«Nous vivons avec la sécheresse depuis trois ans et, comme vous pouvez le voir, nous n'avons rien. Aujourd'hui, nous faisons partie de Ribeira Seca, sans rien », a déclaré le vice-président de l'Association des agriculteurs du barrage de Poilão, Adilson Varela, mieux connu par Nelson, à l'agence Lusa.

Le barrage de Poilão, situé dans la municipalité de São Lourenço dos Órgãos, a été la première infrastructure hydraulique du type construite au Cap-Vert, financée par le gouvernement chinois et inaugurée il y a 14 ans, le 3 juillet 2006.

L'infrastructure, qui profite directement à la municipalité de Santa Cruz, mesure 153 mètres de long, 26 mètres de haut et a la capacité de retenir 1,7 million de mètres cubes d'eau.

Après avoir commencé à recevoir de l'eau, Nelson rappelle que tout s'est passé en abondance dans la région, des produits sur les marchés, du travail pour tous les agriculteurs et des pâturages pour les animaux.

Après son inauguration, le barrage a débordé dans les années suivantes, couvrant toute la région verte, devenant un point d'attraction touristique et la tenue de sept éditions de la fête du maïs, le 1er novembre, avec des centaines de personnes et commerce circulant à proximité.

Mais depuis 2017, faute de pluie, il n'y a pas eu de fête traditionnelle du maïs, le peu d'eau qui se trouvait encore dans le réservoir s'est asséché et tout a commencé à virer au brun et au gris, dans un décor désolé.

Le barrage a profité à de nombreux agriculteurs en amont, mais principalement en aval, dans le bassin versant de Ribeira Seca, qui est humide depuis des années mais porte désormais bien son nom, a déclaré le vice-président de l'association des agriculteurs.

Et dès qu'on commence à parler du scénario à proximité du barrage de Poilão, Nelson prend une profonde inspiration, détourne le regard et décrit le drame vécu ces trois dernières années par plus de 200 agriculteurs de Ribeira Seca.

«Nous sommes maintenant dans ce scénario sans rien», a-t-il poursuivi, précisant que de nombreuses familles de la région ont été confrontées à des difficultés, mais plus particulièrement à Lém Jorge, le quartier où il vit avec sa famille, qui fait déjà partie de la commune de Santa Cruz.

Pour pallier les difficultés, Nelson, 36 ans, ne doute pas que la solution serait de percer un trou dans le ruisseau, ce que l'association a demandé dès que l'eau du barrage a commencé à se dessécher.

Mais jusqu'à présent, la demande d'eau dans le sous-sol ne s'est pas produite. «Au moins un trou pour lutter contre la sécheresse, mais maintenant nous n'avons plus rien», a-t-il dit, faisant référence au fait que l'eau a été forée juste pour approvisionner la population.

«Maintenant, nous dépendons de la pluie pour voir si les choses s'améliorent», a poursuivi le fermier, en désignant les tubes qui étaient auparavant utilisés pour l'irrigation goutte à goutte, mais qui sont maintenant répartis sur les terres sèches, sans un filet d'eau.

Contacté par téléphone par l'agence Lusa, le délégué du ministère de l'Agriculture et de l'Environnement des communes de São Lourenço dos Órgãos et Santa Cruz, António Andrade, a commencé par déplorer la situation causée par trois années consécutives de grave sécheresse dans le pays.

Selon le responsable, l'eau qui existait dans le barrage a permis d'arroser certaines parcelles de terre jusqu'à mi-2019, et jusqu'à présent, le forage mixte est utilisé dans le ruisseau, à la fois pour l'irrigation et pour l'approvisionnement de la population.

Les agriculteurs demandent plus de forage pour l'agriculture, mais le délégué a précisé que, puisque le pays connaît cette situation de sécheresse, la première priorité du peu d'eau est pour les gens, suivis des animaux et seulement troisièmement des plantes.

«Nous pensons qu'en ce moment, il n'est pas nécessaire de faire de nouveaux forages car nous avons un minimum d'eau dans les nappes phréatiques. Et nous courons également le risque de ne pas trouver d'eau, donc ce n'est pas durable maintenant », a déclaré António Andrade.

Le délégué a déclaré que ce que le ministère a fait est d'améliorer le forage existant, qui est assez productif, mais qu'en raison d'un dysfonctionnement, il a réduit sa capacité d'approvisionnement en eau de 200 mètres cubes par jour, à 12 mètres cubes par jour actuels. heure pour l'arrosage et 10 mètres cubes pour l'approvisionnement de la population.

En raison de la forte consommation de carburant, António Andrade a déclaré qu'il existe déjà un financement pour équiper le forage d'une pompe de plus grande capacité et installer des panneaux solaires, réduisant ainsi les coûts de carburant et apportant de l'eau pour l'irrigation à un réservoir de 100 mètres cubes.

En plus de Poilão, le Cap-Vert a sept autres barrages, à Saquinho (Santa Catarina), Faveta (São Salvador do Mundo), Salineiro (Ribeira Grande), flamand (São Miguel), tous à Santiago, Banca Furada et Fajã (São Nicolau ) et Canto de Cagarra (Santo Antão).

En février 2018, au cours de la première année de sécheresse, le président de l'Agence nationale de l'eau et de l'assainissement (ANAS), Manuel Moura, a avancé que les barrages du pays avaient à l'époque moins de 3,6% de leur capacité.

En janvier de cette année, le gouvernement capverdien a déclaré la situation d'urgence hydrique dans tout le pays jusqu'en octobre prochain, en raison de la sécheresse accumulée ces dernières années, admettant dans cette période des limitations temporaires de la consommation d'eau.

La pluie est tombée à nouveau en juillet dans certaines parties du pays, tandis que les agriculteurs capverdiens s'attendent à davantage de précipitations ce mois-ci et le mois prochain pour éviter une nouvelle année de sécheresse dans l'archipel.

RIPE // VM

Le contenu du scénario désolé du premier barrage du Cap-Vert à Ribeira qui est redevenu «Seca» apparaît d'abord à Visão.