Lisbonne, le 30 mai 2022 –

La déclaration est de José Alberto Ribeiro, directeur du Palais national d’Ajuda, à Lisbonne, où se trouve le Musée royal du Trésor, qui s’ouvre le 1er juin, 226 ans après le plan initial et six ans après le début de la préparation de ce qu’aujourd’hui se présente comme un musée unique au monde.

« Quand je suis arrivé en 2013, il y avait un guide de trois pages sur ce qu’il fallait mettre [no museu]. Dès 2016, lorsqu’il a été permis, ou qu’il a été possible de démarrer les travaux et d’avancer définitivement, un large processus de sélection a commencé, avec des collaborateurs nationaux et internationaux », a déclaré le responsable, lors d’une visite guidée à la presse.

Pour José Alberto Ribeiro, c’est une « fierté et un privilège » que chacun puisse enfin « voir les pièces qui ont été fermées pendant des décennies et des décennies et qui sont un exemple de ce qui a été le mieux fait en matière d’arts décoratifs portugais et européens au XVIe siècle ».  » jusqu’au 20ème siècle ».

Selon Pedro Moreira, directeur des opérations au Musée royal du Trésor, « il n’y a pas de musée au monde avec toutes ces caractéristiques », qui combine un domaine de cette taille et de cette richesse avec un système de sécurité – avec plusieurs modèles de redondance – qui peut seulement être appariés avec ceux de Banco de Portugal et de Casa da Moeda.

Le directeur général du patrimoine culturel (DGPC) et architecte responsable du projet, João Carlos dos Santos, estime que ce « sera l’un des bâtiments les plus sûrs d’Europe et du monde », avec un modèle de sécurité qui « a commencé dès le début ». première conception ».

Lorsque le musée ferme au public, le coffre-fort est également fermé et « c’est la plus grande protection qui [se tem] pour le Trésor lui-même.

Le domaine, composé de symboles de pouvoir et d’objets personnels de luxe, représente l’une des collections les plus importantes au monde, en raison de sa taille, de sa rareté et de sa qualité, et raconte l’histoire du Portugal vécue depuis le Palácio Nacional da Ajuda, la maison des derniers rois du Portugal.

C’est une « collection très diversifiée » et, dans les différentes sections qui composent l’exposition, nous cherchons à montrer dans quels contextes les pièces ont été utilisées, à commencer par les pierres et les diamants qui ont servi de base à de nombreuses œuvres qui s’y trouvent, avec l’or, qui arrivait avec la dot des princesses, avec des cadeaux papaux ou des commandes de la famille royale elle-même – il était parfois « nécessaire de remplacer les biens de la maison royale », comme cela s’est produit après le tremblement de terre de 1755, au cours duquel le roi D. José a commandé la vaisselle Germain au meilleur orfèvre de Paris — avec les bijoux, « beaucoup de la reine Maria Pia, peut-être celle qui a laissé le plus de bijoux, et aussi avec de nombreuses vicissitudes qui sont racontées dans une chronologie au fil du temps », José Alberto Ribeiro a dit.

Parmi les pièces exposées, celles qui « ont toujours été considérées comme les plus précieuses » sont les « riches insignes ou la grande toison d’or de D. João VI, qui a une fenêtre qui lui est dédiée uniquement, la dentelle d’émeraudes qui appartenait à la reine d’Espagne Maria Bárbara de Bragança, l’Ordre de la Grand-Croix et la plaque de Nossa Senhora da Conceição de Vila Viçosa, réalisée pour l’acclamation de D. João VI en 1818 à Rio de Janeiro », a ajouté le directeur de l’Ajuda Palais National.

Bijoux rares et précieux, insignes et décorations, pièces de monnaie et bijoux civils et religieux, comme la couronne, qui serait la deuxième plus grande pépite d’or au monde ou la boîte à tabac commandée par D. José aux orfèvres du roi de la France au XVIIIe siècle, et que la maîtresse de Louis XV ne voulait pas laisser quitter Paris, sont d’autres pièces parmi les plus importantes qui composent la collection du musée.

La collection du Musée royal du Trésor est abritée dans l’un des plus grands coffres-forts du monde (40 mètres de long, 10 mètres de large et 10 mètres de haut), à trois étages, équipé d’équipements sophistiqués de sécurité et de vidéosurveillance, cinq tonnes, vitrines avec contrôle de la température et de l’humidité et verre pare-balles.

L’entrée de ce gigantesque coffre-fort doré se fait au troisième étage, par l’une de ces portes, de 40 centimètres d’épaisseur et de 2,5 mètres de haut, qui donne accès à un couloir dont la chronologie est inscrite au mur, avec des dates et des images qui expliquent qui les rois et les reines étaient responsables de la collection, ainsi que certains épisodes historiques importants pour la collection.

Tout l’intérieur du musée est sombre, sans fenêtres ni entrées lumineuses, à l’exception de l’éclairage spécifique des vitrines, qui « n’est pas du tout pareil », variable selon les pièces — celui qui éclaire le diamant ne l’est pas. le même qui illumine l’émeraude — et l’intensité que vous voulez lui donner.

La première salle abrite environ la moitié des centres d’exposition, dont le premier est consacré à l’or et aux diamants du Brésil, où un échantillon de spécimens bruts des métaux et des pierres précieuses qui symbolisent deux monopoles importants de la Couronne : l’extraction de l’or et des diamants au Brésil.

Vous y trouverez un lingot d’or 34 carats et le célèbre « diamant de Bragança », qui est en fait une grande aigue-marine.

Dans le deuxième noyau, sont exposées les pièces de monnaie et les médailles de la Couronne, largement utilisées par les maisons royales comme instruments et supports de propagande, de prestige et de pouvoir ; et le troisième présente les bijoux qui composent la collection du Palácio Nacional da Ajuda, provenant des anciens bijoux appartenant à la Couronne, et les bijoux des anciennes collections privées de différents membres de la famille royale portugaise, parmi lesquels le diadème de D. Maria II, en or, argent, cinq saphirs et 1 400 diamants.

Le quatrième noyau est dédié aux Ordres Honoraires et rassemble un ensemble unique au niveau national, dont se distingue la toison d’or — sertie de diamants (deux roses), de rubis et de saphir — présentée dans une vitrine tubulaire « pour le visiteur étant pouvoir le voir dans toute sa splendeur », a déclaré José Alberto Ribeiro.

La cinquième section présente « quelques-unes des pièces les plus importantes et les plus précieuses, les insignes royaux, parmi lesquels les trois ordres militaires – Christ, Avis et Santiago -, la couronne royale, les sceptres et les deux manteaux restants ».

Au bout de ce nucelle, un tableau de José Malhoa, de 1890, se dresse sur le mur du fond, représentant l’acclamation de D. Carlos, accompagné d’un manteau en tissu de soie cramoisie, avec des étoiles brodées d’une lame en argent doré.

La sixième section est consacrée aux objets à usage civil en argent sculpté, mettant l’accent sur un ensemble de plateaux et d’argent portugais du XVIe siècle, avec des scènes de l’histoire portugaise et des épisodes bibliques ; le septième fait référence aux anciennes collections privées du roi Ferdinand II et de son fils, Luís I, avec d’autres pièces d’argenterie de valeur à usage civil; la huitième section est consacrée aux offrandes diplomatiques, comme les « très peu connus rubans bénis », brodés de fil d’or, offerts par le pape Pie VI au Portugal ; et la neuvième section est consacrée à la chapelle royale, avec une sélection d’instruments liturgiques et de vêtements qui évoquent les cérémonies religieuses.

La dixième section est consacrée à l’Orfèvrerie Germain, ainsi appelée parce qu’elle a été commandée à l’orfèvre François-Thomas Germain, après le tremblement de terre de 1755, et qui se compose d’un ensemble de référence d’orfèvres français des années 1700 à l’international pour leur qualité et leur rareté.

Conçus pour servir « à la française » comme le faisaient alors les cours européennes, les ensembles d’assiettes, plats et couverts d’argenterie étaient disposés symétriquement sur la table, successivement en quatre étapes suivant l’ordre du repas : d’abord le « cuit », puis les « rôtis », les « entremèzes » et, enfin, les « sucrés ».

La dernière section, Viagens do Tesouro Real, entend faire connaître la mobilité du trésor qui était habituellement avec le roi et qui l’a accompagné dans sa gloire et ses actes solennels, mais aussi dans ses vicissitudes.

Le responsable de la DGPC a souligné que le trésor exposé vaut l’histoire qu’il raconte, ce qui est particulièrement illustratif « dans le dernier noyau, qui est le voyage et montre les cases où cette collection a voyagé dans le passé ».

Concernant la valeur estimée conservée dans ce grand coffre-fort, João Carlos dos Santos garantit qu’elle est « incalculable : la plus grande valeur est qu’elle fait partie de notre histoire et c’est quelque chose qui n’a aucune valeur. Si on parlait de la valeur des objets eux-mêmes, des pierres précieuses, on parlerait d’une valeur incalculable ».

L’un des principaux défis pour l’architecte était d’achever le palais, « un palais inachevé après 226 ans qui devait tripler sa taille actuelle », en conciliant la valeur patrimoniale de l’édifice, classé monument national, avec la construction, dans l’aile ouest, d’un espace à l’expression contemporaine.

Un autre défi était le musée lui-même : « Installer un musée sur 12 000 mètres carrés avec des caractéristiques grandes et spécifiques qui doit être un véritable trésor ».

Selon le directeur général de Turismo de Lisboa, Vitor Costa, le projet avait un coût total de 31 millions d’euros, dont 4,4 millions provenaient de l’indemnisation du vol de bijoux, en 2002, aux Pays-Bas.

Le tourisme de Lisbonne a contribué neuf millions, à partir de prêts et de fonds propres, tandis que le conseil municipal de Lisbonne a contribué à hauteur de 18 millions, à partir des redevances touristiques – c’est le projet à ce jour qui a reçu le plus de financement.

Vitor Costa a indiqué que la campagne internationale de promotion de ce musée était déjà en préparation et que l’on s’attend à recevoir en moyenne 275 000 visiteurs par an, dont 60% d’étrangers.

Le musée comprend également des espaces techniques, un service d’aide à la gestion, un laboratoire de conservation et de restauration, deux salles d’expositions temporaires, un espace polyvalent et un service pédagogique.

AL // TDI