Selon la liste publiée aujourd’hui par l’organisation de la 34e Biennale de São Paulo, les deux artistes rejoignent la Portugaise Luisa Cunha, dont le nom avait été annoncé en novembre de l’année dernière.

La grande exposition collective d’art contemporain qui porte le nom d’un vers de Thiago de Mello, datée de 1965, a la curatelle générale de Jacopo Crivelli Visconti, et était initialement prévue pour septembre 2020.

Cependant, l’exposition a subi des ajustements et des changements qui se sont multipliés en raison de la pandémie de covid-19, et est maintenant prévue pour la période du 4 septembre au 5 décembre de cette année.

L’année dernière, Luisa Cunha a marqué le retour de la présence portugaise dans l’exposition brésilienne, avec une œuvre insérée dans un collectif d’artistes qui présentait des œuvres au Pavilhão Ciccillo Matarazzo, dans le cadre de l’exposition «Vento», qui faisait déjà partie de le programme 34. Biennale de São Paulo. L’annonce a été faite à l’époque par la direction générale des arts (DGArtes), qui soutient la participation portugaise, à travers un accord de coopération internationale.

Les 21 artistes ont présenté des œuvres dématérialisées, en œuvres vidéo et sonores, dans le bâtiment du parc d’Ibirapuera.

L’artiste portugaise Luísa Cunha s’est toutefois distinguée, en avril de cette année, avec le Grand Prix Fundação EDP Arte 2021, d’un montant de 50000 euros, créé pour consacrer des artistes plasticiens à une carrière consolidée et historiquement pertinente, dont le travail contribue pour affirmer et étayer les tendances esthétiques contemporaines au Portugal.

Le jury a décidé à l’unanimité d’attribuer ce prix à l’artiste, né à Lisbonne, en 1949, «mettant l’accent sur l’originalité, l’audace expérimentale, la multidisciplinarité et le pionnier dans l’utilisation de nouvelles langues, et soulignant son influence sur les jeunes générations», comme l’indique la Fondation EDP.

Selon Jacopo Crivelli Visconti, conservateur général de la 34e Biennale de São Paulo, «Vento» a été créé pour servir d’index de cette édition de la Biennale, en ce sens qu’il souligne certains des thèmes qui seront développés dans l’exposition de cette année ».

«L’exposition inaugure la dynamique d’organisation des œuvres autour d’énoncés, objets aux histoires complexes qui suggèrent des lectures aux multiples facettes, qui se développera dans l’exposition collective de 2021. Dans ‘Vento’, la curatelle utilise deux de ces affirmations pour créer des résonances et des échos : l’Ouro Preto Bell et les chants ‘tikmu’un’ », a-t-il expliqué.

L’équipe curatoriale de cette édition de la biennale est également composée de Paulo Miyada (commissaire adjoint) et Carla Zaccagnini, Francesco Stocchi et Ruth Estévez (commissaires invités).

La 34e édition de la Biennale de São Paulo s’intitule «Make it dark, but I sing», vers du poète amazonien Thiago de Mello, à travers lequel le spectacle reconnaît «l’urgence des problèmes qui défient la vie dans le monde actuel» et revendique «le besoin de l’art comme champ de rencontre, de résistance, de rupture et de transformation».

Ce qui est considéré comme le plus grand événement d’art contemporain d’Amérique latine et l’une des principales expositions du circuit artistique international, a déjà rassemblé, depuis 1951, plus de 16 mille artistes et 17 millions de visiteurs.

Outre Luísa Cunha, Mariana Caló et Francisco Queimadela, l’exposition présentera des œuvres d’artistes de différentes nationalités, des cinq continents, tels que Abel Rodríguez, Alice Shintani, Beatriz Santiago Muñoz, Belkis Ayon, Christoforos Savva, Clara Ianni, Daniel Paula, Deana Lawson, Edurne Rubio, Eleonora Fabião, Frida Orupabo, Gala Porras-Kim, Giorgio Griffa, Guan Xiao, Hanni Kamaly, Hélio Oiticica, Jacqueline Nova, Jaider Esbell, Kelly Sinnapah Mary, Koki Tanaka, Lasar Segall et Lydia Ourahmane.

Sont également participants Manthia Diawara, Marinella Senatore, Nalini Malani, Naomi Rincón Gallardo, Olivia Plender, Oscar Tuazon, Paulo Kapela, Pia Arke, Regina Silveira, Roger Bernart, Sebastián Calfuqueo Aliste, Sueli Maxacali, Sung Tieu, Tamara Henderson, Trajal Harrell, Uýra Sodom, Victor Anicet, Ximena Garrido-Lecca, Yuyachkani, Yuko Mohri et Zina Saro-Wiwa.

AG (AL) // MAG