Plus de 166 000 enseignants reçoivent leurs vaccins contre Covid-19 ce week-end, avant la réouverture des écoles secondaires et de l’enseignement supérieur dans tout le pays dans le cadre de la «phase 3» du programme de déconfinement du Portugal.

Les enseignants du primaire ont été vaccinés avant la réouverture des écoles primaires, des crèches et des établissements préscolaires à la mi-mars.

Curieusement, cependant, il semble qu’au moins 5 000 enseignants (en d’autres termes, 3%) ont répondu à des messages les appelant à se faire vacciner pour dire qu’ils n’en voulaient pas.

Près de 15 000 autres (14 960, soit 9%) n’ont pas répondu à la campagne de messagerie texte de toute façon – il est donc difficile de savoir s’ils se présenteront aux lieux de vaccination.

Le fait que le syndicat des enseignants Fenprof affirme que certains membres disent ne pas avoir été contactés du tout est également «déroutant».

Selon les rapports, le nombre de personnes «isolées» est «indéterminé».

Mais pour s’assurer que chaque enseignant / membre du personnel non enseignant de l’enseignement supérieur se voit offrir un vaccin, le ministère de l’Éducation s’est engagé à mettre en place une plateforme en ligne entre lundi et mercredi la semaine prochaine, afin que les «  exclus  » puissent être inclus dans la finale. stade des vaccinations prioritaires.

Correio da Manhã rapporte que la majorité des vaccins administrés ce week-end seront Pfizer «étant donné que la plupart des personnes qui doivent être vaccinées auront moins de 60 ans et ne pourront donc pas recevoir le vaccin AstraZeneca».

Entre-temps, le chef de Pfizer a clairement indiqué que même les personnes déjà couvertes par deux injections de ce vaccin (le plus cher) sur le marché à ce jour nécessiteront un «  rappel  » quelque part entre six et 12 mois après la première inoculation, afin «renforcer l’immunité».

Selon des informations parues dans la presse portugaise, l’exigence de ce rappel «ne compromettra pas» l’ambition du Portugal d’avoir atteint «l’immunité collective» d’ici la fin de l’été.

« Cette troisième dose fonctionnera, très probablement, comme un renforcement de l’immunité d’une manière qui se produit avec d’autres vaccins – pour augmenter la quantité de protection, pas parce que la protection n’existe pas », a déclaré le GP Rui Nogueira au journal.

Pour le moment, on ne sait toujours pas combien de temps dure l’immunité conférée par l’un des vaccins utilisés en Europe. Les populations sont de plus en plus amenées à accepter que ces vaccins devront être administrés régulièrement (annuellement ou tous les deux ans).

[email protected]