Le métier de trader, dans ses différentes acceptions, a beaucoup évolué ces dernières années, principalement en raison de l’adoption rapide de la technologie. Et ces changements ne s’arrêteront pas. Au contraire, ils ont tendance à s’accélérer. Cependant, même si la technologie – et les données qui y sont associées – est là pour rester, la touche humaine du trader ne sera jamais remplacée et continuera à faire la différence.

C’était l’une des principales conclusions de l’événement « Trader of the Future », qui a réuni ce vendredi des spécialistes des domaines de l’énergie et de la banque et qui fait partie de la série New Ways of Working, de NTT Data Portugal. EXAME – dont le directeur, Tiago Freire, a assuré la modération – s’est joint à cette discussion, qui avait un format hybride en classe et aussi une assistance à distance.

Berto Martins, responsable EDP des marchés de l’énergie ; Gareth Morris
Responsable du négoce de matières premières NTT DATA UK ; Tiago Lopes, responsable des marchés Portugal Santander ; et Marc Garay, Head of Corporate & Investment Banking NTT DATA EMEAL.

Concernant le profil du trader, en général, Gareth Morris a souligné quelques caractéristiques importantes, en tant que professionnel : « J’aime suivre la thèse de Warren Buffet, sur les trois traits importants : énergie, intelligence et intégrité. Si nous avons les deux premiers mais pas le dernier, ces deux premiers n’ont pas d’importance ». Dans votre équipe, le parcours de formation n’est pas le plus important et est même assez varié, tant que la personne apporte ces caractéristiques personnelles qui peuvent ensuite être complétées dans l’entreprise. « Dans mon équipe, j’ai un géologue, un ingénieur chimiste, un philosophe et un historien de l’art », a-t-il expliqué. Et « c’est vraiment une méritocratie. Si tu es bon, tu peux monter très vite ».

Marc Garay traite depuis plus de 20 ans avec des commerçants de diverses institutions, et il pointe les caractéristiques qu’il décèle en eux. « Ils sont déterminés, car ils doivent prendre des décisions lorsque le marché est en ébullition ; beaucoup sont courageux, ce qu’il faut être jusqu’à un certain point, sans exagérer ; ils sont résilients, car les marchés sont difficiles et il y a parfois de mauvais jours et il faut être prêt pour la journée à venir ; et enfin ils doivent être dignes de confiance et dicter leur comportement selon les normes les plus élevées ».

Tiago Lopes et Berto Martins ont expliqué un peu leur activité et quelle est leur contribution non seulement à leurs entreprises – Santander et EDP – mais aussi à la société en général. La liquidité du marché, la couverture des risques et le transfert de l’épargne vers l’investissement sont les points forts du domaine financier, tandis que dans le domaine des services publics, l’accent est mis sur l’efficacité de l’ensemble de l’écosystème, sur la livraison des produits (comment l’énergie atteint les usines et nos maisons) et le coût pour le consommateur.

Tous les intervenants ont mis l’accent sur la manière dont l’intégration progressive de la technologie dans les processus a modifié le métier de commerçant, notamment dans des domaines tels que la cybersécurité – de plus en plus essentielle – et dans la collecte et surtout le traitement des données, afin de permettre une décision plus rapide et mieux informée. Marc Garay souligne également que cette introduction de la technologie a conduit les commerçants à trouver de nouvelles compétences mais a également ouvert la porte à d’autres attitudes professionnelles qui gagnent en importance, comme l’écoute du client et ses besoins spécifiques.

De gauche à droite : Tiago Freire, Berto Martins, Marc Garay, Tiago Lopes et Gareth Morris

Et à quoi ressemblera le trader du futur ?

« Mon point de vue personnel est que le commerçant du futur sera moins centré sur l’intérieur, moins sur le produit, et plus sur l’extérieur, sur le client, apprenant à mieux connaître ce qui fait la différence pour les clients, plus qu’une simple différence de prix » se défend-il Marc Garay.

Pour Berto Martins, l’avenir s’explique par une métaphore de la Formule 1. « Maintenant, les entreprises de ce secteur ont toutes de bonnes solutions, comme s’il s’agissait d’une course où les voitures se ressemblent toutes plus ou moins, avec quelques légères différences, mais la vraie différence est dans le pilote. A l’avenir, les voitures seront autonomes », ce qui change la donne. Mais, poursuit Berto, « nous avons encore besoin d’ingénieurs en arrière-plan, affinant tous les paramètres de la voiture, pour qu’elle aille plus vite et gagne la course. Ce sera le rôle du négociant en énergie à l’avenir.

Gareth Morris, de son côté, met en avant les avancées de l’informatique quantique, qui feront que le trader aura presque un « jumeau numérique ». Il appartiendra à ce « jumeau » de tracer tous les scénarios basés sur des données, extrêmement rapidement, et ce sera au commerçant de prendre la décision, en fonction de son expérience et de ses connaissances accumulées. Tiago Lopes pense que, en partie, ce monde est déjà là : « une partie de nos équipes programme et travaille avec des algorithmes, et ils aiment vraiment le faire, et ils fournissent toutes les informations nécessaires. Le reste de l’équipe fait la négociation et remet toujours en question la première partie, demandant plus de scénarios et d’explications, pour prendre la décision ». « Il y a vingt ans, nous avions peut-être un bureau de négociation avec 20 commerçants, et maintenant nous pouvons le faire avec moins de personnes. Mais ceux qui sont là aiment vraiment ce qu’ils font et nous utilisons les meilleures caractéristiques de chacun d’eux », a conclu le responsable de Santander.

Enfin, une note pour attirer l’attention du marché. Comme pratiquement tous les domaines d’activité, le négoce est aussi en lutte pour attirer les talents. Et, là, il faut savoir contrecarrer la mauvaise image que peuvent avoir les entreprises bancaires ou énergétiques et présenter un récit qui attire les nouvelles générations, ainsi que mettre en avant tout le côté positif de transformation que ces activités peuvent apporter à la société.

Voir la session complète ci-dessous: