Une équipe de chercheurs dirigée par l’Université de Coimbra (UC) a mis au point un substitut plastique à base de nanocellulose associée à un minéral fibreux, entièrement biodégradable et biocompatible.

Dans un communiqué envoyé à l’agence Lusa, l’UC a déclaré que le nouveau matériau a plusieurs applications, dont « l’emballage alimentaire et l’impression électronique, ouvrant les portes à la fabrication de plastiques plus durables ».

Selon le communiqué, le nouveau matériel a été développé au cours des trois dernières années, en partenariat avec l’Institut polytechnique de Tomar (IPT) et l’Université de Beira Interior (UBI), avec la collaboration de la société espagnole TOLSA.

Cette nouvelle solution écologique, « qui, en pratique, se traduit par une nouvelle classe de films composites », a été réalisée à partir de nanocellulose, « obtenue par des procédés mécaniques, chimiques et enzymatiques, associée à un minéral fibreux, une ressource géologique qui permet de réduire les coûts et amélioration de propriétés mécaniques et barrières très importantes ».

Cités dans le communiqué, José Gamelas et Luís Alves, respectivement coordinateur du projet et chercheur principal de l’étude, expliquent que les propriétés mécaniques dérivent du fait que les films « doivent être résistants », tandis que les propriétés barrières sont liées à l’imperméabilité aux gaz. [dos filmes]c’est-à-dire la résistance à l’environnement ».

Selon les deux chercheurs du Centre de recherche en génie des procédés chimiques et produits forestiers (CIEPQPF) de la Faculté des sciences et techniques (FCTUC), « la grande innovation » de ce nouveau substitut plastique est l’utilisation de minéraux fibreux, « qui ne ne présentent aucun risque pour la santé, ainsi que la préparation des films par filtration, ce qui accélère considérablement le processus de production ».

« Par exemple, avec le procédé conventionnel, cela peut prendre une semaine pour obtenir les films, alors qu’avec la méthode de filtration, nous pouvons avoir les mêmes films en quelques heures et avec de meilleures propriétés », ont-ils garanti.

Jusqu’à présent, les résultats obtenus dans l’enquête «sont très prometteurs, démontrant que cela pourrait être une solution future viable. Augmenter l’échelle de production, optimiser les processus et explorer les propriétés de ces films pour d’autres applications, notamment pour la restauration de livres anciens, seront les prochaines étapes du projet », ont révélé José Gamelas et Luís Alves.

« Bien que le projet ait été conçu pour les emballages alimentaires et l’électronique imprimée, de nombreuses autres applications peuvent bénéficier de cette solution, comme la conservation/restauration de documents importants sur papier qui ont des problèmes de dégradation avec le vieillissement », ont-ils ajouté.

Les deux scientifiques ont également rappelé que l’utilisation massive des plastiques et « l’impossibilité de les recycler correctement est de plus en plus un sujet d’une grande importance dans la société contemporaine ».

« Dès lors, il est essentiel de rechercher de nouveaux matériaux produits à partir de ressources non fossiles, c’est-à-dire à partir de ressources renouvelables, pour réduire l’utilisation du plastique », ont-ils défendu.

La recherche a été menée dans le cadre du projet « FilCNF : Nouvelle génération de films composites de nanofibrilles de cellulose et de particules minérales comme matériaux à haute résistance mécanique et propriétés barrière aux gaz », financé à 190 mille euros par la Fondation pour la Science et la Technologie. (FCT) et le Fonds européen de développement régional (FEDER).

JLS // SSS