L'écrivain mozambicain Mia Couto a remporté le prix Jan Michalski de littérature, pour l'édition française de la trilogie «As Areias do Imperador», publiée cette année en France, avec la traduction d'Elisabeth Monteiro Rodrigues, a annoncé aujourd'hui la fondation suisse.

Le jury du prix a reconnu «la qualité exceptionnelle de l'écriture» de Mia Couto, qui allie subtilement «l'oralité et la narration littéraire et épistolaire, les contes, les fables, les rêves et les croyances, dans la réalité historique du Mozambique, à la fin du XIXe siècle. , dans la lutte contre la colonisation portugaise ».

«Sans aucun manichéisme, l'auteur aspire à l'empathie avec les protagonistes, confrontés à l'inhumanité de la guerre, leur attribuant une force épique, en accord avec la riche nature africaine», a conclu le jury, présidé par Vera Michalski L'essayiste français Benoît Duteurtre, les écrivains Alicia Gime´nez Bartlett, d'Espagne, et Siri Hustvedt, des États-Unis, le romancier ukrainien Andrei Kourkov, le poète polonais Tomasz Rozycki, ainsi que les auteurs Carsten Jesten, du Canada, et le rappeur Français juil.

La trilogie «Les sables de l'empereur», composée par les romans «Femmes en gris», «L'épée et l'Azagaia» et «Le buveur d'horizons», se concentre sur les derniers jours du soi-disant État de Gaza, le deuxième plus grand empire de L'Afrique, à la fin du XIXe siècle, dirigée par un Africain.

Ngungunyane (Gungunhana) était le dernier d'une série d'empereurs notables, qui détenaient le pouvoir sur près de la moitié du territoire du Mozambique.

Vaincu en 1895 par les forces portugaises, commandées par Mouzinho de Albuquerque, Ngungunyane fut déporté aux Açores où il mourut en 1906. En 1985, sa dépouille fut transférée au Mozambique.

Dans la trilogie, Mia Couto reprend les faits connus et les personnages réels, qui se conjuguent à la fiction, en se concentrant sur la jeune mozambicaine Imani Nsambe, éduquée par des missionnaires, qui sert d'interprète pour les différentes factions en confrontation, liées par un amour impossible pour le militaire portugais allemand. Melo.

Le travail est étayé par l'enquête de l'auteur sur une vaste documentation au Mozambique et au Portugal, ainsi que par des témoignages recueillis à Maputo et Inhambane.

Le titre, "Les Sables de l'Empereur", fait référence à la légende selon laquelle, au lieu des os de Ngungunyane, se trouvaient des mottes de terre, de sable, qui retournaient dans leur pays.

La trilogie, publiée par le French Me´tailie´, sous le titre «Les sables de l’empereur», a été publiée au Portugal par Caminho, entre 2015 et 2017.

Le prix de littérature Jan Michalski associe la valeur de 50 000 francs suisses (45 687 euros) à «une œuvre d'art choisie et commandée en l'honneur» du lauréat.

Créé par la Fondation Jan Michalski, pour distinguer les œuvres de la littérature mondiale, publiées en français, le prix est décerné à Mia Couto, environ un mois après la publication de son nouveau roman, «The Mapper of Absences», qui a commencé comme un hommage dans la ville de Beira, mais cela a fini par devenir un voyage dans le passé de l'auteur et les «absences» qui l'ont marqué à jamais, comme il l'a dit à l'agence Lusa.

«The Mapper of Absences» est raconté par Diogo Santiago, un intellectuel mozambicain prestigieux et respecté, qui se rend dans sa ville natale, Beira, à la veille du cyclone Idai qui l'a dévastée en 2019.

Traduite dans plus de 30 langues, lauréate du prix Camões en 2013, Mia Couto a également été distinguée avec le prix Vergílio Ferreira, en 1999, avec le prix de l'Union latine pour les littératures romaines, en 2007, et avec le prix Eduardo Lourenço, en 2011, tout au long de la carrière.

«Terra Sonâmbula» a été élue parmi les douze meilleurs livres africains du XXe siècle et «Jesusalém» parmi les 20 meilleurs livres de fiction les plus publiés en France, choisis par la radio France Culture et le magazine Télérama.

Pour le prix Jan Michalski de littérature, outre Mia Couto, le franco-britannique Philippe Sands a été finaliste pour le livre «Retour à Lemberg», et l'Américain Fran Ross, pour «Oreo», publié au Portugal par Antígona.

Sands a publié au Portugal «Estrada Leste-Oeste – Les origines du génocide et des crimes contre l'humanité» (membres).

Mia Couto succède à l'écrivain israélien Zeruya Shalev, distingué par le roman «La douleur», publié au Portugal par Elseneur.

MAG (AL) // SF

Contenu Mia Couto remporte le prix de littérature Jan Michalski pour «As Areias do Imperador» apparaît pour la première fois à Visão.