L'enjeu est l'investissement promu par la société Decameron New Horizons Ponta Sino SA, autorisée par la résolution du Conseil des ministres du 27 juillet, qui entend «mettre en œuvre un projet d'investissement pertinent pour la promotion et l'accélération du développement de l'économie nationale», d'où le gouvernement le déclare «d'un intérêt exceptionnel dans le cadre de la stratégie nationale de développement, compte tenu de sa taille et de sa nature».

La résolution approuve également une «convention d'établissement» entre l'État du Cap-Vert et ce groupe privé, qui a déjà l'unité hôtelière Royal Horizons Ponta Sino Resort «à un stade avancé de construction» dans la ville de Santa Maria, île de Sal, dans un superficie de 15 hectares, pour créer 1 400 emplois directs.

L'accord prévoit, entre autres mesures, l'octroi par l'Etat de divers avantages fiscaux et exonérations en faveur du groupe privé.

«Le projet d'investissement doit avoir la catégorie cinq étoiles et sera géré par une chaîne hôtelière de renommée internationale. De plus, le projet contribuera à la diversification des «tour opérateurs», dans l'aire de distribution de la destination Cap-Vert, ce qui représente une forte valeur ajoutée », lit-on dans le document, qui prévoit la conclusion de la construction, commencée en mars 2016, octobre prochain.

Le projet «représentera une augmentation significative de la capacité d'accueil touristique du pays» et comprendra, en plus des bars, des espaces de loisirs et de divertissement, «la plus grande zone de piscines collectives et privées» de tous les hôtels du Cap-Vert, et un centre de congrès.

La construction de cette unité hôtelière consiste également à «valoriser le patrimoine historique de la zone de Ponta Sino», à Santa Maria, à savoir les phares.

Le groupe privé prévoit de fournir un logement et un soutien social à environ 190 employés, à travers un protocole avec la municipalité de Sal, et la mise à disposition d'un logement pour 40 employés, dans des espaces aménagés à cet effet dans l'hôtel.

Malgré cet investissement en cours depuis 2016, le ministre du tourisme capverdien a averti ce mois-ci que le secteur du tourisme, qui représente 25% du produit intérieur brut du pays, ne reprendra qu'en 2023 les niveaux antérieurs à la pandémie de covid-19, un scénario qui le gouvernement voit "avec inquiétude".

«Évidemment, nous connaîtrons une baisse substantielle du nombre de touristes qui entreront au Cap-Vert cette année et l'année prochaine. Et les chiffres nous disent que ce n'est qu'en 2023 que nous pourrons viser à revenir aux chiffres de 2019 », a déclaré le 22 juillet le ministre Carlos Santos.

En 2019, le Cap-Vert a enregistré un record de 819 mille touristes et l'objectif du gouvernement était d'atteindre le million de touristes annuels à partir de 2021, un scénario radicalement modifié avec la pandémie de 19 covid, l'archipel étant fermé aux vols internationaux depuis 19 Mars et au moins jusqu'en août.

La demande touristique au Cap-Vert devrait baisser cette année aux niveaux de 2009, en raison de la pandémie de covid-19, avec la perte de 536 000 touristes par rapport aux prévisions initiales du gouvernement.

La prévision est contenue dans un document appuyant la proposition de budget rectificatif pour 2020, qui va au vote final à l'Assemblée nationale cette semaine, indiquant une baisse de 58,8% de la demande touristique, par rapport aux 819000 touristes que l'archipel a reçus en 2019.

Dans le budget de l'État pour 2020, approuvé en décembre, le gouvernement a estimé une croissance de la demande touristique de 6,6%, se rapprochant de l'objectif annuel d'un million de touristes, après une croissance de 7% en 2019.

Cependant, selon les prévisions du gouvernement contenues dans le document d'appui budgétaire, le Cap-Vert ne devrait recevoir que 337 555 touristes cette année. Sur ce total, 170 778 sont des touristes qui ont déjà visité le pays au premier trimestre de 2020, donc d'ici la fin de l'année, le pays devrait recevoir un peu plus de 165 000 touristes.

Cette révision à la baisse des prévisions pour 2020 se traduit par une baisse de 66,1% des revenus du secteur.

En 2019, les revenus du tourisme ont atteint un niveau record de 43103 millions d'escudos (389 millions d'euros), mais selon les prévisions du gouvernement, ils devraient tomber cette année à 15086 millions d'escudos (136 millions d'euros).

PVJ // VM

Le contenu du complexe cinq étoiles sur l'île cap-verdienne de Sal comptera plus de 700 chambres apparaissant en premier à Visão.