Les citoyens britanniques désespérés d’avoir une chance de profiter du soleil cet été ont enfin eu un avant-goût des nouvelles qu’ils attendaient. Cela pourrait signifier des hordes d’entre eux arrivant au Portugal à partir de juin.

Lundi a vu la Commission européenne annoncer un plan pour «  s’ouvrir  » aux pays tiers pour le tourisme – tant que les gens étaient complètement vaccinés (avec un vaccin approuvé par l’UE) et provenant de pays avec de bonnes situations épidémiologiques – alors que le gouvernement britannique est maintenant activement à la traîne de sa idées de voyages de vacances.

Dites les rapports, une «  liste verte limitée  » des «  destinations Covid-sûres  » sera publiée – et le Portugal y figurera très certainement.

Sachant que des millions de Britanniques prennent traditionnellement des vacances à l’étranger (et seulement un peu plus de trois millions d’entre eux choisissent le Portugal), une liste restreinte de destinations cette année pourrait grandement jouer en faveur du Portugal.

Les autres territoires qui devraient figurer sur la liste sont Gibraltar, Israël, la Grenade, l’Islande, Malte, les Seychelles et Jersey.

Une annonce officielle du Royaume-Uni aurait été annoncée cette semaine – mais à ce jour, personne ne sait exactement quand.

Dans l’intervalle, la stipulation de l’UE selon laquelle les vacanciers doivent avoir été complètement vaccinés, au moins deux semaines s’étant écoulées depuis leur deuxième injection, est remise en question au motif que les jeunes Britanniques n’auront pas encore reçu leurs vaccins. Ils espèrent que le voyage est toujours autorisé sur la base d’un test PCR négatif.

Un joyau à émerger est cependant le fait que les destinations insulaires (par exemple, les archipels portugais de Madère et des Açores, ou les îles Baléares et Canaries espagnoles) recevront des «couloirs de voyage séparés», ce qui signifie que le voyage pourrait avoir lieu même si le pays principal avait des niveaux élevés. coronavirus (dont l’Espagne a actuellement).

Pour le moment, l’Espagne, la France et la majeure partie de l’Europe seraient «hors de la liste verte» car leurs situations épidémiologiques sont tout simplement trop tendues.

Le Times a déclaré hier: «(Boris) Johnson serait personnellement déterminé à ce que les gens prennent des vacances d’été à l’étranger».

Dans le tumulte des informations en constante évolution, c’est une déclaration à laquelle les Britanniques affamés de soleil doivent s’accrocher.

Le Telegraph a été «gung-ho» en ce qui concerne le Portugal, publiant un commentaire de son rédacteur en chef des informations touristiques Hugh Morris sur «Pourquoi le Portugal devrait être le premier pays sur la liste verte du Royaume-Uni» (cliquez ici).

Citant «le taux de cas en chute libre et pratiquement aucun décès», l’article admet néanmoins que «le Portugal s’est déjà brûlé les doigts» (faisant référence à l’ouverture d’un couloir de voyage l’été dernier, pour le voir refermer dans les deux semaines), et aux interdictions de voyager ultérieures, décrites ici par des sources gouvernementales comme étant «absurdes» (cliquez ici).

Selon Hugh Morris, le Portugal a toujours «été là» en ce qui concerne le Royaume-Uni, « il semble juste que, même si le reste de l’Europe passe à «l’orange» le mois prochain, le Portugal passe au «vert» ».

Dans l’ombre de toutes ces «  bonnes nouvelles  », il y a néanmoins la réalité que le Royaume-Uni et l’UE surveilleront les situations épidémiologiques tout au long de l’été – ce qui signifie que les pays pourraient se retrouver «  promus sur la liste verte  » si leur situation virale s’améliore, ou vice-versa. -versa.

Cela explique la volonté du Portugal d’aller de l’avant avec son programme de vaccination qui, selon le commentateur de télévision Luís Marques Mendes, a déjà réussi à vacciner les plus vulnérables du pays.

natasha.donn@algarveresident.com