07-4401561-9301788-jpg

« Nous avons déposé cette plainte [no Ministério Público] et si nécessaire, nous aurons aussi recours à des instruments tels que l’action populaire elle-même ou une injonction. Notre bureau d’avocats étudie précisément chacune de ces possibilités », a déclaré le chef du parti lors d’une visite dans la zone où le lotissement est prévu.

Selon Inês Sousa Real, la plainte, déposée lundi, vise à faire agir le ministère public pour défendre les «intérêts environnementaux», le groupe de citoyens contestant le projet ayant déjà déposé une injonction préliminaire parvenue au tribunal administratif central du Sud. ., qui s’est avéré être juste par le promoteur.

« Le PAN ne peut pas se ranger du côté de décisions politiques absolument irresponsables qui constituent des actes criminels envers les valeurs environnementales, alors nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour défendre ce patrimoine naturel unique », a insisté le député du PAN, entouré d’une quarantaine de personnes montrant des photos d’oiseaux et manifestant. bannières.

Pour la zone en question, une zone humide temporaire d’environ huit hectares, la construction de 11 lots pour le commerce et les services est prévue, un projet qui remonte à 2007 et qui est depuis contesté par les mouvements et associations écologistes, avec les travaux de Earthworks sur le site a commencé en octobre.

« Nous ne pouvons pas avoir une violation des droits environnementaux comme nous le voyons ici. Le PAN ne restera pas silencieux tant que cette situation ne sera pas arrêtée », a réitéré Inês Sousa Real, soulignant qu’il n’est pas acceptable que cette zone subisse « une attaque et un dommage absolument irréversible ».

Selon le député et leader du PAN, en plus d’être une zone inondable, « en raison des modifications successives de la législation, une étude d’impact environnemental est requise, comme déjà mentionné par la CCDR [Comissão de Coordenação e Desenvolvimento Regional] parler dans le même sens ».

Outre le CCDR de l’Algarve, l’Institut pour la conservation de la nature et des forêts (ICNF) affirme également qu' »il existe des valeurs environnementales très pertinentes, soit pour leur biodiversité, soit pour le rôle que jouent les zones humides dans la lutte contre la crise climatique », a-t-il ajouté.

« Ce qui aurait dû être étudié à ce moment-là et ce que le maire avait l’obligation de faire pour défendre les intérêts de la population, c’était de s’asseoir avec le procureur et de trouver un autre espace. Une surface commerciale peut être construite n’importe où ailleurs dans cette commune », a-t-il conclu.

Selon Anabela Blofeld, du groupe de citoyens contestant le projet, cette zone, où les amateurs d’ornithologie, portugais et d’autres pays, voyagent pour photographier les 149 espèces d’oiseaux qui cherchent refuge dans cette zone, devrait être transformée en parc. Publique.

Selon le citoyen, en plus de la haute valeur environnementale de la zone, qui abrite plus de 300 espèces de faune et de flore, c’est un terrain vulnérable aux inondations et où, si trop de poids est placé sur la surface, il peut y avoir être un risque d’affaissement de terrain. .

Le projet initial a été approuvé en 2009 et est passé par toutes les phases d’autorisation prévues par la loi pour permettre l’octroi du permis et le lotissement, selon la Chambre de Lagoa.

Le défi au projet est venu de plusieurs associations et mouvements, à savoir l’Association Almargem, A Rocha Portugal, GEOTA, FAPAS, la Ligue pour la protection de la nature (LPN), la Société portugaise pour l’étude des oiseaux (SPEA) et ZERO – Associação Système Terre durable.