"Les ministres sont convenus de tenir, les 4 et 5 août, des comités techniques et juridiques pour aborder les questions controversées (…) et présenter les conclusions lors d'une réunion ministérielle le 6 août", a indiqué le ministère égyptien dans un communiqué cité par l'agence France-Presse .

La réunion d'aujourd'hui s'est déroulée par vidéoconférence et a réuni des observateurs des États-Unis d'Amérique et de l'Union européenne.

Le Grand Barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD), construit par l'Éthiopie sur le Nil Bleu – qui prend sa source au Nil quand il se confond avec le Nil Blanc et les rivières Atbara – a été une source de tension entre les trois pays pendant presque un décennie.

Le Soudan et l'Égypte craignent que la construction du projet, évalué à plus de 4 milliards de dollars (plus de 3,5 milliards d'euros) et qu'il ne permette à l'Éthiopie de générer 6000 mégawatts d'électricité, place le débit du Nil sous le contrôle de l’administration éthiopienne.

À environ 6 000 kilomètres, le Nil est une source vitale pour l'approvisionnement en eau et en électricité d'une dizaine de pays d'Afrique de l'Est.

Forts de ces préoccupations, les deux pays souhaitent un accord global sur le barrage, y compris sur la manière dont il est géré. Cependant, l'Éthiopie considère la DIRD comme essentielle à son développement et hésite à faire des compromis sous certaines conditions.

Khartoum estime que les propositions d'aujourd'hui pourraient servir de base à un accord, a déclaré le ministre soudanais de l'Irrigation et de l'Eau, Yasser Abbas, dans un communiqué également cité par l'AFP, sans donner plus de détails.

Le ministre a ajouté qu'il espère que «ce cycle de négociations sera décisif» pour qu'un accord soit trouvé «dans les deux prochaines semaines».

Le principal obstacle entre les trois pays concerne le remplissage du réservoir du barrage. Le 21 juillet, Addis-Abeba a annoncé qu'elle avait atteint l'objectif de remplissage pour la première année.

Dans le communiqué égyptien, les autorités déclarent qu'elles dépendent à 97% du Nil pour leurs besoins d'accès à l'eau, se déclarant contre "une action unilatérale pour remplir le barrage", ce qui "envoie des signaux négatifs" et "un manque de volonté »Par l'Éthiopie.

À l'époque, l'Éthiopie avait déclaré que l'augmentation de l'eau dans le barrage était due au fort, soulignant qu'il était devenu «évident au cours des deux dernières semaines de la saison des pluies, que la première année de remplissage du barrage est terminée et à quel barrage, toujours en construction, déborde ».

JYO // PJA

Le contenu Les négociations sur le méga-barrage sur le Nil vont reprendre mercredi apparaît en premier dans Vision.