Dans une mise à jour de sa "liste rouge" des espèces menacées, l'UICN a renforcé l'alerte aux risques auxquels sont confrontés ces primates, popularisés par le film d'animation de DreamWorks "Madagascar", considérant qu'ils sont de plus en plus en danger.

La «liste rouge» divise les espèces menacées d'extinction en catégories «vulnérables», «en danger» et «en danger critique d'extinction», cette dernière impliquant les espèces les plus proches de l'extinction.

Environ 33 espèces de lémuriens, qui ne vivent qu'à Madagascar, sont "en danger critique d'extinction" et 98 pour cent des animaux sont considérés comme "en danger".

«Nous avons maintenant moins de 10% de la forêt d'origine à Madagascar. Donc, bien sûr, cela a un impact énorme sur les espèces qui dépendent de ces forêts, comme les lémuriens », a déclaré Craig Hilton-Taylor, responsable de la« liste rouge »de l'UICN.

L'organisation environnementale basée en Suisse met également en garde contre le risque imminent d'extinction des baleines noires de l'Atlantique Nord, qui se retrouvent de plus en plus emmêlées dans les filets de pêche, mais aussi après des collisions avec des navires.

Craig Hilton-Taylor soutient qu'il s'agit d'un résultat direct du changement climatique, qui aurait poussé ses schémas migratoires sur les routes de navigation vers le nord.

Selon le responsable de l'UICN, moins de 250 baleines de l'Atlantique Nord étaient en vie en 2018, marquant une baisse de 15% depuis 2011.

Presque tous les 30 décès de baleines ou blessures graves confirmés par des causes humaines entre 2012 et 2016 étaient dus à l'enchevêtrement dans des filets de pêche.

La «liste rouge» évalue la situation d'environ 6 000 espèces les plus menacées, mais souligne également que sur les 120 000 espèces de plantes, d'animaux et de champignons évaluées, plus d'un quart sont menacées d'extinction.

"Nous entrons dans une sixième ère d'extinction et tout est dû aux activités humaines", a déclaré Craig Hilton-Taylor, citant l'introduction d'espèces dans des endroits où elles n'appartiennent pas, l'utilisation excessive des espèces, le nettoyage des forêts pour faire place à l'agriculture , urbanisation, pollution et changement climatique.

Dans l'ensemble, selon Hilton-Taylor, le rapport suggère que la pandémie de Covid-19 a entraîné une pause dans l'activité économique et humaine qui a un impact sur la faune.

«L'espèce peut être sauvée. C'est notre chance de vraiment transformer la société », a-t-il défendu.

CFF // JH

Le contenu Les écologistes mettent en garde contre la menace d'extinction des lémuriens à Madagascar apparaît pour la première fois dans Vision.