Le président du comité exécutif (PDG) de la BCP, Miguel Maya, a qualifié aujourd’hui les contributions nationales exigées des banques de « charge insupportable » et exclu une réduction des commissions.

Evoquant les 62,2 millions d’euros qu’il a versés par la banque au premier semestre de cette année, au titre des cotisations obligatoires, Miguel Maya les a considérées comme « une charge insupportable » qui « porte atteinte à la compétitivité de la banque » en matière de compétitivité dans la zone euro. .

Le PDG de la BCP a répondu à une question liée à la taxation des soi-disant « bénéfices tombés du ciel », soulignant que la vie de la banque au cours de la dernière décennie a été « d’être prise avec de très lourdes charges » tombées du ciel « . ”.

« Je ne sais pas ce que seront les bénéfices tombés du ciel pour la BCP », a-t-il déclaré, indiquant que le rendement du capital de la banque était inférieur à 3%, un résultat affecté par les prélèvements obligatoires prélevés sur le secteur bancaire, à savoir la contribution extraordinaire, la contribution de solidarité et la contribution au fonds de résolution.

Interrogé pour savoir si, au vu des résultats obtenus au cours de ce premier semestre, la banque envisageait de réduire les commissions facturées aux clients, Miguel Maya a indiqué qu’il ne s’attend à « aucune réduction des commissions », soulignant également que la valeur de celles-ci est adéquate pour les coûts du service rendu à la banque.

« Notre préoccupation est que la commission soit prélevée sur des services dont la valeur est perçue par le client », a-t-il dit, rappelant que, comme pour d’autres entreprises, la banque n’est pas non plus à l’abri de l’impact de l’inflation.

Millennium bcp a réalisé un bénéfice de 74,5 millions d’euros au premier semestre, en hausse de plus de 500% par rapport aux 12,3 millions d’euros enregistrés au premier semestre 2021, a-t-il été publié aujourd’hui.

Selon la présentation des résultats, les comptes entre janvier et juin ont été impactés par la hausse des revenus « core » [negócio principal] du groupe de 22,7 %, atteignant 1 372,7 millions d’euros au premier semestre de l’année en cours, principalement en raison de la hausse des revenus nets d’intérêts, et d’une gestion « stricte » des charges d’exploitation (+1,5 %), du fait des cotisations obligatoires pour le secteur bancaire au Portugal de 62,2 millions et par Bank Millennium, l’opération en Pologne.

En ne comptant que le Portugal, le résultat net s’élève à 174,5 millions d’euros, « une augmentation significative » par rapport au premier semestre 2021, où il enregistrait 45,1 millions d’euros.

Au premier semestre 2022, les commissions nettes ont augmenté de 9,8% par rapport à la même période en 2021, atteignant 387,6 ​​millions d’euros, les commissions bancaires augmentant de 11,2% à 332,7 millions d’euros.

LT (AAT) // MSF