L'Union générale des travailleurs (UGT) réclame aujourd'hui une augmentation du salaire minimum à 670 euros au 1er janvier 2021, correspondant à une augmentation de 35 euros, égale à l'année en cours.

«Nous ne voulons pas d'erreurs, nous sommes disponibles pour le dialogue. Et pour cette raison, notre proposition est un salaire minimum de 670 euros », a déclaré le secrétaire général de l'UGT Carlos Silva, s'adressant aux journalistes, à l'issue d'une réunion du secrétariat national sur la politique de réclamation pour 2021, qui a eu lieu à Aveiro.

Dans le document, la centrale syndicale rappelle l'engagement du gouvernement en faveur de l'objectif d'atteindre le salaire minimum de 750 euros en 2023, arguant que cela "nécessite des progrès réguliers chaque année".

«Cela doit aller d'étape en étape. Si on reste à 635 euros, comme le veulent les patrons, qui disent qu'il n'y a pas de conditions pour le moment pour actualiser le SMIC, alors qu'est-ce qu'on fait pour l'année? Faites-vous un saut de 100 euros? Quelqu'un y croit-il? Et en 2023 ils atteignent 750 euros? C'est comme ça en un coup d'œil », a déclaré Carlos Silva.

L'UGT propose également une augmentation des salaires comprise entre 1,5% et 3%, garantissant une augmentation d'au moins 35 euros pour tous les travailleurs du secteur privé et des entreprises de l'Etat en 2021.

Concernant les salaires de l'administration publique, l'UGT prône une augmentation salariale d'au moins 1,1% pour tous les travailleurs.

Sur un ton plus dur que d'habitude, le dirigeant syndical a critiqué les entreprises qui profitent de la vague de la crise pandémique pour «punir, punir les travailleurs», commentant qu'il semble y avoir «des représailles du capital contre le travail».

«L'alerte s'adresse aux employeurs. Nous sommes attentifs. L'UGT est généralement une centrale très modérée, mais cela a atteint un niveau où tout le monde veut surfer sur la vague, licencier les travailleurs, puis fermer les entreprises et aller ailleurs pour déménager et embaucher de nouveaux jeunes travailleurs précaires avec moins de qualifications et payer le salaire minimum national et nous devons nous y opposer », a-t-il déclaré.

Le secrétaire général de l'UGT a également déclaré que la négociation collective devra être renforcée, montrant qu'il est disponible pour, au siège de la conciliation sociale, «accompagner ceux qui défendent au parlement ou en dehors du parlement à 35 heures dans le secteur privé et public. tomber dans l'expiration du code du travail, la modification du paiement des indemnités de départ et le remplacement du principe d'un traitement plus favorable ».

Sur le plan social, l'UGT défend immédiatement le renforcement des mesures de protection des revenus des travailleurs touchés par la situation de crise, qui devrait se poursuivre au moins l'année prochaine, avec l'objectif de ne pas perdre de revenus et de préserver les emplois .

Elle défend également une prestation sociale universelle minimale d'un indice de soutien social (IAS), autour de 440 euros, pour toutes les personnes touchées par la crise et exclues de toute protection sociale, ainsi que l'augmentation de toutes les pensions, notamment pour les plus des mesures permettant le report / la suspension / l'élimination des engagements fiscaux des travailleurs et des familles, conformément à ce qui a été fait pour les entreprises.

JDN // MSF

Le contenu UGT veut un salaire minimum de 670 euros en 2021 apparaît en premier à Visão.