Les aéroports nationaux ont enregistré «une certaine reprise» des mouvements de passagers au troisième trimestre, mais ont maintenu des «niveaux très bas», avec des baisses de 71,5% et un total de 5,4 millions de passagers, par rapport à la même période, a annoncé aujourd'hui le INE.

«Le volume de passagers traités (embarquement, atterrissage et transit direct) dans les aéroports nationaux s'élève à 5,4 millions de passagers, soit une baisse de 71,5% par rapport au même trimestre de l'année (-97,4% au 2ème trimestre 2020)», montrant «une certaine reprise» par rapport au trimestre précédent, mais se maintenant «à des niveaux très bas par rapport à la même période de l'année précédente», a informé l'Institut national de la statistique (INE).

Au troisième trimestre de cette année, 32.100 avions commerciaux ont atterri dans les aéroports nationaux, ce qui représente une baisse d'une année sur l'autre de 52,9% (-91,1% au deuxième trimestre), conclut l'INE, dans le rapport d'activité Transport au troisième trimestre 2020.

Les mouvements de fret et de courrier aux aéroports nationaux se sont élevés à 32 400 tonnes (-39,0%, -57,4% au trimestre précédent), le nombre d'expéditions diminuant de 40,9% (-62,1% au trimestre précédent). deuxième trimestre) et les débarquements ont diminué de 36,9% (-52,6% au trimestre précédent).

Au cours de la période sous revue, l'aéroport de Lisbonne était responsable de 39,7% du mouvement total de passagers (2,1 millions), après avoir diminué son expression de 9,3 points de pourcentage par rapport au même trimestre de l'année précédente.

L'aéroport de Porto enregistre le deuxième plus grand volume de passagers traités dans le pays (26,1%, +5,3 points par rapport à la même période), atteignant 1,4 million et représentant une baisse de 64,2% (-97,5 % au deuxième trimestre).

À l'aéroport de Faro, il y a eu un mouvement de 1,0 million de passagers (19,3% du total), ce qui correspond à une réduction de 70,1% (-98,8% au trimestre précédent).

Aux aéroports de Ponta Delgada et Funchal, les baisses ont été respectivement de 65,1% et 69,4% (-96,1% et -98,8% au deuxième trimestre, dans le même ordre).

Le trafic international a accueilli 4,1 millions de passagers (-73,2%; -97,5% au T2 2020), ayant concentré 77,4% du trafic total.

En analysant les pays d'origine et de destination des vols avec passagers, il a été constaté que, dans le trimestre sous analyse, la première position est occupée par la France, suivie par le Royaume-Uni, ce qui correspond à une inversion de positions vis-à-vis du même trimestre.

Concernant le transport de voyageurs par chemin de fer et par métro, les baisses des mouvements de passagers ont été moins marquées: -40,3% et -51,3%, respectivement, après des baisses de 70,5% et 76,3% au trimestre précédent.

Ainsi, 27,6 millions de passagers ont été transportés par chemin de fer et 31,6 millions par métro.

Le transport terrestre de passagers a diminué de 36,8% (-72,4% au deuxième trimestre), atteignant 4,5 millions de passagers.

Le fret aérien et terrestre enregistre des baisses moins prononcées par rapport au trimestre précédent: -39,0% dans le transport aérien (-57,4% au deuxième trimestre), -5,3% dans le transport ferroviaire (-14 , 2% au trimestre précédent) et -3,5% dans le transport routier (-26,5% au trimestre précédent).

À l'inverse, dans le transport maritime, il y a eu une augmentation résiduelle de 0,2%, après une baisse de 22,6% au trimestre précédent.

Le port de Sines a traité 10,4 millions de tonnes de marchandises, correspondant à une hausse de 20,9%, inversant la variation négative (-20,8%) enregistrée sur les mois d'avril, mai et juin.

Enfin, le transport de marchandises par pipeline s'est redressé au cours des mois de juillet, août et septembre, en baisse de 28,8% (-56,5% au deuxième trimestre) pour atteindre 575,3 milliers de tonnes, le diesel étant le le produit le plus transporté (63,5% du total) et le transport de JetA1 (carburant pour avions à réaction) enregistrent la plus forte baisse (-72,5%; -89,4% au trimestre précédent) », la lente reprise du secteur aéronautique », a conclu l'INE.

MPE // MSF