«Sans un système conçu pour ces professionnels de la culture et sans investissement de l'Etat, la précarité et l'absence de protection sociale continueront d'être la règle», affirme APR – Association portugaise des réalisateurs, PLATEIA – Association des professionnels des arts du spectacle et le syndicat CENA-STE dans une déclaration commune.

Les trois entités ont fait un livre de propositions sur les contrats de travail pour le secteur des arts, qui sera remis vendredi au Palácio Nacional da Ajuda, à Lisbonne, lors d'une réunion du groupe de travail, créé pour mettre à jour le régime des contrats de travail et sécurité sociale de ces professionnels.

La création de ce groupe de travail a été annoncée en mai par le ministère de la Culture et a eu une première réunion le 5 juin.

La liste des cotisations et des propositions inclut, par exemple, la fin des recettes vertes et l'application des contrats de travail qui incluent «le temps de travail, la rémunération, les charges sociales patronales et les charges sociales salariales».

Les trois structures considèrent également que le régime des indépendants est néfaste pour les professionnels des arts, qui ne sont pas protégés, en termes de sécurité sociale, «au chômage, à la parentalité, à la maladie et au handicap».

Une clause spécifique et un régime de garantie sont également préconisés pour que les travailleurs des arts puissent accéder aux allocations de chômage, car le régime général "est inefficace" dans les cas où "les revenus résultent d'un travail effectué de manière intermittente".

Audience, APR et Cena-STE réclament une «inspection efficace et systématique des relations industrielles» et une formation spécifique en la matière, pour l'Autorité des conditions de travail.

Enfin, ils appellent à davantage d'investissements publics dans la culture: «Le budget de l'État doit contribuer à la culture et, en même temps, garantir des conditions de travail et sociales décentes», déclarent-ils.

Le 25 mai de cette année, la ministre de la Culture, Graça Fonseca, s'est engagée à terminer le statut d'intermittent d'ici la fin de l'année.

L'engagement a été pris auprès d'un groupe de professionnels du secteur qui, ce jour-là, lui a offert un panier de vivres et 151 euros, en guise de protestation contre la précarité du secteur, aggravée par la pandémie du covid-19, qui a conduit à la paralysie de la quasi-totalité de l'activité culturelle.

Un mois plus tard, le 26 juin, Graça Fonseca a demandé aux députés d'implication et de consensus sur la création du statut d'ouvrier intermittent de la Culture et a de nouveau promis de présenter une proposition d'ici la fin de l'année.

«Si, une fois pour toutes, nous ne résolvons pas le problème du statut des travailleurs de la Culture, ce soutien que nous apportons aujourd'hui de 30 millions d'euros (à la suite de la pandémie de covid-19) sera consommé dans une conjoncture. Il était très important que nous nous comprenions, de droite à gauche, jusqu'à la fin de l'année, pour faire ce travail et pour enfin être en mesure de résoudre le statut du professionnel de la culture », a déclaré Graça Fonseca.

SS / (JRS) // MAG

Le contenu Les travailleurs de la culture ont cinq propositions pour mettre fin à la précarité apparaît en premier à Visão.