La société d’assistance en escale des aéroports portugais a déclaré que l’adhésion à la grève du Syndicat national des travailleurs de l’aviation civile (SINTAC) n’était que de 14%, mais a admis qu’aujourd’hui l’arrêt forcera l’annulation de 33 vols à Lisbonne et 36 à Porto, en un total de 196 annulations pendant la période de grève de trois jours.

« Portway réitère qu’il s’agissait d’une grève déraisonnable et d’un acte irresponsable, qui compromet le redressement financier de l’entreprise et sa capacité à traduire ce redressement en de meilleures conditions pour les travailleurs », a déclaré Portway dans un communiqué.

La compagnie déplore les dommages causés aux passagers, aux compagnies aériennes et à Portway lui-même, affirmant qu’elle sort de cette situation avec « une position commerciale et économique plus fragile ».

Dans le communiqué, Portway a rejeté les motifs allégués d’appel à la grève par SINTAC, garantissant que l’entreprise « respecte toutes les lois et réglementations applicables », y compris les accords d’entreprise en vigueur et les droits du travail », rappelant qu’elle a procédé à des mises à jour salariales de 11% depuis 2019 et des congés payés avec une majoration de 150% par rapport au tarif horaire.

Rejetant également les critiques du syndicat sur le manque d’investissement, Portway affirme avoir investi annuellement environ deux millions d’euros dans des équipements et des installations, avec deux objectifs : « améliorer les conditions des travailleurs et la « performance » environnementale de l’entreprise ».

L’entreprise a également dénoncé le manque de disponibilité au dialogue de la part des travailleurs et de leurs représentants, à savoir SINTAC.

« Il a été démontré, une fois de plus, le manque de disponibilité de ce syndicat pour une négociation équilibrée, compte tenu du contexte économique de l’entreprise, afin de garantir un partage équitable de la valeur avec les travailleurs et d’assurer la viabilité économique de l’entreprise et des emplois. à long terme », peut-on lire dans le communiqué publié aujourd’hui.

Portway garantit, quant à lui, qu’il continuera à « promouvoir un dialogue objectif et réaliste avec tous les partenaires disponibles » pour « éviter les difficultés auxquelles l’ensemble du secteur est confronté ».

Le SINTAC a appelé à une grève à la société d’assistance au sol, dans les aéroports de Lisbonne, Porto, Faro et Funchal, commençant à 00h00 le 26 août et se terminant à 24h00 le 28 août, contre la politique de « confrontation et dévalorisation des travailleurs par violations consécutives de l’accord d’entreprise, confrontation disciplinaire, absence de mises à jour salariales, fausses déclarations d’évaluations de performance qui évitent les progressions salariales et mauvaise foi dans les négociations », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Selon le SINTAC, la grève vise à remettre en cause « la politique RH [recursos humanos] assumées ces dernières années par Portway, société du groupe Vinci, d’affrontement et de dévalorisation des travailleurs par des manquements consécutifs à l’Accord d’Entreprise, d’affrontement disciplinaire, d’absence d’actualisation des salaires, de fausse représentation des évaluations de performance qui évitent les progressions salariales et de mauvaise foi dans les négociations ».

SINTAC accuse Portway de favoriser un « climat de terreur psychologique, où les menaces et les procédures disciplinaires prolifèrent, créant une instabilité sociale sans précédent dans l’histoire de l’entreprise », et les travailleurs exigent le respect de l’accord d’entreprise de 2016 et une évaluation des performances qui ne servent à prévenir les progressions.

RJP (ALYN/DF/LT/MPE) // MV