Dans un entretien avec l’agence Lusa, le président de l’Institut national de la statistique (INE) a révélé que la phase terrain de l’Enquête sur les conditions de vie, les origines et les trajectoires de la population résidente (ICOT) s’est déroulée entre octobre 2021 et janvier 2022. et que les résultats de ce processus sont actuellement en cours d’analyse.

Cette enquête de l’INE intervient après que l’organisme a décidé de ne pas inclure dans le recensement de 2021 une question sur l’origine ethnique et raciale des citoyens, comme la plupart des membres du groupe de travail créé en 2019 par le gouvernement pour évaluer la question prévue.

Selon Francisco Gonçalves de Lima, l’analyse de ces résultats servira à « tirer des conclusions pour savoir quoi faire dans l’opération principale, qui devrait commencer au dernier trimestre ». [de 2022]probablement en décembre ».

L’échantillon défini était de 3.400 personnes et « plus de 2.400 » ont répondu, ce qui est « un taux de réponse très élevé », a souligné le responsable.

Les personnes interrogées ont entre 18 et 74 ans, résident au Portugal depuis 12 mois ou prévoient d’y résider 12 mois, la définition retenue « pour toutes les enquêtes », et l’enquête couvre jusqu’à trois générations.

L’unité d’échantillonnage était le logement, ce qui signifie qu’une seule personne par ménage répond, s’il y a plus d’une personne éligible pour répondre, et le critère de sélection est la personne qui le fait des années plus tard.

L’enquête pilote a eu lieu « dans les zones situées dans les municipalités de Cascais, Lisbonne, Loures, Sintra, Amadora, Odivelas et Seixal », en particulier dans l’Union des paroisses de Cascais et Estoril, Alvalade, Avenidas Novas, Union des paroisses de Camarate, Unhos et Apelação. , Union des paroisses d’Agualva et Mira-Sintra, Águas Livres, Union des paroisses de Póvoa de Santo Adrião et Olival Basto et Amora.

Francisco Lima a expliqué que normalement la sélection de l’échantillon est aléatoire, en utilisant le fichier des logements nationaux des bases structurelles de l’INE, qui provient du recensement, et à travers lequel les résidences principales existant dans le pays sont connues, mais ce n’était pas le cas ici. .

« Ici, ce n’était pas un hasard. Nous avons décidé de choisir des hébergements dans ces régions car nous savons que dans ces localités, nous trouverons des groupes qui nous intéressent de savoir comment ils répondent à l’enquête », a déclaré le président de l’INE.

Il a ajouté que le processus impliquait de sélectionner des zones, des municipalités puis des paroisses, c’est pourquoi l’action s’est concentrée dans la zone métropolitaine de Lisbonne, où se trouvaient les quartiers d’intérêt.

Le responsable a déclaré que des questions étaient posées sur les origines ethniques, telles que l’ascendance – la personne interrogée a répondu sur lui-même, ses parents et ses grands-parents – mais on lui a également demandé comment la personne se voyait en termes d’origine.

« Cette question était l’une de celles que nous voulions tester pour voir l’adhérence, et les résultats étaient meilleurs que ce à quoi nous nous attendions. Le taux de réponse est supérieur à 70%, ce qui pour une enquête de cette nature est plutôt bon », a-t-il souligné.

Quant aux questions sur la discrimination, « le taux de non-réponse est au maximum de 3%, ce qui est plutôt positif », a-t-il souligné.

L’enquête pilote comportait également des questions sur les domaines de la santé, du logement, du marché du travail et de la famille, Francisco Lima soulignant qu’il est « nécessaire de freiner l’ambition » car « il y a une limite » à ce qui peut être inclus dans l’enquête finale.

« Même ainsi, ce sera un pas vers quelque chose qui n’était pas disponible au Portugal et qui sera très intéressant », a-t-il souligné.

Selon le président de l’INE, il faut désormais « affiner » certaines des questions posées, en tenant compte des réponses apportées, mais il a souligné qu' »un pilote c’est vraiment ça, c’est voir comment les gens comprennent et acceptent les questions ». ”.

L’une des constatations, par exemple, concernait la langue utilisée, puisque dans certaines situations, on a constaté que l’anglais était très institutionnel et que certaines personnes avaient du mal à le comprendre, et dans d’autres qu’il pourrait être judicieux d’avoir des «variantes de portugais », une situation pour laquelle le Haut-Commissariat aux migrations ou l’Observatoire peuvent apporter leur aide

des migrations.

Francisco Lima a précisé que les données quantitatives de l’enquête pilote ne seront jamais publiées, seulement quelques informations qualitatives, car l’échantillon n’est pas représentatif de la réalité nationale, mais uniquement des groupes de test.

« Les microdonnées seront disponibles pour la communauté scientifique, et en plus de la première couche, il y a d’autres couches d’analyse que nous pouvons retirer d’ici, par exemple, pour définir des politiques anti-discrimination ou, s’il y a des preuves de racisme, pour voyez où cela se manifeste, dans quelles situations, avec quel genre de personnes », a-t-il souligné.

Le président de l’INE a également ajouté que le plan est de commencer l’enquête finale, déjà étendue à l’ensemble de la population, en décembre de cette année, ce qui signifie qu’au cours du dernier trimestre, l’enquête et le document méthodologique seront publiés, en commençant la collecte sur le terrain à cette fois et pour les trois mois suivants.

SV // ZO