L'initiative consiste à amener des groupes de visiteurs sur ce territoire du district de Guarda, ne dépassant jamais 20 personnes, afin de préserver la distance de sécurité, en cette période de pandémie, afin qu'ils puissent visiter les attraits de l'art paléolithique dans la vallée de Côa, plus de 30 000 ans, ainsi que toute la collection extérieure du parc archéologique et du musée Côa.

«En quelques jours, nous avons déjà réalisé la moitié des inscriptions de visiteurs prévues. S'il y a une demande et un intérêt, il sera possible d'étendre le programme à ce territoire au patrimoine unique », a déclaré le président du CEL, Luís Celínio, à Lusa.

Le CEL, en partenariat avec la Fondation Côa Parque, procédera à une expérience hebdomadaire de rassemblement de groupes de 16 à 20 personnes tous les deux jours pour visiter et visiter la vallée de Côa.

Dans les semaines du 20 au 25 juillet et du 8 au 13 août, le CEL, basé dans la ville de Guarda, compte atteindre environ 120 visiteurs répartis en groupes n'excédant pas 20 personnes.

"La situation préoccupante à laquelle fait face le tourisme, notamment dans les régions du Nord et du Centre, exige que chacun, dans son domaine spécifique, fasse mieux et différemment pour lutter contre l'incertitude et favoriser un retour à la normalité dans les meilleurs délais", a déclaré le chef de la CEL. .

Le président de la Fundação Côa Parque, Bruno Navarro, a déclaré que l'objectif de ce partenariat est une sorte de décalage culturel et touristique dans la vallée de Côa à l'époque de la covid-19.

"Cette mesure s'inscrit dans la stratégie de la Fondation pour attirer de nouveaux partenaires qui ont l'intention de montrer ce que la région a à offrir, que ce soit dans le domaine du patrimoine culturel et environnemental, ou en termes de produits endogènes", a-t-il souligné.

L'équipe d'accueil et de billetterie ainsi que la capacité logistique du Museu do Côa (MC) ont été renforcées afin que les visiteurs soient accueillis selon les règles édictées par la direction générale de la santé (DGS), pour ce type d'équipements culturels.

Le projet était accompagné de la secrétaire d'État à la Valorisation de l'intérieur, Isabel Ferreira, qui a déclaré que cette action est un moyen de relier l'économie à la science, puisque plusieurs projets de recherche sont en cours à Vale do Côa.

«Les projets sont liés à l'archéologie et à l'art rupestre, mais aussi à d'autres aspects tels que le changement climatique ou l'agriculture. Ce sont ces partenariats qui conduisent à un véritable dynamisme socio-économique dans les territoires », a souligné le ministre.

Ce partenariat est, pour le secrétaire d'État, un moyen de diffuser les composantes «d'un territoire très riche sous différents aspects et qui se révèle être un exemple dans le domaine transfrontalier, en ce qui concerne l'art rupestre.

Selon les promoteurs, ce projet a été développé et préparé en collaboration avec le Musée Côa, le Longroiva Hotel & Termal SPA, la cave Quinta Vale d'Aldeia et la Quinta da Ervamoira, «des espaces qui apprécieront la présence des visiteurs et qui ont objectif de tirer parti de l'économie locale en assurant de petits groupes qui, conformément aux règles du DGS, occuperont un logement, mangeront et visiteront des musées ».

Pour le maire de Foz Côa, Gustavo Duarte, c'est une façon de ramener les gens dans la municipalité après que l'interrègne a provoqué une réponse au risque de contagion de la covid-19.

"En ces temps de pandémie, c'est une façon d'ouvrir une municipalité aux touristes qui possèdent deux sites du patrimoine mondial, l'Arte do Côa et la région viticole du Douro", a noté le maire.

L'initiative a la collaboration des municipalités de Vila Nova de Foz Côa et Mêda, dans le district de Guarda.

Le parc archéologique de Vale do Côa contient plus d'un millier de roches à manifestations rupestres, identifiées dans plus de 80 sites différents, avec des gravures paléolithiques prédominantes, exécutées il y a environ 30000 ans, de plus en plus exposées aux adversités climatiques et géologiques.

Le PAVC a a été créé en août 1996. L'art de Côa a été classé monument national en 1997 et, en 1998, site du patrimoine mondial par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.

FYP // MAG