La Journée internationale de la femme était la devise et, toujours avec une distance sociale et un masque sur le visage, tout au long de l’après-midi, les gens ont pris leur place à Largo Amor de Perdição pour une manifestation aux multiples visages, mais un seul dénominateur: l’égalité.

A Lusa, Márcia Oliveira, leader du MDM a déclaré qu ‘«il y a encore un long chemin à parcourir en termes d’égalité entre les hommes et les femmes», une situation qui, a-t-il souligné, a été «aggravée par la pandémie, souvent utilisée comme excuse pour revers. droits ».

«Et il y en a eu, en particulier dans le domaine du travail, puisque les femmes sont les plus pénalisées, s’ajoutant au télétravail de devoir s’occuper de leurs enfants et à la baisse des revenus du travail et, dans d’autres cas, au non-renouvellement des contrats à durée déterminée, accentuant, ainsi, le travail précaire », a énuméré l’activiste.

Clotilde Fernandes et Sónia Rodrigues portant des gilets de l’Association syndicale des professionnels de la police (ASPP) se sont distinguées dans un groupe de personnes qui, au son de slogans, ont reçu des œillets rouges.

Chef de file du Commandement PSP de Porto, Clotilde a expliqué à Lusa qu’elle n’était pas là pour se plaindre, mais pour montrer que «les femmes policières ont les mêmes droits que leurs collègues», même si, dans l’exercice de leur profession, elles se peu ».

Un exemple de cela, a-t-elle rapporté, était le «déni» auquel elle a été confrontée en 2020 lors de sa «dernière grossesse, à risque», qui l’a forcée à rester à la maison.

«On m’a refusé les suppléments de quart de travail et de patrouille auxquels j’avais droit, une situation qui s’est étendue sur les cinq mois pendant lesquels je suis resté à la maison après la naissance de mon fils», a-t-il déclaré à propos d’une question qui, a-t-il regretté, n’a pas encore été résolu.

Et il a poursuivi: «J’ai fait une présentation au commandement de la police il y a un an et je continue sans répondre à ma demande d’octroi de mes droits. Et cela ne s’est produit qu’au commandement de Porto, parce que d’autres collègues d’autres commandements, comme Lisbonne, Coimbra et les îles nous ont reçus ».

À côté, Sónia Rodrigues a ajouté d’autres exemples d’inégalités: «Nous avons un gros problème avec la police, qui est que les salaires baissent quand nous sommes mères. Et aussi pendant la période d’allaitement, les femmes policières sont lésées en termes d’argent ».

Nouveau thème et nouvelle critique de l’agent, qui se plaignait également du «manque de conditions pour les uniformes».

«Le collègue [Clotilde Fernandes] On m’a dit il y a peu que vous portiez des uniformes dans les vestiaires des chefs, c’est-à-dire que les chefs doivent sortir pour entrer dans les éléments féminins et pouvoir s’habiller. Cela ne peut pas continuer », a-t-il dit, finissant par admettre que« c’est pour ces raisons et d’autres qu’il y a de moins en moins de personnes qui souhaitent rejoindre la police ».

De Vila Nova de Famalicão à Porto, la famille Dias, sa mère et ses deux filles, avec des foulards Minho sur la tête et les épaules, ont rejoint la manifestation pour «exiger l’égalité et un avenir meilleur», a déclaré la mère Fátima à Lusa. le salaire minimum « .

Plus expansive, l’aînée des filles, Tânia Silva a souligné le fait que «n’ayant pas d’enfants, il est donc plus facile de concilier vie de famille et télétravail», mais ce n’est pas la réalité des collègues qui «sont obligés de travailler plus d’heures pour compenser pour l’attention qu’ils doivent porter à la famille ».

Susana Malheiro, 21 ans, a interrompu l’enregistrement photographique de l’événement pour parler à Lusa et, en tant qu’étudiante universitaire, c’est le manque d’égalité dans cette communauté qui a montré des regrets.

«Dans la communauté universitaire, l’égalité est toujours quelque chose qui n’est pas mis en œuvre. Nous sommes toujours considérés comme un objet et non comme des femmes », a-t-il souligné.

La sœur aînée, assidue, complète son raisonnement: « C’est un problème culturel, car il y a encore ceux qui pensent qu’il y avait quelque chose de plus, un extra, quand une femme réussit dans son travail ».

«Nous ne sommes pas appréciés pour notre rôle de femme, de mère, de travailleuse et d’étudiante. Et c’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui », a-t-il déclaré.

JFO // SB

Le contenu Les plaintes relatives à l’égalité et à la pandémie ont rassemblé des centaines de personnes en signe de protestation à Porto apparaît d’abord à Visão.