«Nous avons dû arrêter les sondages le 17 mars, en raison de la pandémie. Nous allons poursuivre le travail qui consiste à recouvrir une partie rocheuse pour la collecte des sédiments, et continuer la reconstruction des aurochs (bœuf sauvage) », a expliqué l'archéologue Thierry Aubry, de la Fondation Côa Parque à Lusa.

Ce lieu se trouve à plus de 50 mètres du cours de la rivière Côa, il fera partie d'un parcours qui se visite à pied ou en canoë et contemple une gravure datée d'il y a plus de 23 000 ans.

"Maintenant, nous allons nettoyer et consolider toutes les coupes déjà effectuées, afin qu'il n'y ait pas de" démontage "en hiver", a expliqué l'archéologue.

Le début des visites sur le site arrive bientôt, mais le travail d'exploration archéologique prendra plus de temps, "car il est nécessaire d'étudier et d'analyser chaque morceau de roche, afin de reconstruire sa partie supérieure, fragmentée au fil du temps".

Pour Thierry Aubry, l'avenir consiste à découvrir plus de matériel archéologique et à faire son diagnostic, afin de «savoir exactement» ce que l'occupation humaine de milliers d'années laissait sur ces couches de terre au bord de la rivière Côa.

Les archéologues et autres techniciens de la Fondation Côa Parque, chargés de gérer le parc archéologique et le musée Côa, vont désormais travailler ensemble pour rendre ce site préhistorique visitable, créer des conditions d'accès et esquisser des circuits programmés, compte tenu l'importance culturelle et historique des personnages découverts dans le rocher de Quinta do Fariseu.

Le site archéologique de Fariseu, dans la vallée de Côa, était occupé par des chasseurs / pêcheurs du Paléolithique supérieur.

«Ce qui a été découvert n'est qu'une petite partie de ce site archéologique. À l'avenir, nous devrons faire plus de forage, car cette roche n'est pas seule », a assuré le spécialiste d'Arte do Côa.

Ce site archéologique, étant donné la taille de la gravure sur roche découverte au début du mois de mars, pourrait devenir une attraction majeure pour le parc archéologique de Vele do Côa (PAVC), tout cela à cause des aurochs qui sont gravés en utilisant l'ancienne technique de perforation, dans une zone de roche qui a d'autres figures associées.

Les archéologues impliqués dans ces fouilles se sont rendu compte que le panneau mesurait plus de six mètres de long lors de l'excavation des sédiments.

«Il a été constaté que la trace observée à la surface faisait partie de la croupe d'un grand auroch de plus de 3,5 mètres de long. Il est la plus grande figure de l'art de la vallée de Côa et du monde, comparable aux aurochs de la grotte de Lascaux », en France, a expliqué Thierry Aubry, également responsable des travaux scientifiques et techniques du Museu do Côa (MC) et du PAVC.

Le «  rocher 09 '' du Fariseu représente l'un des principaux centres d'art rupestre de la vallée de Côa, classé monument national et inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) Anglais).

À l'intérieur de ce rocher, les archéologues ont identifié d'autres animaux gravés par perforation et abrasion: une femelle cerf, une chèvre et une femelle auroch, suivie de son veau.

La fouille est née dans le cadre de l'étude du contexte archéologique de l'art paléolithique dans la vallée de Côa, qui se développe depuis 25 ans.

Le PAVC contient plus d'un millier de roches à manifestations rupestres, identifiées dans plus de 80 sites différents, avec des gravures principalement paléolithiques, exécutées il y a environ 30 000 ans, de plus en plus exposées aux adversités climatiques et géologiques.

Le PAVC a été créé en août 1996. L'art de Côa a été classé monument national en 1997 et, en 1998, site du patrimoine mondial, par l'UNESCO.

FYP // MAG

Le contenu REPORTAGE: Les fouilles ont repris sur le site de Fariseu dans le parc archéologique de Vale do Côa apparaît d'abord à Visão.