreira a remporté le prix Femina Étranger avec la traduction française de «Aparição».

«Eliete – Une vie normale» se concentre sur une femme d'âge moyen, caractérisée par la moyenne en tout, mariée et mère de deux filles, agent immobilier, qui se sent insatisfaite de la vie et du mariage, et qui, à la recherche de le changement – déclenché après l'hospitalisation de la grand-mère, avec des signes de la maladie d'Alzheimer – se tourne vers les conquêtes via internet et les réseaux sociaux, qui dans le roman ont un rôle central.

«La grande difficulté de ces temps est de faire coïncider le moi numérique avec le moi réel et de surmonter le fait que nous sommes toujours évalués», a déclaré l'écrivain dans une interview à l'agence Lusa, en 2018, lors de l'édition «Eliete – A vida Ordinaire".

Un "comme" fait plus ou moins toujours une brèche, "parce que les" j'aime "sont désormais les paumes de l'ancien, c'est une façon de dire" je t'aime "," tu vas bien ", et nécessite toujours une comparaison avec les autres , qui a plus de likes et qui a plus de commentaires ».

C'est une réalité qui ne peut être ignorée, car «la vie éditée est aussi la vie» et la grande difficulté est de la réconcilier avec la vraie vie.

Dans le roman, Eliete commence à répéter les trahisons de son mari à travers le réseau social Tinder, une idée à travers laquelle l'auteur explore le dilemme de la trahison et de l'adultère réel et virtuel.

Le roman commence par une référence à Salazar et se termine par une lettre du dictateur, qui laisse le développement de l'intrigue ouverte dans le volume suivant.

L'idée de ce caractère inhabituel est née de la question de savoir qui est cette génération après le 25 avril, et quel pays est-ce qui est resté de la révolution qui a fait tomber la dictature.

La grand-mère d'Eliete et sa démence jouent également un rôle fondamental dans l'histoire, d'une part, pour une question métaphorique, car elle a plus ou moins l'âge des années venues de la Seconde Guerre mondiale, et symbolise la démence qui souffre. «Corps social», qui, oublié de la guerre, s'est rapidement laissé entraîner par le fascisme.

En revanche, la situation clinique de la grand-mère reflète l'inquiétude de l'auteur face à l'incapacité physique et financière des familles à s'occuper des personnes âgées et au manque de réponses sociales aux situations de dépendance en fin de vie: «Je commence par ne pas comprendre pourquoi nous ils veulent tellement prolonger la vie, si ensuite ils ne savent pas quoi faire de nous ».

JRS (AL) // MAG