Selon l'ambassadeur du Cap-Vert à Lisbonne, pays qui assure actuellement la présidence tournante de la CPLP, les représentants des États membres, réunis aujourd'hui à Lisbonne, lors de la réunion habituelle du Comité permanent de concertation (CCP) de l'organisation, ont «apprécié favorablement» candidature de ce pays.

L'avis favorable du PCC représente le «feu vert» pour que le processus puisse avancer et suivre les étapes nécessaires pour être ensuite approuvé lors du Sommet des chefs d'État et de gouvernement, a souligné Eurico Monteiro.

Le Paraguay a soumis la demande de devenir observateur associé de la CPLP en juillet dernier, comme l'avait annoncé le Ministre paraguayen des affaires étrangères à l'époque.

L'intention, selon Rivas Palácios, est de profiter des excellentes relations politiques entre le Portugal et le Paraguay pour créer des opportunités d'investissement sur le continent, ce qui fait de la CPLP le «meilleur moyen» pour l'investissement paraguayen en Afrique, où il est censé être.

"La CPLP est le meilleur moyen d'atteindre l'Afrique, de conclure des accords d'association et des alliances économiques", a déclaré le chef de la diplomatie paraguayenne, lors d'une conférence en présence du ministre d'Etat portugais et des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva.

De cette manière, le Paraguay rejoint une liste de 12 autres États et organisations internationales qui développent leurs processus afin de pouvoir formaliser l'adhésion, avec le statut d'observateur associé, lors de la prochaine réunion des chefs d'État et de gouvernement, qui se tiendra à Luanda, en Angola, en juillet de l’année prochaine, au cours de laquelle les candidatures susmentionnées devront être analysées.

Les représentants des États membres de la CPLP avaient également déjà approuvé les processus de candidature de l'Inde et de l'Irlande pour les observateurs associés.

Au total, 13 candidatures devraient être présentées au prochain sommet de la CPLP: Paraguay, États-Unis d'Amérique, Espagne, Inde, Irlande, Canada, Grèce, Côte d'Ivoire, Pérou, Qatar, Roumanie, Organisation européenne de droit public (EPLO , dans l'acronyme en anglais) et le Secrétariat général ibéro-américain (SEGIB).

Actuellement, la CPLP a 18 pays observateurs associés et une organisation, OEI – Organisation des États ibéro-américains.

Les États souhaitant acquérir le statut d'observateur associé devront partager les principes directeurs de la CPLP, à savoir en ce qui concerne la promotion des pratiques démocratiques, la bonne gouvernance et le respect des droits de l'homme, et continuer, à travers leurs programmes gouvernementaux, objectifs identiques à ceux de l'organisation, même si, à l'origine, ils ne remplissent pas les conditions nécessaires pour être membres à part entière de cette organisation, selon le site officiel de cette communauté.

Les observateurs associés peuvent participer, sans droit de vote, aux sommets et au Conseil des ministres, en ayant accès à la documentation non confidentielle correspondante, et peuvent également présenter des communications pour autant qu'ils soient dûment autorisés à cet effet. En outre, ils peuvent être invités à des réunions à caractère technique.

Cependant, tout État membre de la CPLP peut, s'il le juge approprié, demander qu'une réunion se tienne sans la participation d'observateurs.

Les États membres de la CPLP sont l'Angola, le Brésil, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, la Guinée équatoriale, le Mozambique, le Portugal, São Tomé et Príncipe et le Timor-Leste.

ATR (JSD) // VM

Le contenu que les États membres de la CPLP donnent le feu vert au processus de candidature du Paraguay apparaît en premier dans Vision.