L'Inspection générale des finances a trouvé des preuves d'évasion fiscale d'environ 437,8 millions d'euros de revenus potentiellement non imposés des contribuables de la catégorie B avec une comptabilité organisée et suggère des limites d'accès au régime.

Les situations et la valeur des revenus potentiellement non taxés sont l'une des conclusions auxquelles est parvenu l'Inspection Générale des Finances (IGF) lors d'un audit pour vérifier l'efficacité du contrôle de l'Autorité Fiscale et Douanière (AT) avec les contribuables qui perçoivent des revenus de la catégorie B de l'IRS, mais qui font partie du régime comptable organisé.

Il s'agit, par exemple, de professionnels libéraux, et le régime comptable organisé est obligatoire pour ceux qui facturent plus de 200 milliers d'euros par an et facultatif pour ceux qui facturent en dessous de ce montant, mais ne veulent pas rester dans le régime simplifié – dans lequel l'administration fiscale suppose en charge de l'activité un certain pourcentage du revenu déclaré.

Dans cet audit, centré sur l'exercice biennal 2015/2016 et dont le rapport est désormais rendu public, «des preuves solides d'évasion fiscale qui, sur la période contrôlée, pourraient s'élever à 437,8 millions d'euros de revenus potentiellement non imposés» ont été identifiées.

En cause, souligne l'IGF, des situations de «sous-facturation ou sous-évaluation des stocks, des coûts de fournitures et de services externes supérieurs aux revenus, pas d'augmentation de la déclaration IRS modèle 3 des coûts non acceptés à des fins fiscales et omission de taxes liées à la fiscalité autonome».

En plus de la partie du revenu qui restera non imposée, en raison de la réduction indue du revenu imposable, certains de ces contribuables «ont indûment accédé aux avantages sociaux et aux avantages sociaux».

Il convient de rappeler que l'accès à certaines prestations sociales, telles que les allocations familiales ou le paiement mensuel des crèches et jardins d'enfants remboursés par la Sécurité sociale, par exemple, dépend du montant des revenus déclarés par le ménage.

Au cours de l'exercice biennal 2015/2016, 90 000 contribuables ont été inclus dans cette catégorie, dont 90% avaient opté pour la comptabilité organisée. Mais alors que ceux du régime simplifié avaient un rendement fiscal moyen de 22,7% sur cette période, ceux de la comptabilité organisée ont affiché un rendement fiscal compris entre 6,5% et 8%.

Différence qui, selon l'IGF, "représente une perte potentielle pour le trésor public de 1 250 millions d'euros / an de revenus imposables".

Cette situation a conduit l'IGF à proposer au gouvernement des limitations d'accès au régime comptable organisé en plus du montant de facturation annuel (200 milliers d'euros).

«Il a été proposé au gouvernement (…) que l'accès au régime soit limité aux SP (contribuables) qui développent une activité économique structurée et, à savoir, disposent d'immobilisations corporelles liées à l'activité, à l'exception des véhicules légers, d'une valeur supérieure à 30 mille euros, au moins un travailleur et un chiffre d'affaires de plus de 200 mille euros, afin de réduire les niveaux d'évasion fiscale et d'augmenter les recettes fiscales », indique le rapport.

Contrairement à ce qui se passe dans le régime simplifié, en comptabilité organisée, les contribuables peuvent présenter des dépenses d'activité et déduire la taxe en amont.

Au cours de cet audit, IGF a également détecté des échecs de validation entre l'enregistrement et les déclarations de revenus de ces contribuables (annexe C) et a constaté que 7% n'avaient pas fourni d'informations commerciales simplifiées (EES), une violation qui n'a pas été sanctionnée par AT.

"L'analyse des risques effectuée par AT s'est limitée au croisement automatique des informations de l'annexe C du modèle 3 de l'IRS, avec les déclarations accessoires de revenus et de rétentions et avec la facture électronique", indique le document, faisant référence à cette procédure. révélé «très insuffisant en ce qui concerne l'analyse des résultats de l'activité et le calcul correct de l'assujettissement à l'aide des informations d'IES».

Ayant conclu que le contrôle exercé par AT sur ces contribuables "n'a pas été efficace, avec des preuves solides d'une réduction indue des éléments imposables", l'IGF propose que des indicateurs d'analyse des risques soient créés à partir de l'IES et du relevé mensuel des rémunérations, afin de détecter des preuves de sous-facturation ou d'érosion excessive du revenu imposable.

Dans le même temps, il défend une analyse et une correction des situations anormales dans le cadre de la TVA et de celles qui dénotent l'existence de signes d'irrégularité dans le calcul du revenu imposable.

LT // CSJ

Le contenu Les contributeurs avec une comptabilité organisée auront omis 437,8 ME de revenus – IGF apparaît en premier dans Visão.