Les conclusions sont issues de la deuxième partie de l’étude « Pratiques de lecture des élèves de l’enseignement fondamental et secondaire », développée par le Plan national de lecture et par le Centre de recherche et d’études en sociologie de l’ISCTE-IUL, qui a porté sur les élèves de 1ère. 2ème cycle.

Les résultats les plus récents confirment une tendance que l’analyse des 3e et secondaire, publiée en septembre, indiquait déjà : ce sont les plus jeunes et les filles qui aiment lire le plus, et à mesure que les élèves avancent dans les niveaux d’enseignement, la lecture mérite moins et moins d’espace dans le temps libre.

En regardant les données des 12 842 élèves interrogés de la 3e à la 6e, la grande majorité des élèves déclarent aimer ou apprécier beaucoup la lecture de livres (83,3% en 1er cycle et 79,7% en 2e cycle) et pour les plus jeunes, la lecture est avant tout amusante.

A ces âges, la différence entre elles et eux est déjà perceptible et au 2e cycle par exemple, alors que 28,6 % des filles lisent tous les jours, seuls 14,6 % des garçons font de même.

Les garçons sont moins enthousiastes à l’idée de lire dès le plus jeune âge : Au 1er et 2e cycles, seulement 7 % des filles avouent lire seulement quand elles y sont obligées, et chez les garçons ce pourcentage passe à 15,1 % (1er cycle) et 17 % (2e cycle).

À l’opposé, 56,8 % des filles de 5e et 6e année déclarent que lorsqu’elles commencent à lire, elles ne peuvent pas s’arrêter, ce que seulement 38,8 % des garçons ressentent.

Lorsque les résultats de cette deuxième partie de l’étude sont comparés à ceux de la première, consacrée au 3e cycle et au secondaire, non seulement la différence entre les garçons et les filles devient plus évidente, mais surtout entre les élèves plus jeunes et plus âgés.

Du 2e au 3e cycle, le pourcentage d’élèves qui ne lisent que par obligation fait plus que doubler, passant de 11,9 % à 25 %, chiffre qui se redouble dans l’enseignement secondaire.

La tendance à moins aimer lire se reflète également dans le nombre de livres lus au cours de la dernière année et si la majorité des élèves entre la 3e et la 6e ont lu au moins cinq livres en 12 mois, à partir de la 7e année. ce nombre.

Au moment de l’enquête, seuls 31,9% des élèves du 3e cycle et 25,4% des élèves du secondaire lisaient un livre, un nombre inférieur aux 55,3% du 1er cycle et 58,3% du 2e cycle.

Pendant la période de confinement imposée en raison de la pandémie de covid-19, les élèves ont augmenté leur lecture de livres, mais pas tous, et donc l’écart entre les plus jeunes et les plus âgés, et entre les garçons et les filles, s’est accentué, depuis, quand ils avaient rester à la maison, ceux qui aimaient lire ont commencé à le faire encore plus.

Au-delà de ces différences, l’étude publiée aujourd’hui confirme également l’influence du contexte familial et l’incitation à la lecture, vérifiant un lien entre les pratiques des élèves et le rapport de la famille à la lecture.

Cette association se répète à plusieurs niveaux, y compris dans la relation des élèves avec la bibliothèque scolaire : Les élèves qui utilisent le plus les bibliothèques scolaires pour lire et emporter des livres sont aussi ceux qui ont le plus de livres à la maison.

D’autre part, on constate également un affaiblissement du rapport des familles à la lecture tout au long des cycles d’enseignement, situation qui, pour les chercheurs, accroît la complexité du défi posé aux écoles et le renforcement des investissements dans la promotion des pratiques de lecture. pour les jeunes et les adultes.

Dans le contexte scolaire, l’étude met en évidence l’impact des activités liées à la lecture et à l’écriture développées en classe sur les pratiques de lecture des élèves, puisque plus l’exposition à ces activités est importante, plus le nombre de livres lus est important.

MYCA // JMR

Le contenu Les élèves ont tendance à lire de moins en moins avec l’âge, en particulier les garçons, selon une étude publiée pour la première fois dans Visão.