Le spectacle, avec entrée gratuite, est promu par la Fondation Eugénio de Almeida (FEA) et sera présenté au Centre d'art et de culture (CAC) de cette institution, au cœur de l'acropole de la ville de l'Alentejo, à partir de 10h00. 19, et jusqu'à la fin du premier trimestre de l'année prochaine.

L'initiative rassemble «au total 44» portraits photographiques de Moira Forjaz, dont «quatre sont de grand format et le reste de taille moyenne», a expliqué aujourd'hui à Lusa le directeur du CAC, José Alberto Ferreira.

Les «grands protagonistes» de cette série de portraits qui incarnent «Ilhéus» sont «des habitants d'Ilha de Moçambique», dans la province de Nampula, au Mozambique, selon la FEA.

«Ce sont des insulaires âgés qui laissent entrer le photographe dans leur intimité, racontant leur vie à la première personne», a indiqué l'organisation, soulignant que les 44 portraits «reviennent» au public «un regard sur Ilha de Moçambique, ville jumelée avec Évora, et dessiner un chemin de lumière et de couleur rapprochant les lieux ».

Les œuvres présentes au salon, organisées par Paola Rolletta et présentées à Sala Rostrum, au 0e étage du CAC, célèbrent la vie et la communauté d'Ilha de Moçambique et «sa proximité historique et culturelle avec Évora».

«Ce voyage sur l’île du Mozambique est aussi un moyen de promouvoir la proximité de deux territoires ayant une histoire et un patrimoine communs, ce qui est particulièrement pertinent dans le contexte pandémique actuel» du covid-19, «dans lequel les distances se sont élargies et il s’est éloigné ce qui était déjà loin », a souligné la FEA.

Dans une exposition qui vise à «aborder le fait que tout est dans un seul grand ciel», et «tout le monde a droit à un nom», Moira Forjaz «exprime son intérêt à capturer l'essence et la vie du sujet dépeint, sa rêves, frustrations, déceptions et satisfactions », a-t-il déclaré.

«Ilhéus» rend ainsi «hommage au peuple particulier, vibrant, intéressant et doux d'Ilha de Moçambique, invitant les habitants d'Évora à établir un dialogue avec eux, médiatisé par la couleur, la lumière et l'ombre qui dominent les portraits».

L'artiste "ne cherche pas une belle photographie, elle n'est pas attachée à la construction mentale qui induit l'observation du sujet d'un point de vue principalement esthétique", explique Paola Rolletta.

Au contraire, l'intention de l'auteur est de «capturer l'esprit du sujet. Et l'esprit est la vie elle-même et sa dignité », a-t-il expliqué, soulignant que« le voyage photographique de Moira est un voyage constant pour trouver le sens le plus caché de l'existence humaine ».

«Témoignage de l'aventure portugaise d'autrefois», le lieu représenté dans «Ilhéus» est «le grand amour» de l'artiste, qui l'a rencontré en 1976 et où il vit actuellement.

Ville jumelée à Évora, depuis 1997, l'île du Mozambique est également inscrite au patrimoine mondial de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), en reconnaissance de «l'unicité de son paysage architectural, mis en valeur par les signes de la présence expressive des Portugais , qui y est arrivé au XVIe siècle », a déclaré la FEA.

«Les forteresses, les tours et les églises témoignent de son importance stratégique en tant qu'escale de navigation pour la Carreira da Índia entre Lisbonne et Goa, ouverte par Vasco da Gama», et, en outre, «elle a servi d'adresse au poète Luís de Camões et d'inspiration pour la mythique «Ilha dos Amores» chantée à Os Lusíadas », a-t-il souligné.

En raison de la pandémie de covid-19, les mesures de prévention épidémiologique recommandées par la direction générale de la santé sont en vigueur à la CAC, et l'utilisation d'un masque de protection est obligatoire.

RRL // MAG

Le contenu Moira Forjaz expose à Évora des portraits d'habitants de l'île du Mozambique apparaît d'abord à Visão.