Le Parti social-démocrate (PSD) souhaite que les personnes handicapées soient incluses dans les groupes de vaccination prioritaires contre Covid-19. L’initiative fait suite à une lettre ouverte, signée par plus d’une centaine de personnalités de différents milieux de la société, qui appelait à la priorisation des personnes handicapées dans la vaccination, qualifiée de «signe d’humanité et de civilisation».

Dans un projet de résolution remis à l’Assemblée de la République, le groupe parlementaire PSD demande au Gouvernement d’inclure comme «sous-groupe prioritaire» dans la deuxième phase de vaccination «les personnes handicapées associées à déficit déficience cognitive, paralysie cérébrale, troubles du spectre autistique et maladies neuromusculaires, avec un degré de dépendance à un handicap avéré égal ou supérieur à 60%, non institutionnalisé et âgé de 18 ans ou plus ».

Le PSD reconnaît que les personnes handicapées sont plus vulnérables au Covid-19 et note que, pour cette raison, elles ont été incluses dans des groupes prioritaires dans plusieurs pays. Un exemple de ceci est la vaccination prioritaire des personnes autistes avec déficit déficience cognitive au Royaume-Uni et vaccination en Espagne de toutes les personnes, non institutionnalisées, présentant des handicaps qui impliquent un degré élevé de handicap et un manque d’autonomie.

Les sociaux-démocrates considèrent cependant qu’il serait «irréaliste» de vacciner toutes les personnes handicapées, non institutionnalisées, compte tenu de la «distribution limitée de vaccins». Par conséquent, ils comprennent que les personnes qui n’ont pas de handicap affectant leur jugement ou leur capacité à se conformer aux mesures de sécurité et à la détection des symptômes ne sont pas des personnes à «risque accru».

Appel à un «signe d’humanité et de civilisation»

Le projet de résolution PSD vient après les trois mères qui s’occupaient des personnes handicapées qu’elles ont promues qui ont promu une lettre ouverte appelant à donner la priorité aux personnes handicapées dans la vaccination contre Covid-19, Ana Camilo Martins, Maria Swinnerton et Paula Camello de Almeida, ont conclu une série d’auditions avec des représentants de groupes parlementaires au Parlement.

Dans la lettre ouverte, à laquelle le Jornal Económico a eu accès, ils défendent que «la priorisation des personnes handicapées dans la vaccination contre Covid-19, plus qu’une obligation de l’État, est un signe d’humanité et de civilisation» et que «la violation du Le principe de protection des plus vulnérables est un signe flagrant de la faillite de l’État de droit et d’un déni des valeurs qui étaient à la base du Portugal démocratique ».

Dans un communiqué, les promoteurs de la lettre ouverte se sont déclarés « très heureux » que toutes les auditions se soient déroulées « dans un climat d’ouverture totale et de confluence de préoccupations concernant la nécessité urgente de vacciner les personnes handicapées contre Covid-19 ». Les trois procureurs attendent désormais l’action du Parlement, « en raison de l’esprit d’ouverture et d’engagement que cette cause ajoute, quel que soit le spectre politique ou l’orientation idéologique ».

«Après avoir entendu le Parlement et obtenu cet engagement décisif, les promoteurs de la lettre ouverte ont demandé à Son Excellence le Président de la République une audition pour expliquer les raisons qui le justifient et, du fait de l’action du Président toujours aux côtés des plus vulnérables, faire appel à son engagement pour cette cause, à travers l’exercice de son influence pédagogique », avancent-ils.