Des chauffeurs de transport dans des véhicules non présentés sur une plateforme électronique (TVDE) sont venus à l'Assemblée de la République pour évoquer des slogans tels que «nous voulons un bilan, pas des tarifs bas» et «nous mourons, personne ne veut nous voir».

Ils étaient également accompagnés d'affiches avec les phrases «TVDE dans la mort lente», «révision urgente de la loi TVDE», «retrait du multiplicateur» ou «TVDE demande l'aide du gouvernement: dites non à l'esclavage».

S'adressant à l'agence Lusa, Diogo Fernandes, l'un des organisateurs de l'initiative, a déclaré que le secteur paie des frais de 25% à l'Autorité de la mobilité et des transports (AMT) et à l'Institut de la mobilité et des transports (IMT), qui, jusqu'au date, ils n'ont pas fait «l'inspection des valeurs pratiquées par les plateformes au niveau national».

«Cela implique des valeurs de marché comme le souhaitent les plateformes. Ils placent les valeurs qu'ils veulent et qu'ils veulent, sans nous consulter, et c'est une violation de la loi 45/2018 », a-t-il souligné.

Une autre revendication des conducteurs de TVDE concerne la fin du «multiplicateur», un outil introduit par Uber fin octobre.

Selon Diogo Fernandes, le «multiplicateur» définit le prix du voyage du client, qui «peut être augmenté et diminué» par les chauffeurs jusqu'à 30% de réduction.

Le problème, a-t-il ajouté, est que lorsque le client commande une voiture «automatiquement, l'algorithme Uber appellera la voiture avec le prix le plus bas», ce qui conduit «que tous les conducteurs, pour obtenir un emploi, travaillent au prix inférieur".

«Tous les conducteurs qui ont fixé le prix normal ne pourront pas trouver de travail. Parce que je peux être ici, un client est à cinq mètres de moi, demande la voiture, et si j'ai prédéfini la valeur normale de l'application, une voiture qui est à 10 kilomètres, à un prix inférieur, peut venir chercher ce client », exemplifié.

Selon les informations d'Uber, depuis le 29 octobre, les chauffeurs peuvent fixer leur propre tarif, lié à la commission fournie par l'opérateur, pour se déplacer à Lisbonne, où cette mesure a commencé.

Si les conducteurs n'ont pas l'intention de modifier leur tarif, ils continueront de recevoir des demandes de déplacement au tarif actuel: 0,90 cent du tarif de base, 0,09 cent la minute et 0,59 cent le kilomètre.

Les conducteurs peuvent réduire ou augmenter leurs tarifs dans une fourchette comprise entre le multiplicateur 0,7x et 2x, appliqué aux tarifs de base, de temps et de distance, ainsi qu'au tarif minimum.

Le 6 novembre, environ 500 chauffeurs de TVDE se sont réunis dans le quartier du Parque das Nações, à Lisbonne, pour entamer une lente marche automobile afin de demander au gouvernement un ensemble de modifications de la loi qui réglemente le secteur. .

Ils ont également remis un dossier de réclamation à l'IMT, à l'AMT, à l'Assemblée de la République et au Gouvernement.

Diogo Fernandes a déclaré à Lusa aujourd'hui que l'IMT était ouvert à l'accueil des chauffeurs et que des autres entités il n'y avait que "silence".

Deux après l'entrée en vigueur de la loi régissant les plates-formes de transport électroniques, on dénombre près de 27 500 conducteurs officiellement certifiés, selon les données de l'IMT du 29 octobre.

Le nombre d'opérateurs TVDE agréés (entreprises avec un ou plusieurs chauffeurs, partenaires des plateformes) est désormais de 8 071 et neuf opérateurs de plateformes TVDE (les sociétés qui nomment les applications) sont licenciés.

Cependant, trois opérateurs travaillent actuellement dans le pays: Uber, Bolt et Free Now, ce dernier créé à partir de MyTaxi (service de transport en taxi via une application de téléphonie mobile) et qui intègre également l'ancien Kapten TVDE.

TYS (RCP) // ROC