«La baisse des prix du pétrole et l'impact de la pandémie de Covid-19 ont abaissé les prévisions de recettes fiscales et, pour la première fois, le gouvernement s'attend à ce que le ratio des recettes pétrolières au total tombe à moins de la moitié (48,2%), par rapport à 60,7% de 2019 et 64,7% du budget initial », lit une analyse du département des études économiques de la Standard Bank.

Selon le document, envoyé aux clients et auquel Lusa a eu accès, «les dépenses totales devraient augmenter de 17,9% par rapport à l'année dernière, mais elles sont toujours de 8,6% inférieures aux prévisions du budget initial, avec les dépenses les salaires publics représentant 29,5% du total ».

Dans le commentaire de la présentation de la proposition, faite à Luanda la semaine dernière, Standard Bank dit que "le gouvernement s'attend à ce que l'économie se contracte pour la cinquième année consécutive, en supposant une baisse de 3,6% du PIB face à une expansion de 1, 8% prédits précédemment ».

Dans les graphiques accompagnant la note, la Standard Bank révèle qu'elle s'attend à ce que 2021 soit une nouvelle année de croissance négative, avec une récession de 1,1%.

"L'ajustement des estimations du PIB nominal a entraîné, par conséquent, une détérioration du ratio de la dette publique au PIB, qui devrait passer à 123% cette année, contre 113% en 2019 et 91% en 2018", ajoute le document qui met en garde contre la pression dans ce domaine.

«Le budget révisé place le service de la dette extérieure à 4,5 milliards de dollars, alors qu'il était de 7 milliards initialement, ce qui semble intégrer, au moins partiellement, le résultat de l'adhésion à la Debt Service Suspension Initiative (DSSI) ) et les négociations sur ce sujet avec la Chine », lit-on dans la note signée par l'économiste Fáusio Mussa.

Malgré cela, le ratio du service de la dette aux recettes devrait passer de 112,4% dans le budget initial à 128,8% dans l'examen présenté la semaine dernière.

La détérioration du scénario économique implique également un déséquilibre budgétaire, le gouvernement angolais s'attendant désormais à un déficit de 4%, ce qui se compare à la prévision d'un excédent de 1,2% du PIB.

La balance des paiements devrait également évoluer vers un terrain négatif, passant de 6,1% en 2019 à -4,2% cette année.

"L'anticipation de déficits jumeaux est largement attribuable aux perspectives sombres attendues dans le secteur pétrolier, le budget supposant un prix de 33 $ le baril, ce qui se compare aux 55 $ précédemment prévus", ajoute le document.

La proposition révisée OGE 2020, présentée par l'équipe économique dirigée par le ministre d'État à la Coordination économique, Manuel Nunes Júnior, résulte de l'ensemble des mesures économiques présentées, en avril dernier, par le gouvernement pour faire face à la crise économique et financière actuelle aggravée par pandémie causée par le nouveau coronavirus.

"Compte tenu du fait que l'un des effets de cette crise a été la réduction drastique qui s'est produite sur le marché international du pétrole, le prix a considérablement baissé, et donc les revenus du pays ont également diminué de manière significative", a déclaré le ministre cette semaine. dernier.

L'Afrique a désormais enregistré un demi-million de cas de covid-19 et le nombre de morts est passé à 11 955, plus 333 au cours des dernières 24 heures, selon les données les plus récentes sur la pandémie du continent.

Selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies de l'Union africaine (CDC Afrique), le nombre de personnes infectées est passé à 508 086, soit une augmentation de 16 336 au cours des dernières 24 heures, tandis que le nombre de guérisons est désormais de 245 068, plus 8 702.

L'Angola compte 386 cas confirmés de covid-19 et 21 morts.

Le premier cas de covid-19 en Afrique est apparu en Égypte le 14 février et le Nigéria a été le premier pays d'Afrique subsaharienne à signaler des cas d'infection le 28 février.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 539 000 morts et infecté plus de 11,69 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

MBA (DYAS) // PJA