« Récupérer le corps », qui englobe le théâtre et la danse, a commencé « avec l’idée de construire une archive personnelle d’artistes » comme un moyen de « les garder présents, hors d’une certaine obscurité », dans une « tentative d’inscrire certains artistes de l’histoire de l’art au Portugal », a ajouté Miguel Bonneville, créateur et directeur artistique de l’initiative, à l’agence Lusa.

L’idée est également apparue comme un « moyen de lutter contre la difficulté qui existe dans la circulation des spectacles à l’intérieur du pays », et « l’éphémère » qu’elle représente et entraîne pour l’art, a-t-il indiqué.

« Les spectacles arrivent, il y a une ou deux représentations et puis ils ne sont plus jamais refaits, car les opportunités qu’on a de vraiment faire carrière sont rares, ce qui rend tout encore plus éphémère dans le contexte des arts de la scène », a déclaré Bonneville, soulignant l’« éphémère » des productions.

« Julieta boit une bière en enfer » (2018), de Tiago Vieira, samedi et dimanche ; et, les 6 et 7 novembre, « La ballade d’amour et de mort du porte-étendard Christoph Rilke » (2018), de Maria Duarte et João Rodrigues, « Anita escorre branco » (2018), d’Odete, et « notforgetnotforgive » ( 1999), de Carlota Lagido, sont quelques-uns des spectacles du cycle.

« Haikus » (2002), de Sonia Baptista, les 10 et 11 novembre ; et, les 13 et 14, « Interior » (2004), de Rita Só et Mónica Cale, et « A grande Sombra Blonde » (2013), de Tiago Barbosa, complètent la liste des solos d’un groupe d’artistes dont les performances ont été conçu pour des scènes qui ne le sont généralement pas, comme les salles de bains, les sous-sols d’anciens bars ou de magasins de fer-blanc, et qui partagent la relation entre l’art et le corps et le besoin de comprendre l’être humain et son rapport au corps.

Toutes ces pièces, tous ces artistes « sont ici parce qu’ils m’ont attrapé d’une manière ou d’une autre et m’ont fait me demander ce qu’est l’art, comment cela peut être fait, et penser et ressentir l’art d’une manière si simple », a déclaré Miguel Bonneville à Lusa.

Ce qui relie les spectacles au cycle, c’est aussi, selon les mots de Bonneville, l’un des directeurs artistiques du Teatro do Silêncio, qui l’émeut en tant que créateur : « une notion d’anti-spectacularité, de simplicité et d’intimité » qui « transforme le regard ».

« Retrouver le corps » s’est concrétisé à partir d’une idée initiale de Miguel Bonnevile de créer un « site » sur Internet, qui mettrait à disposition des vidéos de spectacles et des interviews d’artistes ou encore un agenda avec une liste de spectacles.

Du matériel qui serait plus tard mis à disposition librement et ouvertement, car c’était le moyen « le plus immédiat » de créer une archive d’artistes avec peu de moyens, a-t-il déclaré.

Faute de temps du créateur, qui a même acquis un domaine pour rendre l’initiative disponible sur Internet, l’idée a évolué jusqu’à ce qu’« il s’asseye et commence à faire une liste de spectacles d’artistes » qui « l’ont influencé et marqué ».

Ce cycle a finalement atteint S. Luiz, car c’est dans ce théâtre que Miguel Bonneville a présenté des spectacles tels que « L’importance d’être Georges Bataille » et « L’importance d’être António de Macedo », avec lesquels il entendait honorer des artistes, « certains morts, d’autres vivants, certains portugais, d’autres étrangers ».

« Récupérer le corps », c’est « comme s’il s’agissait d’une émanation de ces spectacles » d' »hommages aux artistes » qui sont importants pour Miguel Bonneville et qui l’ont en quelque sorte marqué et entré dans ses « archives personnelles de coups de coeur », a-t-il déclaré.

« Mais c’est avant tout une manière de les partager avec les autres, de ne pas les oublier », fonctionnant comme « une sorte de dédicace », mais aussi comme une manière de « se confondre avec eux, d’en faire partie et d’être en quelque sorte eux aussi », a-t-il souligné.

Le « chercher à créer une communauté de voix individuelles », dans laquelle chacun ne doit pas nécessairement être d’accord, mais dans lequel « il n’a pas à être régi par les mêmes normes et parvient néanmoins à reconnaître ses faiblesses chez l’autre » est, selon Miguel Bonneville, un autre objectif du cycle, qui se déroulera dans les salles Luis Miguel Cintra, Mário Viegas et Bernardo Sassetti.

Le dernier jour du cycle, à 16h, à la galerie Fernando Pessoa, au Centro Nacional de Cultura, il y aura une conversation avec des artistes et une publication du même titre, « Recuperar o corpo », éditée par Teatro do Silêncio, sera lancé.

Outre des entretiens avec des artistes, la publication comprend également des textes de Miguel Bonneville et un texte contextualisant le projet, écrit par Pedro Arrifano, docteur en histoire de l’art contemporain, diplômé et maître en philosophie, et chercheur au Centre des sciences humaines (CHAM) de la Faculté des sciences sociales et humaines (FCSH) de l’Universidade Nova de Lisboa.

CP // MAG

Le contenu « Récupérer le corps » pour « maintenir les artistes présents » est proposé par Teatro S. Luiz et apparaît d’abord dans Visão.