« L’artiste Pedro Abrunhosa et Sons em Trânsito demandent une position du gouvernement portugais à ce sujet. Nous comprenons que l’ambassade de Russie ne comprenne pas facilement le sens de la liberté d’expression, mais il est encore inédit et très inquiétant qu’un citoyen portugais, au Portugal, soit ainsi intimidé par une représentation diplomatique étrangère », lit-on dans un communiqué publié aujourd’hui par l’agence et productrice de spectacles Sons em Trânsito.

L’ambassade de la Fédération de Russie en République portugaise a publié cette semaine, sur son site internet, un « commentaire », motivé par les « déclarations inacceptables du chanteur Pedro Abrunhosa », le 2 juillet, lors d’un concert à Águeda.

La représentation russe rapporte qu’« elle a reçu des lettres de compatriotes russes en colère qui se disent choqués par le comportement de l’un des célèbres chanteurs portugais Pedro Abrunhosa ».

« Lors du concert au festival AgitÁgueda 2022, il s’est permis de dire plusieurs choses grossières et inacceptables sur les citoyens de la Fédération de Russie, ainsi que sur ses plus hauts dirigeants. De plus, Pedro Abrunhosa a encouragé avec extase les spectateurs, y compris les Russes qui ont également payé les billets, à répéter ce qu’il criait, ayant à la fin exprimé le souhait que ses paroles soient entendues à Moscou », rapporte l’ambassade.

Lors du concert, disponible en intégralité sur la plateforme Youtube, Pedro Abrunhosa s’est exprimé sur la guerre en Ukraine, avant de commencer à chanter le thème « Peut-être Foder », dans lequel il aborde des sujets tels que la guerre, la faim et le fascisme.

« Nous ne pouvons pas et nous n’oublierons pas que l’Europe est en guerre. Et la guerre la plus stupide de toutes, une guerre parfaitement évitable, une guerre de la haine, une guerre où des familles comme la nôtre doivent fuir chaque jour », avait-il déclaré à l’époque.

Le musicien a rappelé qu' »il y a aussi ceux qui ne fuient pas, et sur une île d’Ukraine un marin a répondu à l’appel d’un bateau russe en disant : ‘bateau russe, va te faire foutre’, ce qui revient à dire ‘bateau russe…’ , ce qui revient à dire ‘Vladimir Poutine, va te faire foutre’ ».

« Ce cri doit être entendu aujourd’hui à Moscou et à Kiev », a-t-il déclaré.

L’ambassade de Russie, dans le communiqué, fait savoir que les propos du musicien portugais, « indignes de l’homme de culture qui, en plus, représente le pays, qui manifeste ouvertement contre tout type de haine et de discrimination , ont été entendus » et que « les conclusions respectives seront tirées ».

Pedro Abrunhosa et Sons em Tânsito considèrent que l’ambassade signifiait que la voix de l’artiste « a été entendue dans les couloirs du pouvoir russe et que les autorités de ce pays seront attentives aux activités du musicien ».

« Les voix des enfants, des femmes et des citoyens ukrainiens et russes tués dans cette guerre injustifiable se font également entendre dans le monde entier, et il appartient aux citoyens, en particulier aux artistes, de veiller à ce que la barbarie ne tombe pas dans la normalisation », rétorquent-ils.

Dans le communiqué, l’ambassade déclare également que les « cris honteux » de Pedro Abrunhosa « s’inscrivent dans plus d’un article de la législation pénale portugaise, et dans ce contexte, nous avons informé les forces de l’ordre compétentes par la voie diplomatique ».

« L’ambassade de Russie continue de veiller aux intérêts des citoyens russes résidant au Portugal, et aucune provocation ignoble à leur encontre ne restera sans réponse », conclut-il.

Pedro Abrunhosa, qui souhaite « la réalisation de la Paix au plus vite pour le peuple ukrainien et le peuple russe », assure qu’il continuera « à utiliser sa voix et sa visibilité à cette fin, ou pour d’autres causes qui lui paraissent justes ». , quand bon lui semble.

La Russie a lancé le 24 février une offensive militaire en Ukraine qui a tué plus de 5 100 civils, selon l’ONU, qui prévient que le nombre réel risque d’être beaucoup plus élevé.

L’offensive militaire russe a fait fuir plus de 16 millions de personnes, dont plus de 5,9 millions ont fui le pays, selon les derniers chiffres de l’ONU.

L’organisation internationale a observé le retour de personnes sur le territoire ukrainien, mais prévient que de nouvelles vagues de déplacement sont prévues en raison de l’insécurité et du manque d’approvisionnement en gaz et en eau dans les zones touchées par les affrontements.

Toujours selon les Nations Unies, plus de 15,7 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire en Ukraine.

L’invasion russe a été condamnée par la communauté internationale dans son ensemble, qui a réagi en envoyant des armes à l’Ukraine et en renforçant les sanctions économiques et politiques contre Moscou.

JRS // MAG