Dans une interview à l’agence Lusa, le musicien de Porto, connu pour avoir dirigé GNR, ne voit pas ce nouvel album comme un effort solo, car « si c’était le cas, cela prendrait six ou sept ans », au lieu des trois qu’il a fallu, mais avant comme « une très forte collaboration » avec Paulo Borges, coproducteur et « le grand instrumentiste au milieu de ça ».

« Ma partie se limitait aux percussions et au chant. Bien sûr, le concept était le mien, je lui ai parlé, mais j’ai eu un collaborateur très patient, car je suis conscient, après ces années, que je suis de plus en plus une personne très limitée par rapport à ce que j’aimerais faire en termes de musique. Certains sont de bons interprètes, certains sont de bons compositeurs, certains sont de bons poètes et certains ne sont que des faux. Au milieu de tout cela, j’ai essayé de trouver mon ‘persona’ », se souvient-il.

Puisqu’il s’agit « d’un album un peu excentrique », il préfère le considérer non comme une musique expérimentale, ou « d’avant-garde », ni comme « sa » plage, pop rock, mais plutôt comme « un méli-mélo ».

« C’est ma tête. Depuis les années 1970, il a commencé à fonctionner dans cette harmonie », assure-t-il.

La mer est « toujours une préoccupation et une proximité » dans le travail de la chanteuse, qui rappelle l’écrivain de science-fiction Arthur C. Clarke (1917-2008), et l’idée que « découvrir l’espace ne sert à rien, car tout est ici-bas à découvrir ».

« D’où nous venons, d’où nous venons, des protozoaires, des amphibiens et des ‘filles’ en ‘topless' », plaisante-t-il.

Il y a aussi un lien avec l’Orient, l’espace habituel du pop rock et une idée, qui se renforce, de bonheur et de « preuve de vie », expression qu’une amie lui a donnée en commentant l’album.

En pleine crise mondiale, due au covid-19, Reininho considère que « la responsabilité est encore plus grande », pour « la façon dont les gens sont touchés », et cela a également accru le besoin de sortir l’album.

« Nous étions là encombrés, et il semblait nécessaire de faire sortir cette voix avant qu’elle ne se fatigue », commente-t-il.

Même avec des « budgets très faits maison », l’album, sorti chez Turbina, explore les différents champs d’influence de la chanteuse, du côté expérimental au thème de la mer, du pop rock au travail de plusieurs années avec Jacomina Kistemaker, qui a été régulièrement en Galice depuis 2002.

«Elle a été un mentor pour moi, qui m’a aidé en termes de voix. J’y suis allé pour ouvrir ma tessiture. J’y suis allé pour lui montrer le disque et elle m’a dit « qu’ils sont beaux, ces ‘Animaux Errants’ [título do ‘single’ de apresentação], ces jeunes qui rendent les gens heureux, un à un, petit à petit ». Cela finit par être important et se reflète dans l’Humanité », dit-il.

Il s’occupe de la voix et des percussions, en plus des gongs, car il ne se considère pas comme « un mauvais ‘gong player’ » après 18 ans d’apprentissage, et là il a l’opportunité d’essayer de « s’effacer de la tête un mot qui est confinement ».

« Pour moi, c’est un miracle de les voir [as 20 mil éguas submarinas] survolant, comme des agneaux en mer. En ce moment, je suis une personne très heureuse. Ce n’est pas un opus d’adieu, mais une continuation », résume-t-il.

Pour cela, il a déjà aligné plusieurs des « huit à dix moments » de présentation de l’album, à commencer par le Festival Aleste, à Funchal, le 26 juin, suivi de visites aux Jardins Efémeros, à Viseu, mais aussi à Culturgest, à Lisbonne, la GNRation, à Braga, et la Foire du livre de Porto.

Outre Reininho et Borges, qui ont travaillé le piano, les synthétiseurs, la programmation et les guitares, l’album a la participation de plusieurs autres interprètes, tels qu’Alexandre Soares, Três Tristes Tigres, Pedro Joia, Tiago Maia, Daniel Salomé et Jacomina Kistemaker elle-même.

Il a été enregistré entre 2018 et 2020, au LastStep Studio, à Almada, et le travail vidéo qui accompagne « Animais Errantes », mais aussi, bientôt, le morceau final, « … The Sea… », est de Mimi Sá Coutinho.

Le réalisateur a travaillé avec le musicien et « les gens » d’Espaço T – Association pour le soutien à l’intégration sociale et communautaire, à Porto.

« Le travail intergénérationnel est un grand bonheur, et, pour moi, c’est une chance. Il n’y a rien derrière. Nous n’habitons pas près de la capitale des subventions, où je sais qu’il est beaucoup plus facile de frapper à la porte, d’aller dîner, de rencontrer des gens. C’est pour montrer que les choses se font aussi sans transcendance, seulement avec désir, amour et joie », commente-t-il.

SIF // MAG