Quatre députés sur 10 à l'Assemblée de la République (AR) ont été élus, au moins, pour trois mandats entre 1976 et 2019, ont conclu une thèse post-doctorale tenue à l'Université de Beira Interior (UBI).

Jorge Fraqueiro, auteur de l'étude postdoctorale «Le système politique portugais – Renouvellement ou stagnation des députés à l'Assemblée de la République (1976-2019)», a également conclu que «sur les quelque 3 600 sièges occupés en 44 ans, presque 1 500 sont restés en place pendant 12 ans ».

«Malgré l'inclusion considérable de nouveaux noms lors des deux dernières élections législatives (2015 et 2019), les niveaux de stagnation au Portugal, au Parlement, restent, en moyenne générale, assez élevés», souligne le chercheur et politologue.

Jorge Fraqueiro, un ancien journaliste, avait déjà révélé des données sur la stagnation des acteurs politiques au Portugal, dans sa thèse de doctorat soutenue en 2014, après l'avoir actualisée en post-doctorat.

«Parmi les parlementaires qui ont le plus contribué au processus de stagnation, il y a même un député qui a été élu 14 fois, deux d'entre eux 13 fois et quatre d'entre eux 12 fois. Si l'analyse se fonde sur les députés élus pour quatre mandats, nous avons atteint 300 dans la période étudiée », soutient-il.

Le chercheur souligne également que, sur les 230 députés actuels de l'AR, bien qu'environ la moitié remplissent leur premier mandat, plus d'un quart d'entre eux en sont déjà à leur troisième législature.

En outre, l'étude révèle également que 55 ont moins de 40 ans et parmi eux, 10 en sont déjà à leur deuxième mandat.

«Dans les 14 actes électoraux de l'AR qui ont eu lieu depuis 1976, les élections de 1979 ont été celles où il y avait un plus haut niveau de répétition des noms, avec 69% des députés sortant du mandat immédiatement précédent», indique la thèse.

Cependant, le chercheur ajoute que, plus récemment, l'année où la stagnation a atteint des pourcentages plus élevés était en 2009, avec 63%.

«1991 a été l'année où les partis politiques ont le plus changé les noms des candidats présentés au suffrage», a-t-il déclaré.

Jorge Fraqueiro laisse un ensemble de propositions pour l'amélioration du système politique, notamment en ce qui concerne le renouvellement nécessaire, à savoir des députés.

Il propose, dès le départ, de réduire le nombre de parlementaires de 230 actuellement au minimum de 180 autorisés par la Constitution.

De plus, il recommande que la limitation des mandats à un maximum de trois soit imposée dans le RA.

Conscient qu'aucun système électoral ne peut défendre à la fois gouvernance et représentation, le chercheur présente également une proposition de système mixte, avec 180 députés.

Dans la thèse, on peut également lire que, en termes partisans, le Parti communiste portugais (PCP) était, jusqu'à présent, celui qui a gardé le plus longtemps ses députés au Parlement, avec un taux de stagnation moyen de 45%.

Le Parti écologiste «Os Verdes» (ENP) suit la liste avec un pourcentage de 42%.

Parmi ceux qui renouvellent le plus leurs listes de candidats, en haut, le Bloc de Gauche (BE), avec 17% de stagnation, qui a détrôné le CDS / PP, qui dans l'étude présentée par le chercheur dans son doctorat, a placé, jusqu'en 2012, ce dernier parti comme le moins stagnant.

Le PSD et le PS enregistrent actuellement une stagnation moyenne de 31% et 36% respectivement.

L'étude aborde également la question de l'ampleur des circonscriptions, émettant des réserves sur les mandats attribués à chacun d'eux.

Jorge Fraqueiro attire l'attention sur le fait que seuls six districts (Lisbonne, Porto, Braga, Setúbal, Aveiro, Leiria) occupent près de 66% des sièges au Parlement, soit 151 députés.

En revanche, les six cercles les plus intimes du Portugal continental (Bragança, Guarda, Castelo Branco, Portalegre, Évora, Beja) n'ont droit qu'à 7,8% des sièges, soit 18 députés.

Pour le chercheur, la pratique politique a été le principal responsable de la suppression des électeurs des urnes, à laquelle il associe également la «fermeture croissante des partis politiques à la société civile».

C'est un thème que les acteurs politiques, bien que «aveugles», «devraient mériter la plus grande attention et la plus grande attention et qui peut, même si, seulement sur le plan théorique, constituer une menace pour les valeurs démocratiques».

CCC // SSS

Le contenu Quatre députés sur dix ont été élus au moins trois fois – l'étude paraît d'abord à Visão.