Les recherches liées à la zone d’urbanisme de la mairie de Lisbonne concernent des soupçons de crimes commis dans l’exercice de fonctions publiques, y compris des abus de pouvoir et de la corruption, a annoncé aujourd’hui la police judiciaire (PJ).

«Suspecté de la pratique de crimes commis dans l’exercice de fonctions publiques, liés à la zone d’urbanisme de la mairie de Lisbonne, à savoir, abus de pouvoir, participation économique aux affaires, corruption, méfaits, violation des règles urbaines et de la circulation dans les influences », a annoncé la PJ dans un communiqué.

Baptisée Opération Olissipus, l’action de la PJ s’est déroulée dans le cadre de huit enquêtes dirigées par la Direction Régionale des Enquêtes et de l’Action Pénale de Lisbonne (DIAP) – 1ère Section, à travers l’Unité Nationale de Lutte contre la Corruption, avec le soutien de l’Unité d’Expertise Technologique et l’informatique, en collaboration avec les procureurs publics.

«28 mandats de perquisition, 10 perquisitions à domicile et 18 perquisitions hors domicile ont été effectués, dans le but de recueillir des documents liés à des pratiques criminelles présumées, faisant l’objet d’une enquête».

«L’action s’est déroulée à Lisbonne, Sintra, Cascais, Caldas da Rainha et Alvor, avec la participation de six procureurs et de 90 inspecteurs et experts de la police judiciaire», a-t-il déclaré.

Les perquisitions d’aujourd’hui dans l’hémicycle de Lisbonne ont été effectuées dans les installations de Campo Grande et Paços do Concelho, après des plaintes dans le cadre de divers processus d’urbanisme, avait annoncé la municipalité dans un communiqué.

Dans une note envoyée à l’agence Lusa, le conseil municipal de Lisbonne a déclaré que les perquisitions «résultaient de plusieurs plaintes, y compris des rapports au parquet», relatives à des processus urbains tels que l’opération intégrée d’Entrecampos et également aux travaux de la Deuxième circulaire, annulée par la municipalité, la requalification de la piscine Penha de França et travaux au point de vue de São Pedro de Alcântara.

Selon la chambre de Lisbonne, la participation liée au deuxième contrat circulaire a été réalisée par la municipalité elle-même.

En plus de l’opération intégrée d’Entrecampos, selon la Chambre de Lisbonne, les processus urbains visés par les recherches PJ sont l’hôpital da Luz, Av.Fontes Pereira de Melo tour, Petrogal, plan détaillé de Matinha, Praça das Flores, Edifício Continente , Twin Towers et Convento do Beato.

«Tant le contrat annulé par la municipalité dans la deuxième circulaire, que la tour de Picoas et l’hôpital da Luz, avaient déjà été mis en avant par le bureau du procureur général, pour faire l’objet d’une enquête» en 2017, rappelle la chambre de Lisbonne, présidé par Fernando Medina (PS).

En 2017, le conseiller responsable de l’urbanisme dans la ville de Lisbonne était Manuel Salgado, qui a démissionné de son poste deux ans plus tard, après avoir été remplacé par Ricardo Veludo.

Manuel Salgado a été conseiller entre 2007 et 2019.

« Les démarches entreprises aujourd’hui sont les premières dont la Chambre a connaissance de ces processus », précise l’autarcie dans le communiqué, ajoutant qu ‘ »elle a fourni toute la documentation et fourni toute la collaboration au ministère public et à la PJ ».

SSM (TYS) // MLS

Le contenu Les recherches effectuées à la Chambre de Lisbonne sont liées à des soupçons d’abus de pouvoir et de corruption apparaît en premier dans Visão.