A la veille de fêter son 77e anniversaire, l’homme d’affaires madérien qui aime répondre au téléphone par un « Bonjour ma chérie » effronté a été arrêté par la police judiciaire, soupçonné d’avoir commis des délits d’escroquerie qualifiée, de fraude fiscale et de blanchiment d’argent.

La méga-opération de la PJ enquête sur la façon dont Berardo a réussi à obtenir quatre prêts de Caixa Geral de Depósitos, mais le moment appelle à une rétrospective de la trajectoire de l’entrepreneur, investisseur et collectionneur d’art, rythmée par des opérations douteuses, des avoirs opaques et des gains et pertes importants et, bien sûr, très peu d’héritage à son nom. « Un seul garage », disait-il lors de la II Commission d’enquête à Caixa Geral de Depósitos.

Commençons par le commencement, sur un continent plus au sud.

Afrique du Sud

En 1963, José Manuel Rodrigues Berardo, né dans une famille modeste de l’île de Madère, émigre en Afrique du Sud, comme beaucoup de ces insulaires, à la recherche d’une vie meilleure. Sans parler un mot d’anglais et avec peu d’argent en poche, il a commencé par négocier les légumes et les emballages. Dix ans plus tard, Joe Berardo – le nom qu’il a adopté depuis – allait transformer le sable en or. Au fond, Berardo a investi dans le projet d’un Sud-Africain d’origine portugaise, Tony Caldeira, qui a enlevé les tas de sable qui encombraient les entrées de la mine et dont il pouvait encore extraire assez d’or pour une entreprise très rentable, à une époque où l’or était à la hausse sur les marchés.

Mais selon Tony Caldeira, après la chute des actions de la société de Joe à la bourse de Johannesburg, l’homme d’affaires a non seulement quitté le pays mais a laissé ses partenaires sans rien – il aura pris l’or du coffre-fort, les documents prouvant qu’ils avaient 35 % de la société et aura offert à l’État sud-africain une dette de 240 mille contos d’impôts impayés, selon les données de 2003

Dès 1989, les comptes de sa société d’Aujac avaient été gelés par les autorités sud-africaines, car il exportait des cycadales, un légume très rare dont l’exportation depuis l’Afrique du Sud est interdite. Il vaut la peine de savoir à quoi ressemblait le réseau complexe d’entreprises que le gestionnaire a construit dans ce pays, et dont la société mère était la Johannesburg Mining & Financing Corporation (JMF) et à propos de laquelle VISION a écrit en 1994, lorsqu’elle a dressé un profil détaillé de l’entrepreneur.

Collection Berardo : Comment l'État a perdu un atout dans une histoire de millions

retour à la patrie

Faillite en Afrique, mais acclamé au Portugal, Berardo devient l’un des principaux actionnaires de Banif – Banco Internacional do Funchal – aux côtés d’Horário Roque ou Armínio Sousa Gomes en 1988 et reçoit l’année suivante le grade de Commandeur de Ramalho Eanes de l’Ordre de l’Infante. D. Henrique. Précisément en 1989, Berardo vend sa JMF déjà en faillite à deux amis, à un moment où les dettes de l’entreprise s’élèveraient à plus d’un million d’escudos à l’époque. Mais, à Madère, elle inaugure sa Fondation au capital de 4 millions de contos, et qui détient 20% de l’Empresa Madeirense de Tobacco, faisant de Joe l’actionnaire majoritaire de l’entreprise.

Depuis sa création, la Fondation – passez le pléonasme – est impliquée dans des polémiques juridiques : on dit que l’organisation a utilisé un courtier pour obtenir des avantages fiscaux illégitimes, mais les enquêtes sont restées dans les eaux de la morue. Et pendant ce temps, Joe Berardo diversifiait son activité, prenant même des participations dans des sociétés canadiennes et continuant, bien sûr, à collectionner de l’art, des appartements et des voitures de luxe. Et c’est aussi au début des années 1990 qu’il prend 10,3 % de SIC, pour s’ajouter à d’autres participations qu’il a accumulées dans des groupes de médias, et qui ont presque toutes été réalisées de la même manière : une augmentation de capital significative que d’autres investisseurs ne pouvaient pas continuez et c’était fait.

D’où vient l’argent ? Des doutes ont persisté dans le temps, mais il y a toujours eu des soupçons d’ingénierie financière parmi les sociétés qu’elle détenait.

En 2006, le Commandant était déjà largement applaudi avec l’un des rares self-made men portugais.Un accord de prêt a été signé entre Joe Berardo et l’Etat portugais, pour une durée de 10 ans et qui permet de placer près de mille œuvres d’art appartenant à l’entrepreneur. Coûts pour Joe ? Zéro. Frais pour l’Etat : tous ceux liés à l’entretien et au fonctionnement d’une exposition en entrée gratuite.

La même année, il a été décidé que l’État rejoindrait la Fondation Berardo en tant que membre, ayant les mêmes pouvoirs que l’entrepreneur qui, par statut, est le président à vie de l’organisation. L’Etat dispose également d’une option d’achat sur les 862 pièces exposées au CCB.

Crédits CGD

En avril 2006, CGD a approuvé le premier crédit de Berardo : un contrat de 50 millions d’euros avec Metalgest, la holding de son groupe d’activités, qui permet à Berardo d’acheter des actions de sociétés cotées. En novembre, le Madérien a écrit à Carlos Santos Ferreira, alors président de la banque publique, pour lui demander une ligne de crédit de 350 millions d’euros pour acheter des actions de BCP – où il avait renforcé sa position depuis l’année précédente – et d’autres sociétés cotées. Le prêt est approuvé en avril 2007, mais n’est pas conforme aux recommandations de l’avis initial de la direction des risques de la banque. L’aval de Joe Berardo, qui n’a pas non plus voulu le donner, a été abandonné, et les actions de BCP ont été considérées comme acquises, avec un taux de couverture de 105%.

Devenu l’un des actionnaires de référence, Berardo se concentre sur la destitution des anciens dirigeants de la banque, et est l’une des principales voix de soutien à Paulo Teixeira Pinto contre Jardim Gonçalves, qui peine à retrouver le pouvoir de destituer et de nommer le président-directeur général de l’institution, qui en attendant est entre les mains de l’Assemblée générale. Avec la convention de crédit signée entre CGD et la Fondation Berardo, l’homme d’affaires demande à Banco de Portugal l’autorisation d’augmenter sa participation qualifiée dans BCP, ce qu’il fait sans attendre la réponse du régulateur.

La banque centrale approuverait l’opération après sa conclusion, et peu avant la démission de Paulo Teixeira Pinto, en août 2007. En octobre, Berardo renforce sa position dans la BCP à 6,82 % et à la fin de cette année, dans un retournement qui resté inexpliqué, le nom de Carlos Santos Ferreira semble assumer la présidence de BCP. Le banquier emmènerait Armando Vara et Vítor Fernandes avec lui de la banque publique.

Avec Faria de Oliveira à la tête de CGD, le déblocage de 38 millions d’euros de la ligne de crédit contractée l’année précédente est approuvé pour Berardo pour accompagner une augmentation de capital de Millennium BCP. Lors du CPI au CGD, Faria de Oliveira a rappelé qu’à cette époque plus de garanties étaient demandées, comme l’avenant personnel de Berardo – qui, en fait, ne valait rien.

Les secrets de Joe

L’intrigue BCP

La chute de Lehman Brothers et la crise financière mondiale qui s’abattent soudainement sur nos têtes, et après plusieurs renforcements de garanties, dont des livraisons d’actions BCP – qui entre-temps s’effondrent en bourse – Berardo fait défaut pour la première fois en novembre 2008.

Le mois suivant, un accord-cadre est signé avec les trois banques qui sont les plus gros créanciers de Berardo, et qui garantit le contrat de nantissement sur les bons de participation de l’association de recouvrement Berardo (ACB). Chaque titre était associé à une œuvre d’art spécifique pour renforcer la sécurité juridique du contrat, et le contrat serait toujours réparti entre les trois institutions.

Au cours des années 2009 et 2010, les contrats de nantissement se sont succédés, qui ont été mis en œuvre depuis, mais les intérêts du prêt de la Fondation auprès de CGD n’étaient toujours pas payés, la banque publique leur accordant un moratoire jusqu’en janvier 2011. Et exceptionnellement, garantie. La vérité est que ces intérêts n’ont été payés qu’en mars 2012.

Lorsqu’en décembre 2010, les comptes de la Fondation révèlent que l’État n’a pas livré les 500 000 € par an prévus au protocole d’acquisition d’œuvres d’art nouvelles, le Commandeur a compris : si l’État ne s’y conformait pas, il n’avait pas à faire.

L’année suivante, un audit du Banco de Portugal, dirigé par Carlos Costa, a révélé plusieurs défaillances dans l’attribution des crédits accordés par la CGD. La banque publique disposait de plus de 4,5 millions d’euros de crédits garantis par des actions. C’est cette année-là que la gestion des risques se manifeste à nouveau, dans le cadre d’une restructuration de crédit qui, a-t-il conclu, « n’a pas permis de renforcer la valeur prévisible du redressement de crédit ». Ce qui revient à dire : CGD était le perdant.

Notamment parce que Berardo avait donné une garantie personnelle de « seulement » 38 millions d’euros, mais il n’avait qu’un garage à Funchal à son nom, donc c’était du capital perdu. Metalgest et la Fondation Berardo seraient en faillite technique s’ils comptabilisaient les actions qu’ils détenaient à leur valeur marchande actuelle. Il n’y a eu ni désendettement ni renforcement des garanties…

Des dettes et encore des dettes

En 2012, les dettes de Berardo envers CGD, BCP puis Banco Espírito Santo s’élevaient à 1 027 millions d’euros, et les trois institutions ont signé un accord de restructuration de la dette. Entre-temps, la participation de Berardo dans BCP diminue : à la fin de cette année-là, il ne détenait déjà que 3% de la banque.

En 2016, Joe Berardo conclut un nouvel accord avec l’État, ce qu’il fait dans le dos des banques créancières et modifie même les statuts de l’Association Berardo Collection, propriétaire des œuvres exposées au CCB, ce qui lui permet de continuer à résister. la surface de l’eau. En effet, le Tribunal du District de Lisbonne est d’accord avec un citoyen qui, en 2013, a déposé une plainte demandant la nullité de la modification des statuts qui donnaient des pouvoirs aux banques à la suite de l’accord signé fin 2008. Avec la peine en main, Berardo modifie une nouvelle fois les statuts de l’Association et gère même un avenant au protocole de 2006, qui garantit l’exposition de la collection jusqu’en 2023.

Ceci a constitué un obstacle à l’exécution de l’option d’achat par l’Etat, ce qui aurait pu contribuer à réduire la dette envers CGD. A l’heure où la banque était particulièrement mise sous pression par la Commission européenne en raison de la restructuration qui avait été négociée lors de l’intervention dont le pays était visé, ce coussin de capital aurait été d’une grande valeur pour l’établissement public.

Qui rit en dernier ?

#MoiJoe
Joe Berardo entendu à l’Assemblée de la République en 2019

En 2018, Joe Berardo tente d’emmener certaines de ses œuvres les plus précieuses à Londres, pour les évaluer en vue d’une éventuelle vente, mais en est empêché par la Direction générale du patrimoine culturel. Dans le même temps, les banques créancières ont tenté de mettre en gage la collection d’art moderne afin de minimiser les dommages qui s’étaient accumulés au fil des ans. Mais Berardo ne veut pas perdre le contrôle de ses travaux, et donc l’accord qui est venu sur la table entre les banques et les entrepreneurs s’effondre sans accord : les institutions financières lancent alors un ultimatum à l’entrepreneur, qui soit accepte les conditions proposées pour une restructuration de sa dette, ou fait face à une forclusion.

Le Commandant n’accepte pas, les banques s’orientent vers le processus judiciaire et le II CPI à CGD finit par sembler tourner le plateau de jeu. L’attitude d’indifférence et de négligence envers les députés de l’Assemblée de la République, les affirmations qu’il n’était propriétaire de rien et qu’il ne devait rien à personne sonnaient comme une provocation, et ni les créanciers ni le peuple n’aimaient ce qu’ils voyaient. Surtout quand Joe Berardo rit au nez de Cecilia Meireles, quand elle l’interroge sur la possibilité de ne pas gouverner la Fondation qui porte son nom.

Ce fut aussi le moment qui donna le ton à l’enquête initiée par la PJ et le Parquet, qui devait aboutir à l’arrestation du Commandant encore. Quoi peut perdre la Mention élogieuse, en plus de la collection. Et la liberté.