« Le fait que la PJ enquête sur l’incendie est une pratique courante, car il y a eu une victime mortelle, mais nous attendons que les enquêtes soient terminées », a déclaré le commandant des pompiers volontaires de Faial de Faial, Nuno Henriques, essayer de déterminer les causes de l’incendie.

L’incendie s’est déclaré tôt mardi soir dans un immeuble d’appartements du centre de Horta, où vivaient 10 familles, dont certaines étaient bloquées aux étages supérieurs, incapables de s’échapper dans la rue.

«À notre arrivée, nous avons rencontré des flammes sortant de la fenêtre de l’appartement. Nous avons donné la priorité à la protection des victimes qui étaient aux fenêtres pour demander de l’aide. Nous avons effectué des opérations simultanées de protection, de combat et de sauvetage, car les escaliers étaient complètement remplis de fumée et de gaz », explique Nuno Henriques.

Une femme de 56 ans est décédée à la suite de l’incendie et 10 autres résidents ont dû être hospitalisés, en raison de l’inhalation de fumée, lors d’une opération de sauvetage que le commandant des pompiers volontaires de Faial décrit comme difficile.

«C’était un incendie avec une complexité accrue, non seulement en raison du nombre de victimes impliquées et du nombre de sauvetages que nous avons dû faire, mais aussi en raison de la structure du bâtiment, qui compte quatre étages. De plus, l’appartement où le feu s’est déclaré était pratiquement en flammes à notre arrivée », se souvient-il.

Selon le président de la mairie d’Horta et du service municipal de la protection civile, José Leonardo Silva, il a fallu relocaliser 25 personnes, qui attendent encore aujourd’hui une inspection technique du bâtiment, pour savoir si elles peuvent ou non rentrer chez elles.

« Trente personnes ont été touchées, 25 ont été relocalisées par le conseil municipal dans une unité résidentielle locale et quatre sont allées à des membres de leur famille », a déclaré le maire. La 30e personne touchée était la femme de 56 ans décédée.

La protection civile municipale, a-t-il rappelé, était sur le site «dès la première heure, afin d’accueillir les gens et de suivre l’ensemble du processus», attendant désormais le résultat de l’inspection.

Le président du conseil paroissial de Matriz, Laurénio Tavares, a également accompagné les victimes de l’incendie et a déclaré à Lusa qu’elles attendaient toutes, «avec une certaine anxiété», l’autorisation de la police et des autorités de la protection civile pour pouvoir regagner leurs appartements.

L’enquête « sera réalisée par des techniciens de la mairie et du gouvernement régional, pour voir les conditions de vie du bâtiment lui-même et pour savoir s’ils peuvent ou non rentrer chez eux », a-t-il ajouté.

L’immeuble où l’incendie s’est déclaré a été construit il y a un peu plus de dix ans, pour abriter certaines des victimes du tremblement de terre de 1998 sur l’île de Faial.

RF // ROC