Au deuxième jour du procès de Ricardo Salgado, accusé de trois délits d’abus de confiance, le ministère public a appelé à témoigner Paulo Silva pour tenter de prouver que l’ancien banquier a détourné plus de 10 millions d’euros de Grupo Espírito Santo.

Espírito Santo (ES) Entreprises est presque toujours au cœur des opérations, qui, selon l’inspecteur des impôts, ont servi à acheter des actions EDP en 2011.

Au lendemain de l’annonce par le Conseil des ministres de la 8e phase de reprivatisation d’EDP, Ricardo Salgado aura ordonné le transfert de quatre millions d’euros à ES Entreprises pour acheter « deux millions d’actions », a indiqué Paulo Silva, coordinateur de l’enquête à l’administration fiscale de le processus de l’Opération Marquis, dont l’ancien président de BES a été condamné pour trois délits d’abus de confiance.

L’ancien banquier avait « d’urgence » l’acquisition de titres d’électricité, a déclaré lors de la deuxième session du procès qui se déroule au tribunal correctionnel de Lisbonne.

Pour raconter l’histoire, l’inspecteur recule le 30 septembre 2011 : « Ce jour-là, nous avons un document demandant le transfert de quatre ME à Savoices Singapure. Ce virement n’aura lieu que le 30 octobre 2011. L’ordre est donné avant l’arrivée des fonds et est signé par Ricardo Salgado ».

« Les données écrites ici ne peuvent avoir été écrites que par Ricardo Salgado. Il y avait une ruée pour acheter des actions EDP. S’il n’y avait eu Henrique Granadeiro, l’argent prendrait beaucoup de temps. Cette opération n’aura lieu qu’en novembre, donc cette opération se fait directement », a expliqué l’inspecteur des impôts, faisant référence à l’opération qui a eu lieu le 22 novembre 2011.

Pour Paulo Silva, cette opération a été décidée car l’ancien banquier n’a pas voulu attendre le transfert de 3.967.611,00 euros d’Henrique Granadeiro, provenant du compte bancaire Pictet détenu par l’ancien « président » de PT à la société offshore Begolino, enregistrée au Panama et contrôlé par Ricardo Salgado.

Au cours de la séance, Paulo Silva a fait valoir que ces opérations avaient été ordonnées par Ricardo Salgado, sur la base d’un document manuscrit et non daté, mais que l’inspecteur pense être d’octobre 2011.

Au cours de la séance, l’inspecteur a même évoqué deux documents manuscrits qu’il estime « avoir été préparés » par le banquier, en raison de la « forme d’écriture, la forme particulière de Ricardo Salgado », voire parce qu’ils comportaient « des éléments identificatoires pouvant être écrit que par Salty ».

Parmi les différents documents que le procureur de la République a demandé à l’inspecteur de s’expliquer, il en était un relatif à un compte dont étaient sortis 55 millions d’euros et qui, au verso, avait écrit « l’ordre a été donné par RESS » (Ricardo Espírito Santo Salgado).

Paulo Silva a expliqué où allaient les millions : Deux transferts de 7,5 millions effectués les 8 et 18 novembre 2010, un transfert de 10 millions qui était « une sortie d’argent à Zeinal Bava » et deux transferts de 20 millions à « Henrique Granadeiro et M. Ricardo Salgado ».

La somme s’élève à 65 millions et c’est le juge Rui Coelho qui a tenté d’expliquer la différence, en vérifiant que la valeur finale de 55 millions figurait sur la feuille puis l’indication d’un autre « 10 millions ».

Outre des preuves documentaires, l’inspecteur a rappelé des écoutes téléphoniques effectuées dans le cadre du processus de Monte Branco, relatives au jour où Nicolas Figueiredo a passé la matinée à « récupérer de l’argent » et l’après-midi il était dans les locaux de Banco Espírito Santo.

Concernant les écoutes téléphoniques, l’avocat de la défense Francisco Proença de Carvalho a rappelé qu’ils n’étaient pas dans le processus, mais le procureur du ministère public a déclaré qu’ils pourraient être demandés.

Des virements via la société Begolino, immatriculée au Panama en 2011 et dont la bénéficiaire était l’épouse de Ricardo Salgado, ont également été adressés, mais auxquels sa fille Catarina Amon et le banquier ont également eu accès.

A l’ouverture du compte, selon l’inspecteur, il y avait des informations selon lesquelles « le mari était quelqu’un de prestige » et que « les fonds résultaient du remboursement d’une dette contractée par des membres de la famille proche ».

Parmi les montants transférés figurait un montant d’environ 4 millions d’euros, qui était justifié par l’achat d’une propriété au Portugal, a précisé Paulo Silva, ajoutant que l’argent avait été transféré du compte d’Henrique Granadeiro à Begolino, a-t-il précisé.

L’inspecteur a également tenté d’expliquer le circuit de l’argent entre les entreprises ainsi que la manière dont se faisait la comptabilité d’ES Enterprises, de sorte que « le solde final était à zéro », faisant paraître la taille de l’entreprise « réduite ».

L’offshore dont des millions sont allés sur des comptes familiaux avait une comptabilité « non traditionnelle », puisqu’il y avait de l’argent qui devrait être enregistré comme un passif mais inscrit comme un « actif négatif », a-t-il révélé.

Paulo Silva a présenté un exemple fictif pour expliquer comment il a été traité : « Par exemple, un prêt de 10 millions a été consenti à ES Entreprises qui a inscrit un solde de compte de — 10 millions. Le lendemain, l’argent a été dépensé et enregistré sur le même compte. C’est-à-dire qu’un jour, il arrive à moins dix, le lendemain à plus dix et quand vous regardez le solde final, il est à zéro ».

« Personne n’est capable de percevoir que la réalité est multipliée par 20, 30 ou 40 fois plus qu’elle ne le montrait », a-t-il dit, expliquant que les « bilans compensés » signifiaient que la dimension d’ES Entreprises était « réduite ».

OUI/JYGO // ZO