Les données figurent dans la troisième édition de l'étude sur la perception de la propriété intellectuelle (PI) parmi les citoyens européens, réalisée par l'Observatoire européen des atteintes aux droits de propriété intellectuelle, publiée mardi.

En ce qui concerne la contrefaçon, l'étude, basée sur 25636 entretiens avec des résidents de l'Union européenne (UE) âgés de 15 ans et plus, révèle que l'Européen moyen qui admet avoir acheté intentionnellement des produits contrefaits au cours des 12 derniers mois est de 5%.

Il s'agit d'un chiffre bien inférieur à celui enregistré au Portugal, pays où la plupart des répondants supposaient acheter des produits contrefaits dans le groupe de 27 pays étudiés.

Selon les résultats de l'étude, 13% des personnes interrogées au Portugal (échantillon de 1 000 citoyens) ont admis avoir acheté intentionnellement des produits contrefaits au cours de la dernière année.

Vient ensuite la Slovénie, avec 12%, et à l'extrême opposé, la Suède et l'Italie, avec seulement 2% de la population avouant avoir acheté des contrefaçons.

En outre, le Portugal a enregistré une augmentation de trois points de pourcentage de ce type de comportement, par rapport à 2017, étant le deuxième pays de l'UE à avoir le plus augmenté cette infraction, juste après les Pays-Bas, où l'augmentation était de quatre points de pourcentage.

Dans 20 des 27 pays de l'Union européenne, le nombre de citoyens qui admettent avoir consommé intentionnellement de la contrefaçon a diminué au cours des trois dernières années.

L'étude souligne que, d'une manière générale, la proportion d'Européens qui avouent avoir récemment acheté des produits contrefaits est faible, même si, en termes absolus, cela reste un phénomène très important, compte tenu de la taille de la population.

En ce qui concerne les deux études précédentes, il n'y a pas eu de changement majeur de comportement, puisqu'en 2013 la moyenne de la contrefaçon dans l'UE était de 4%, après avoir augmenté à 7% en 2017, et a diminué à 5% cette année.

L’étude indique également que les personnes qui achètent intentionnellement des produits contrefaits sont généralement jeunes, encore étudiants et vivent avec leurs parents, et souligne une relation entre ce comportement et l’accès à des produits piratés «en ligne».

Un autre aspect abordé dans cette enquête européenne était la compréhension subjective que les citoyens ont du terme «propriété intellectuelle», révélant que moins ils comprennent le sens du terme, plus ils ont tendance à acheter des produits contrefaits ou à accéder à du contenu piraté en ligne.

À cet égard, l'étude trace un panorama moins négatif du Portugal, le plaçant proche de la moyenne de l'UE, bien que, tout de même, légèrement en dessous, dans la compréhension de la signification du terme.

En général, la compréhension subjective de ce concept parmi les citoyens de l'UE est élevée: 8 sur 10 déclarent connaître la signification du terme «très bien» ou «assez bon», révélant des résultats légèrement supérieurs à ceux observés en 2017 (78% ) et en 2013 (76%).

En ce qui concerne le Portugal, 78% des personnes interrogées déclarent savoir ce que signifie PI, dans un «classement» qui varie entre 91% en Pologne et 32% à Malte.

L'Autriche, la Grèce, la Bulgarie et l'Allemagne sont d'autres pays ayant une bonne compréhension de la signification du concept (entre 86% et 88%), tandis que la Finlande, le Danemark et la Suède sont à l'opposé, les citoyens avouant avoir une faible compréhension (41% à 53%).

En ce qui concerne l'attitude vis-à-vis du contenu piraté, 28% des Européens le jugent acceptable lorsqu'il n'y a pas d'alternative légale immédiatement disponible, et 27% le jugent acceptable lorsqu'il s'agit d'un usage personnel exclusif.

Dans les deux paramètres, le Portugal se situe légèrement au-dessus de la moyenne européenne, 31% des répondants jugeant le piratage acceptable dans ces situations.

L’accès intentionnel au contenu provenant de sources illégales «en ligne» est nettement plus faible, 9% des répondants portugais l’admettant, un résultat très similaire à la moyenne européenne (8%).

Cependant, par rapport aux résultats de la dernière étude, il y a une diminution de ce type de comportement dans la moyenne de l'UE (de 10% en 2017 à 8% en 2020), contrairement à la tendance au Portugal, où il y a eu une augmentation de ce type d'infraction (de 7% en 2017 à 9% en 2020).

Selon l’étude, un signe positif est qu’elle fait référence au paiement du contenu «en ligne» des services juridiques et que 42% des Portugais (en ligne avec la moyenne européenne) le font.

L'analyse de l'évolution dans le temps révèle un changement positif dans la mentalité des gens, puisque l'accès aux contenus légaux payants était de 18% en 2013, 25% en 2017 et 42% en 2020.

Le Portugal a connu l’une des augmentations les plus significatives de ce comportement, par rapport à l’étude précédente, avec une augmentation de 28 points de pourcentage (de 14% ayant payé pour du contenu légal «en ligne» en 2017 à 42% cette année).

AL // TDI