La pandémie de covid-19 a provoqué des difficultés pour les zungueiras (vendeurs ambulants angolais) dans l'exercice de leur activité, avec un impact principalement sur la satisfaction des besoins de base, a révélé une étude publiée aujourd'hui à Luanda.

La recherche qualitative, sur «l’impact du Covid-19 sur la vie des femmes de Zungueiras à Luanda», a été préparée par l’Observatoire du genre Association des observatoires des politiques publiques (ASSOGE).

Le document, auquel l'agence Lusa a eu accès, indique que la pandémie a causé des difficultés à l'activité des zungueiras en termes de clients, d'acquisition de biens et de ventes, entre autres.

Les difficultés de mobilité ont eu un impact significatif sur l'exercice de son activité, soit en raison du manque de transport, soit en raison des heures et jours limités de ventes et / ou de clôtures sanitaires.

Les premiers cas de covid-19 en Angola ont été enregistrés en mars, lorsque le chef d'Estadi a décrété l'état d'urgence, avec plusieurs prolongations, imposant diverses mesures pour prévenir et combattre la pandémie, y compris la barrière sanitaire nationale et Luanda, la capitale du pays, foyer de la maladie.

L'étude révèle également que les changements de l'environnement des affaires dus à la pandémie ont mis encore plus de stress sur les femmes, avec des cas de chômage parmi leurs partenaires, avec des pertes variant entre 50 et 85%.

«La diminution de la marge bénéficiaire a intensifié les conditions de vie précaires des zungueiras et de leurs familles», souligne le rapport, établi entre le 22 juin et le 31 juillet.

Selon l'étude, la plupart des zungueiras, qui vivent principalement dans les zones périurbaines, vendent de la nourriture, vivent en union de fait (34%) et leurs maris contribuent financièrement au ménage.

En ce qui concerne les relations avec les autorités, les recherches indiquent que cela se produit principalement au contact des inspecteurs et de la police, dont l'action a été décrite comme la plus habituelle – violence, saisie de biens, détention ou paiement d'argent (corruption).

Les personnes interrogées n'ont pas directement attribué les mesures du gouvernement à leur état actuel, mais à la maladie, reconnaissant qu'elles "garantissent la prévention de la maladie et protègent la population".

D'un autre côté, ils se sont plaints que les informations diffusées sur la prévention de la covid-19 se concentrent uniquement sur la prévention de la contagion, et non sur la façon de survivre à la maladie, bien qu'ils aient fait preuve de sensibilité à suivre les directives.

L'étude a cherché à comprendre l'impact du covid-19 sur la vie des punaises femelles, à Luanda, entre les mois de mars et mai.

Parmi les mesures de prévention et de lutte contre la pandémie imposées par les autorités, se détachent la barrière sanitaire nationale, l'interdiction de circuler et de rester sur la voie publique, l'utilisation obligatoire d'un masque, la distance physique, le lavage des mains, l'interdiction des célébrations publiques et la séquestration, parmi d'autres, à savoir des jours de vente limités sur les marchés officiels et dans la rue.

L'Angola a enregistré jusqu'à présent 3 569 cas positifs de covid-19, dont 139 sont décédés, 1 332 guéris et 2 094 actifs, dont un est dans un état critique, sous ventilation mécanique invasive, 17 graves, 47 modérés, 60 légers et 1 969 asymptomatiques.

NME / RCR // SR