«Nous ne sommes pas d'accord avec le contenu du rapport», a déclaré Miguel Albuquerque, en marge d'une visite des travaux d'agrandissement de l'école primaire et secondaire de Ribeira Brava, à l'ouest de Madère, en renforçant: «Les rectifications que nous devons faire, allons-y faire, mais nous affirmons qu’il ne s’agit pas d’irrégularités ».

La Commission européenne a conclu aujourd'hui que le régime III de la zone franche de Madère (ZFM), qui était en vigueur jusqu'au 31 décembre 2014, enfreignait les règles en matière d'aides d'État, car il couvrait les entreprises qui n'ont pas contribué au développement de la région, le Portugal devrait donc récupérer maintenant toutes les «aides indues, plus les intérêts».

L'enquête a été lancée en 2018 et a révélé que «la mise en œuvre du régime III de la zone franche de Madère au Portugal n'est pas conforme aux décisions de la Commission en matière d'aides d'État», soulignant que «les réductions fiscales ont été appliquées aux entreprises qui ne représentaient pas toute valeur ajoutée pour le développement de la région ».

"Nous sommes maintenant sous le régime IV et toutes les clarifications ont été apportées", a déclaré Miguel Albuquerque, soulignant que, par rapport au régime précédent, le gouvernement prétend qu'il n'y a pas eu d'irrégularités.

Le chef de l'exécutif de la coalition PSD / CDS-PP a déclaré le Centre des affaires internationales de Madère, également connu sous le nom de Zone de libre-échange, comme «essentiel et indispensable» pour le développement de l'archipel, mais il a averti que des places concurrentes, comme Malte , Chypre, la Hollande, le Luxembourg, Londres, «essaient toujours de faire tomber» la place régionale.

Albuquerque a également mis en garde contre la pression exercée au niveau national.

"Il y a des fous qui sont en liberté – certains d'entre eux veulent assumer de grandes responsabilités au niveau national – qui n'ont pas encore réalisé que ce centre d'affaires international est supervisé et audité par l'Union européenne et l'État portugais", a-t-il déclaré.

Le responsable a souligné que la zone franche est le «seul moyen» pour une région ultrapériphérique d'avoir des entreprises internationales, soulignant qu'elle représente actuellement 6 000 emplois directs et indirects et compte environ 1 600 entreprises, générant 120 millions d'euros de revenus taxe par an.

DC (ACC) // MCL

Le contenu de Madère n'est pas d'accord avec l'UE et affirme qu'il s'est conformé aux règles sur les aides d'État à la zone de libre-échange apparaît d'abord à Visão.