Quand arrive la première tranche des fonds du PRR ? Quand le premier ministre peut-il « aller à la banque » ?
Le PRR n’est pas encore définitivement approuvé par l’Union européenne (UE). Malgré tout, nous avons pris des mesures qui nous ont permis de lancer des concours. Il est désormais possible de déposer trois types de candidatures. Deux d’entre eux sont destinés aux établissements d’enseignement supérieur. Premièrement, promouvoir des actions de formation destinées aux jeunes, dans les domaines des sciences, des mathématiques, de l’ingénierie et des arts, domaines dans lesquels le Portugal doit augmenter le nombre de diplômés. L’autre vise à former des adultes. Bien qu’ayant des qualifications inférieures, les personnes dans le groupe d’âge des années 50 sont toujours très valides et resteront sur le marché du travail assez longtemps pour investir dans leur éducation, leur université et leur école polytechnique. Nous ne pouvons pas nous passer de ces Portugais car nous en avons besoin. Nous devons les qualifier maintenant. Le troisième type d’application est la mesure d’efficacité énergétique destinée aux familles. Quiconque souhaite, par exemple, changer les portes et les fenêtres de sa maison, peut déjà le faire grâce au financement du PRR. Lorsqu’il sera nécessaire de soutenir ces projets, nous aurons ces fonds anticipés par le budget de l’Etat. Nous n’attendons pas que le PRR passe.

Quelle est la meilleure estimation pour l’arrivée des fonds de Bruxelles ?
Une à deux semaines après approbation par le Conseil européen. Cela ne vaut pas la peine d’être obsédé par une date car cela ne nous empêche pas de commencer à sélectionner, décider, financer et même, si nécessaire, payer les premières initiatives.

Quand sera-t-il approuvé par le Conseil européen ?
La présidence slovène de l’UE démarre, qui conduira le processus. Cela ne dépend plus de nous [da presidência portuguesa]. Au cours du mois de juillet, nous nous attendons à ce que le plan soit approuvé et la première tranche reçue.

Dans la compétition pour l’efficacité énergétique, le paiement sur facture ne sera-t-il pas un facteur discriminant, car tout le monde ne pourra pas avancer l’argent ?
Nous étudions, avec le ministère de l’Environnement, un mécanisme pour atténuer les besoins de ces familles. Nous essaierons d’avancer l’argent, qui sera ensuite réglé sur présentation de la facture. Voyons ce que les règles nous permettent de faire dans ce domaine.

Comment s’assurer, en amont, que les projets sont en mesure d’être approuvés ? Quelles mesures les promoteurs devraient-ils prendre pour assurer une meilleure exécution des fonds ?
Il est nécessaire de remettre en cause l’idée que nous sommes mauvais dans l’exécution. Le taux d’exécution des fonds européens n’a jamais été faible au Portugal. Nous sommes cinq points de pourcentage au-dessus de la moyenne européenne, qui est d’environ 50 %. Parmi les pays avec les plus grosses enveloppes financières, il n’y en a qu’un devant nous : la Lituanie, un ou deux points de pourcentage de plus. Les grands pays bénéficiaires comme l’Espagne et l’Italie sont dix points en dessous de nous. Nous avons toujours été sur le podium, mais cela ne nous calme pas. Cela montre à quel point il est difficile de gérer les fonds en cette période de pandémie.

Comment améliorer le taux d’exécution de 55% ?
Dans cette phase de transition, dans laquelle nous devons fermer Portugal 2020 et commencer par Portugal 2030, nous avons également le PRR à mettre en œuvre, dans un délai plus court et avec des règles différentes. Nous mettons tout en œuvre pour simplifier et fluidifier le processus. Nous avons lancé des appels d’offres, avec des décisions à très court terme – au troisième trimestre – et nous aurons une certaine exécution d’ici la fin de l’année. Nous avons un modèle de gouvernance perturbateur, car nous avons beaucoup centralisé la question de la conception et de la coordination, mais nous avons décentralisé l’exécution. Nous voulons contracter directement, avec ceux qui sont sur le terrain, et nous avons déjà éliminé certaines phases – la candidature, l’analyse de la candidature et la décision – qui ont pris des mois et des mois. Pour les bénéficiaires directs, nous supprimerons cette phase dans la mesure du possible. S’il y a une conception prédéterminée dans le programme lui-même, nous ne retournerons pas à l’analyse de cette conception. Nous avons demandé plus de détails et sommes passés à la phase de contrat avec la structure de la mission. L’application correcte des fonds présente de nombreux défis afin d’éviter le double financement et la fraude. Mais nous avons le devoir de trouver un équilibre optimal entre le faire vite et bien, en toute sécurité et au rythme souhaité.

Le PRR a une vision de l’avenir alignée sur l’Europe, dans les transitions numérique et climatique. Mais ces objectifs ne compromettront-ils pas une reprise rapide des entreprises ?
Je ne suis pas d’accord. Le bilan que nous avons fait, avec la Commission européenne, nous apprend que l’impact du RRP sera plus important à moyen terme, cinq ans, qu’à long terme. Mais les agendas numériques et climatiques ne produisent pas seulement des résultats à moyen et long terme. L’investissement agit immédiatement sur l’offre. Le remplacement des portes et des fenêtres stimule les petites entreprises de construction et d’assemblage dans tout le pays, avec des effets à court terme. Il faut lancer les petits travaux, pour ne pas laisser tomber le boulot. On dit aussi que le PRR a beaucoup d’Etat. Mais les millions pour le logement iront aux opérateurs du marché. Le réseau de soins primaires et continus passera également par des constructions sur tout le territoire.

Le PRR pourra-t-il stimuler l’économie à court et moyen terme ?
Oui, il y a un effet keynésien à court terme, et un effet schumpétérien à moyen et long terme. Répondant aux besoins de santé, de logement et sociaux, nous contribuons également à la transition numérique et climatique. Le PRR aura un impact immédiat, dans les secteurs et régions les plus faibles. Ensuite, il y aura une phase de redynamisation du tissu productif, qui sera complétée par le démarrage des fonds Portugal 2030. On le voit dans son ensemble, mais le défi est très exigeant. C’est l’occasion de réaliser un ensemble d’investissements pour répondre aux problèmes du pays.

« Vous ne pouvez pas continuer à donner du maïs aux moineaux », a déclaré l’ancien ministre Valente de Oliveira, défendant que les fonds devraient aller à des projets structurants…
Nous n’avons pas une vision fragmentée du support PRR. Nous avons un dispositif d’accompagnement des entreprises, dans le domaine de l’innovation des entreprises, qui porte sur près de 900 millions d’euros. Nous voulons des agendas mobilisateurs autour de secteurs émergents, à fort potentiel de croissance, et où nous comptons sélectionner un nombre très limité de projets. On parle d’un peu plus d’une dizaine de projets. Les « moineaux » marchent en troupeau et sont généralement plus nombreux… je ne sais pas quel prof. Valente de Oliveira, mais ce qu’il a dit n’a pas sa place dans le PRR.