Les entreprises forestières exigent des «solutions» après plus d’une semaine d’alertes d’incendie successives qui les ont toutes empêchées de fonctionner.

L'ANEFA, l'association nationale des entreprises travaillant dans la foresterie, l'agriculture et l'environnement, affirme que les autorités utilisent les alertes – annoncées par la presse et via une campagne de messagerie texte de masse – comme une forme de «subterfuge juridique» pour éviter de faire face à leur propres responsabilités.

Le président de l’association, Pedro Serra Ramos, a déclaré: «Si l’État ne peut pas surveiller et contrôler les forêts, il doit trouver des moyens de le faire. C'est pourquoi nous payons nos impôts. Il ne peut pas simplement se présenter et dire aux entreprises d'arrêter de travailler ».

Serra Ramos a déclaré que les interdictions générales de «tout type d’activité» dans la forêt à travers le pays n’ont aucun sens. "

Dans certaines régions, par exemple, «il pleuvait» un des jours où les alertes ont été déclenchées.

Hier (jeudi), dans certaines parties du nord, les températures étaient au milieu des années 20 – mais à cause d’un autre «état d’alerte» national (appliqué jusqu’à minuit aujourd’hui), tout travail dans les forêts du nord a dû cesser.

"Nous ne pouvons tout simplement pas le comprendre", a déclaré Serra Ramos à l'agence de presse Lusa. "Le risque d'incendie n'est pas le même toute la journée, ce n'est pas le même toutes les heures et n'est pas le même dans toutes les régions"

Dans le nord, hier, il n'y avait pas de vent, a-t-il dit, pas de températures élevées – rien n'empêchait les entreprises de faire des travaux de défrichement saisonniers pour lesquels elles ont embauché du personnel et qui sont nécessaires pour les plantations de terres en octobre, novembre et décembre.

ANEFA représente environ 2 000 entreprises, explique Lusa. La crainte de Pedro Serra Ramos est qu’à moins qu’ils ne soient autorisés à travailler «il y aura tôt ou tard un flot d’insolvabilité, augmentant considérablement le taux de chômage – et tout cela dans un secteur qui a les conditions pour travailler».

«L'Etat ne doit pas être en mesure d'empêcher les entreprises de travailler pour se prémunir contre la possibilité d'un incendie», a-t-il souligné. «S'il veut aller à ces extrêmes, il peut aussi bien empêcher les gens de conduire leur voiture».

«Nous sommes dans une situation de détresse inimaginable», a expliqué Serra Ramos, car à cette période de l'année, de nombreuses entreprises louent des logements à des travailleurs saisonniers. «Qui va payer pour ça?»

Selon Lusa, les préoccupations de l’ANEFA ont été adressées aux ministères de l’administration de l’intérieur et de l’environnement, ainsi qu’au président de la République, mais «n’ont pas encore reçu de réponse».

Au moment de la mise en ligne de ce texte, le gouvernement a prolongé la dernière «situation d’alerte» à «la fin de dimanche».

L’annonce soulignait que certaines activités dans les zones rurales telles que «l’alimentation du bétail, la taille, l’irrigation, l’extraction du liège, la collecte du miel et des cultures agricoles, etc.» étaient toutes autorisées tant qu’elles ne constituaient pas un risque d’incendie.

natasha.donn@algarveresident.com