L’Association des nutritionnistes a averti aujourd’hui que les Portugais mangent deux fois plus que nécessaire et de manière déséquilibrée, après que les résultats du « bilan alimentaire 2016-2020 » soient connus, demandant au gouvernement une action urgente.

« Des données alarmantes révèlent que la disponibilité à la consommation de la plupart des aliments a montré des variations négatives en 2020, une année marquée par la pandémie de covid-19 », indique l’entité.

Selon l’Association portugaise des nutritionnistes, l’étude de l’Institut national de la statistique (INE) conclut que l’apport calorique quotidien moyen a augmenté par rapport à la dernière analyse (2012-2015) et qu’il « représente le double de la valeur recommandée pour un adulte. avec un poids santé moyen ».

« L’Ordre des Nutritionnistes considère les données « effrayantes » et appelle à une action urgente du gouvernement, exigeant que la politique interministérielle de promotion d’une alimentation saine ait plus de rythme et d’intensité pour mettre fin aux mauvais choix qui ont des résultats désastreux pour la santé des Portugais » , souligne dans un communiqué.

Néanmoins, au cours de la période analysée, l’Ordem dos Nutricionistas met l’accent sur la réduction de la consommation de boissons gazeuses et le renforcement de son leadership en matière de consommation d’eau.

« Comme nous le voyons, les mesures intentionnellement conçues pour lutter contre les problèmes fondées sur des preuves scientifiques sont efficaces. Ce type de mesures peut et doit être intensifié par l’Assemblée de la République et le Gouvernement, qui sont tenus d’agir immédiatement pour notre santé à tous », renforce la présidente de l’Ordre des nutritionnistes, Alexandra Bento.

En raison du confinement, en raison de la pandémie, en 2020, il y a eu une « légère diminution de l’apport calorique et une augmentation de l’inactivité physique ».

« La légère diminution des calories consommées au cours de l’année écoulée, qui sont encore très élevées par rapport aux besoins, aura peu d’expression, dans une période marquée par une baisse drastique de l’activité physique », précise-t-il.

Alexandra Bento note qu’« il est essentiel d’initier un état élargi à l’état de santé des Portugais en période post-pandémique, notamment à travers une évaluation de l’état nutritionnel de la population portugaise ».

Les Portugais ont consommé, en moyenne, deux fois plus de calories que recommandé pour un adulte entre 2016 et 2020, année au cours de laquelle la pandémie a provoqué une réduction de la consommation alimentaire quotidienne, mais toujours excessive, selon l’INE.

Les groupes de produits alimentaires avec les plus grands écarts en 2020, par rapport à la consommation recommandée par la Roue de l’Alimentation, étaient, par excès, « viande, poisson et œufs », en hausse de 11,9 points de pourcentage, contre 11,4 pp en 2016, alors que par défaut étaient  » fruits », moins 4,7 pp, et « légumes », moins 8,6 pp, contre -6,5 pp et -7,2 pp en 2016, respectivement, selon le bilan alimentaire portugais (BAP) 2016-2020, publié aujourd’hui.

L’approvisionnement en viande a augmenté de 8,7% au cours de cette période, chaque habitant consommant en moyenne 229,8 grammes et 83,9 kilos par an par jour, soit plus de quatre fois le total des calories recommandées par la Food Wheel pour un régime alimentaire moyen de 2 000 calories, fait référence au BAP, qui mesure la consommation alimentaire du point de vue de l’approvisionnement alimentaire,

L’offre la plus importante reste la viande de volaille avec 38,4 %, suivie de la viande de porc (29,1 %), bien qu’elle perde de sa représentation (-2,8 pp).

L’offre de poisson a augmenté de 16,3 %, atteignant 62,7 grammes par jour par habitant, et les œufs de 16,1 %, avec un taux de croissance annuel moyen d’environ 4 %. En moyenne, chaque habitant mangeait 178 œufs par an, soit environ un demi-œuf par jour.

Les quantités quotidiennes de fruits disponibles par habitant ont grimpé de 27 %, mais la consommation moyenne quotidienne de 278,7 grammes par habitant est toujours en deçà des quantités recommandées.

La consommation de légumes est restée relativement stable, chaque habitant consommant en moyenne 285,8 grammes par jour (286,3 grammes en 2012-2015).

Selon l’Institut national des statistiques, la consommation d’huiles et de graisses a poursuivi sa trajectoire descendante, diminuant de 2,2%, ainsi que les sucres ajoutés, qui totalisaient 83,7 grammes par jour et par personne, diminuant de 3,2%.

La consommation quotidienne de café, cacao et chocolat est en augmentation depuis plus de dix ans, atteignant une moyenne de 25,8 grammes par habitant et par jour,

Il y a également eu une augmentation des quantités journalières disponibles par habitant de boissons alcoolisées, atteignant, en moyenne, 110 litres par an et par habitant, reflétant une augmentation d’environ 14% par rapport à 2012-2015, dont 47,9 l/habitant/an de vin et 57,6 de bière.

BAP conclut que « les disponibilités alimentaires pour la consommation continuent d’afficher « une offre alimentaire excessive et déséquilibrée », avertissant que « l’apport calorique quotidien moyen disponible à la consommation par habitant sur cette période était de 4 075 ​​calories », supérieur aux 3 954 calories enregistrées en 2012 – 2015.

JML (HN) // RBF

Le contenu Les nutritionnistes avertissent que les Portugais mangent deux fois plus et demandent une action du gouvernement apparaît en premier à Visão.