«Parmi tant d’autres: Sierva María de Todos Los Angeles,« Do Amor e Other Demons »; Mariana Alcoforado, «Nouvelles lettres portugaises»: emprisonnée, chacune dans sa cellule, chacune dans son couvent, comme enterrée vivante. Ils commencent des images pour «amor.demónio». Ce sont des possibilités dans un autre sens. Ce sont les spectres d’autres femmes, d’autres temps passés et futurs », peut-on lire dans le synopsis.

La pièce, interprétée par Joana Mont’Alverne, co-créatrice avec Raquel S, qui prend la direction, aura deux récitals en personne, jeudi et vendredi, et sera disponible dimanche sur la plateforme en ligne FITEI Digital.

Raquel S explique à Lusa que la pièce est née du désir de combiner les «nouvelles lettres portugaises», commencée il y a 50 ans par les «trois Marias», Maria Isabel Barreno, Maria Teresa Horta et Maria Velho da Costa, avec «Do Amor e Outros Demons », de Gabriel García Márquez.

Il a commencé à s’intéresser aux «vraies religieuses», et pas seulement à celles de fiction, et a cherché «cette littérature féminine», cherchant à se rapporter à l’expérience de ce type de ferveur religieuse avec une retraite dans un monastère.

«Comment trouver les vies et les pensées des femmes dans le passé qui nous aident à penser à l’avenir? En quoi l’espace d’isolement du couvent était-il aussi un espace de liberté (par exemple, un espace de création littéraire)? Je suis très intéressé par le croisement des temporalités, mêlant le présent au passé, le passé au futur », dit-il.

Ainsi arrivent Teresa de Ávila, Joana Inés de la Cruz et Johannas de Ledes, construisant «un autel de fantômes pour hanter l’avenir».

Sur scène, Joana Mont’Alverne incarne un texte original qui part des moments définis par la liturgie des heures, qui a organisé les journées de Freitas, qui divise les scènes en lettres écrites à l’intérieur d’une cellule, chacune avec «leur heure et votre destinataire ».

«Nous avons des lettres super concrètes, une lettre d’amour ou une lettre à la mère, par exemple, mais aussi certaines avec des destinataires plus abstraits, comme une recherche d’histoire ou une lettre aux murs. La pièce cherche cette réponse, cherche quelqu’un qui écoutera et répondra. Il essaie d’imaginer une communauté, une future sororité qui répond », dit-il.

Travaillant sur «l’image si souvent répétée de la femme à l’intérieur de la cellule», le spectacle cherche à «déformer, dériver, inventer» cette même image, afin de trouver dans ces vies, réelles ou fictives, des «images du futur».

«Cela nous permet de concevoir d’autres manières de coexister, mais aussi de regarder les religieuses comme des moments d’une autre histoire, qui a été écrite à côté de l’Histoire. Presque une histoire qui aurait pu être, qui est encore de l’autre côté du verre, en attendant que nous la comprenions », ajoute-t-il.

«Amor.demónio» est une création de l’association culturelle Noitarder, fondée par le dramaturge en 2018, lorsqu’elle a ouvert des productions avec «Longe», également créée dans le cadre de FITEI.

SIF // TDI

Le contenu Raquel S crée un monologue sur les femmes dans les cellules du couvent à FITEI apparaît en premier dans Visão.