«Nous avons la possibilité et la responsabilité collective de protéger et de restaurer la santé de nos océans et de construire une économie océanique durable qui peut fournir de la nourriture, autonomiser les communautés côtières, approvisionner nos villes, transporter des marchandises et apporter des solutions innovantes aux défis mondiaux», lire si dans le document «Transformations pour une économie océanique durable» du panel de haut niveau, auquel Lusa avait accès.

Les représentants du gouvernement soutiennent que, grâce à cet engagement, il sera possible de donner un coup de fouet à l'économie, la rendant résiliente face aux crises futures.

En ce sens, les 14 chefs d'État et de gouvernement ont exhorté les autres gouvernements, industries et autres parties intéressées à rejoindre cet objectif.

Le panel se compose des premiers ministres du Portugal, António Costa, d'Australie, Scott Morrison, de Frigi, Frank Bainimaram, de Jamaïque, Andrew Holness, du Japon, Yoshihide Suga, et de Norvège, Erna Solberg.

Ce groupe comprend également les présidents du Chili, Sebastián Piñera, du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, d'Indonésie, Joko Widodo, du Kenya, Uhuru Kenyatta, du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, de Namibie, Hage G. Geingob, et de Palau, Tommy Remengesau.

«L'océan abrite de nombreux écosystèmes complexes qui font face à des menaces importantes. Les actions que nous entreprenons maintenant peuvent sauvegarder la capacité de régénération de l'océan […]. Des mesures rapides doivent être prises aujourd'hui pour lutter contre le changement climatique, l'acidification, le réchauffement des océans, la pollution marine, la surpêche et la perte d'habitats et de biodiversité », ont-ils souligné.

Selon des responsables gouvernementaux, la pandémie de covid-19 a mis en évidence la nécessité d'un travail conjoint pour relever ces défis mondiaux, en plus de l'augmentation de la pression financière sur les pays en développement.

«Nous nous engageons à apporter des changements audacieux vers une économie océanique durable, où la protection et la conservation de l'environnement, la production économique et la prospérité vont de pair», ont-ils assuré.

Cette transformation, comme ils l'ont noté, devrait couvrir tous les secteurs et suivre un ensemble de principes, à savoir l'alignement, l'inclusion, la connaissance, la légalité, la précaution, la protection, la résilience, la solidarité et la durabilité.

Les gouverneurs proposent de gérer jusqu'en 2025 la zone océanique sous juridiction nationale de manière totalement durable, une voie qui, espèrent-ils, sera suivie par tous les États côtiers et océaniques d'ici 2030.

Cependant, dans le même document, ils notent que «la protection, la production et la prospérité» impliquent des transformations dans cinq domaines – richesse, santé, égalité, connaissance et finances de l'océan.

En matière de santé des océans, ils se sont fixé un objectif, d'ici 2030, l'équilibre des stocks de poissons sauvages, la culture d'une aquaculture durable et la minimisation des déchets.

Les actions prioritaires comprennent l'élimination de la pêche illégale et des subventions qui contribuent à la surpêche, la minimisation des prises accessoires et l'adoption de plans scientifiques pour assurer une gestion des pêches qui réponde au changement climatique et à «l'incertitude» des écosystèmes .

En outre, ils aspirent à ce que, dans la prochaine décennie, l'énergie océanique soit l'une des principales sources d'énergie, que le tourisme côtier et océanique soit durable et résilient, que les investissements dans le transport maritime accélèrent la transition vers des navires à faible impact et zéro émission et que les activités minières marines sur les fonds marins sont scientifiquement informées et écologiquement durables.

A son tour, s'agissant de la santé de l'océan, le gouvernement souhaite que, pendant la période considérée, les objectifs de l'Accord de Paris soient atteints, que les écosystèmes marins et côtiers soient «sains, résilients et productifs», en plus de souligner réduction de la pollution des océans.

Dans ce contexte, le panel a défini comme une priorité d'encourager l'utilisation d'alternatives aux plastiques et la «  conception '' de produits durables, d'appliquer des règles sur les transferts de déchets et les exportations illégales et de promouvoir une agriculture qui minimise l'utilisation de pesticides et d'engrais.

Pour l'égalité de l'océan, pour la prochaine décennie, un accès équitable aux ressources et une répartition «juste» des bénéfices ont été envisagés, grâce à des pratiques commerciales «durables et transparentes», des conditions qui facilitent la participation des femmes aux activités océaniques et une gouvernance inclusive qui garantit les intérêts des communautés locales.

«Il est important que les gens comprennent la signification et l'influence de l'océan sur leur bien-être […]. Les gens doivent pouvoir acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour participer et profiter des opportunités de l'océan », ont-ils souligné, définissant comme une priorité la disponibilité des connaissances sur les océans pour tous et l'investissement dans l'alphabétisation et la sensibilisation à l'océan.

Les incitations à l'utilisation d'innovations et de technologies pour la collecte de données, la recherche, le suivi, l'inspection et la prise de décision, la formation aux sciences de la mer et la numérisation des informations sur les océans font partie des activités définies comme prioritaires dans ce domaine.

Enfin, en ce qui concerne le domaine financier, les membres du panel de haut niveau ont défini le besoin urgent de financement direct du secteur public pour les investissements dans l'économie océanique durable, en soutenant l'utilisation de financements durables et en réduisant le risque d'investissement en combinant les financements publics. et privé avec des «produits d'assurance» innovants.

PE // EA

Le contenu du Groupe de 14 dirigeants s'engage à bâtir une économie océanique durable apparaît en premier dans Vision.