A compter d’aujourd’hui, la facture de gaz naturel d’un couple sans enfant avec une consommation annuelle de 138 m3 (mètres cubes), sur le marché réglementé, augmentera de 33 centimes, et pour un couple avec deux enfants (consommation annuelle de 292 m3) l’augmentation moyenne est d’environ 70 cents.

L’ERSE a également annoncé qu’au 1er octobre, il y aura une augmentation de 8,2% pour l’année 2022-2023, par rapport à l’année précédente (2021-2022), notant que « compte tenu des mises à jour des tarifs de l’énergie tout au long de 2022, les consommateurs du marché réglementé connaîtra une hausse moyenne de 3,9 % en octobre 2022 par rapport au mois précédent ».

Ces mises à jour concernent les tarifs de vente au segment domestique (consommations inférieures ou égales à 10 000 m3/an) qui sont encore sur le marché régulé.

Ainsi, en octobre, dans le cas d’un couple sans enfant avec une consommation annuelle de 138 m3, il y aura une augmentation de 48 centimes et, dans le cas d’un couple avec deux enfants (consommation annuelle de 292 m3) l’augmentation moyenne sera de 87 cents. , par rapport à septembre, selon l’ERSE.

« Il est important de mentionner que la décision du régulateur intervient dans un contexte de forte incertitude, marqué par la pénurie d’approvisionnement face à la demande de matières premières et d’énergie en raison de la situation pandémique du covid-19 et de la guerre en Ukraine », soulignait le régulateur, dans le communiqué envoyé début juin, expliquant que « cette situation a aggravé la hausse des prix de l’énergie sur les marchés de gros, faisant craindre un scénario de croissance économique plus faible et d’inflation plus élevée, qui affecte significativement la consommation et les prix du gaz ».

Pour autant, selon l’ERSE, « le fait que l’approvisionnement en énergie du marché régulé soit assuré par des contrats de long terme, en régime ‘take or pay’ avec le Nigeria, atténue l’impact sur le prix de vente aux clients finaux du marché réglementé ».

Selon le régulateur, « la mise à jour du tarif de l’énergie de deux euros/MWh supplémentaires, à effet du 1er juillet 2022, résulte du suivi du coût moyen de l’énergie sur le marché régulé, dans les conditions prévues par la réglementation. », « Cette décision n’affecte que les clients finals qui sont encore approvisionnés sur un marché régulé ».

L’ERSE a indiqué que « les quelque 227 000 consommateurs qui restent fournisseurs de dernier recours sont soumis à ces variations, représentant environ 2 % de la consommation nationale ».

De leur côté, « les consommateurs bénéficiant d’un tarif social bénéficieront d’une remise de 31,2 % sur les tarifs de vente transitoires aux clients finaux ».

Le régulateur a également expliqué que « en vue du début de la nouvelle année gazière 2022-2023, du 1er octobre 2022 au 30 septembre 2023, et conformément à ses statuts, l’ERSE a soumis la proposition de tarifs et de prix du gaz naturel à l’année gazière 2022-2023 à l’avis de la Commission tarifaire et à la consultation d’autres entités. Par la suite, et compte tenu de l’avis émis, l’ERSE prend sa décision définitive et approuve les tarifs et tarifs réglementés, qui seront en vigueur entre le 1er octobre 2022 et le 30 septembre 2023 ».

MPE (ALYN) // JNM