Dans le rapport «État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde» («État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde»), il y a cinq ans, en 2014, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde était de 630 millions, ayant augmenté au cours de cette période, de 60 millions.

"Alors que la lutte contre la faim stagne, la pandémie de Covid-19 intensifie les vulnérabilités et l'insuffisance des systèmes alimentaires mondiaux", préviennent les Nations Unies.

Bien qu'il soit trop tôt pour évaluer le plein impact du confinement et d'autres mesures, le rapport estime qu'au moins 83 millions de personnes de plus, et peut-être jusqu'à 130 millions de plus, pourraient souffrir de la faim en 2020 en raison de la récession économique déclenchée par la convoitise -19, avec un impact sur la réalisation de l'objectif de développement durable 2 (Faim zéro).

Cette étude est le fruit d'un effort conjoint de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), du Fonds international de développement agricole (FIDA), du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), du Programme alimentaire mondial des Nations Unies ( PAM) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le rapport souligne que garantir l'accès à une alimentation saine à des millions de personnes à faible revenu "peut permettre d'économiser des milliards de dollars".

"De plus, des milliards de personnes ne peuvent pas manger de manière saine ou nutritive en raison des coûts élevés et des faibles revenus économiques", déclare l'ONU, rappelant que l'Asie est le continent le plus touché et que, avec la pandémie de Covid-19, la situation «se propage rapidement» en Afrique.

«C'est en Asie que la plupart des gens souffrent de la faim, bien que cela se développe rapidement en Afrique. (…) La pandémie de COVID-19 pourrait toucher 130 millions de personnes supplémentaires souffrant de faim chronique d'ici la fin de 2020 », prévient l'ONU, soulignant qu'il s'agit de« l'étude mondiale la plus rigoureuse en matière de surveillance et de suivre les progrès accomplis pour mettre un terme à la faim et à la malnutrition.

"Cinq ans après que le monde s'est engagé à mettre un terme à la faim, à l'insécurité alimentaire et à toutes les formes de malnutrition, nous sommes encore loin d'atteindre cet objectif jusqu'en 2030", ont déclaré des responsables des agences des Nations Unies.

Selon le document, après avoir diminué régulièrement pendant des décennies, la faim chronique "a commencé à augmenter lentement en 2014 et continue d'augmenter".

L'Asie continue d'avoir le plus grand nombre de personnes souffrant de malnutrition (381 millions), avec l'Afrique en deuxième position (250 millions), devant l'Amérique latine et les Caraïbes (48 millions).

«La prévalence mondiale de la malnutrition – ou le pourcentage mondial de personnes souffrant de la faim – a peu changé, 8,9%, mais les chiffres absolus ont augmenté depuis 2014. Cela signifie qu'au cours des cinq dernières années, la faim a augmenté avec population mondiale », lit le document.

Dans le rapport, il est souligné que l'augmentation de la faim "cache de grandes disparités régionales".

«En termes de pourcentage, l'Afrique est la région la plus durement touchée et de plus en plus, avec 19,1% de sa population souffrant de malnutrition. C'est plus du double du pourcentage en Asie (8,3%) et en Amérique latine et dans les Caraïbes (7,4%). Sur la base des tendances actuelles, en 2030, l'Afrique sera la région où plus de la moitié de la population mondiale souffrira de faim chronique », écrit le document.

Les différentes agences des Nations Unies signalent qu'en 2019, entre un quart et un tiers des enfants de moins de cinq ans (191 millions) étaient trop petits ou trop maigres pour leur âge et que 38 millions d'enfants de moins de cinq ans ans étaient en surpoids.

Le document montre également qu'une alimentation saine coûte beaucoup plus que 1,90 $ par jour, le seuil de pauvreté international.

«Les produits laitiers riches en nutriments, fruits, légumes et aliments riches en protéines (d'origine végétale et animale) sont les groupes alimentaires les plus chers au monde. Les estimations les plus récentes indiquent qu'un nombre impressionnant de 3 milliards de personnes ou plus ne peuvent se permettre une alimentation saine.

Le rapport appelle également à une transformation des systèmes alimentaires pour réduire le coût des aliments nutritifs et accroître l'abordabilité des régimes alimentaires sains.

JSD // ANP

Le contenu des Nations Unies prévient que l'objectif Zéro faim d'ici 2030 "est en danger" et que Covid-19 aggrave la situation. Il apparaît en premier dans Vision.