Les données ont été publiées aujourd'hui dans un communiqué après la première session ordinaire du CNVT – Conseil national de la circulation et de la gestion du trafic, dirigé par le vice-président de l'Angola, Bornito de Sousa.

Selon le bilan des accidents de la route en Angola au premier semestre, de janvier à juin, il y a eu 206 morts en moins, 578 blessés en moins et 634 accidents de la route en moins par rapport à la même période l'an dernier.

Depuis mars de cette année, en raison de la pandémie de covid-19, plusieurs restrictions à la mobilité ont été imposées, y compris interprovinciales, avec Luanda toujours sous clôture sanitaire.

Ces indicateurs, souligne la note, reflètent l'objectif de réduction des décès et des blessures dus aux accidents de la route, à un moment où les accidents continuent d'être la deuxième cause de décès, après le paludisme, en Angola.

Sur le total des accidents enregistrés au cours de la période sous revue, 35% ont été causés par des accidents de piétons, 18% par des collisions entre voitures et motos, 15% par des collisions entre voitures, 10% par des collisions, 7% par des renversements et un pourcentage égal par des collisions entre motos, 6 % pour les collisions contre des obstacles fixes et 2% pour les accidents avec des caractéristiques particulières.

La province de Luanda, capitale de l'Angola arrive en tête du classement des accidents (898), des morts (238) et des blessés (896), suivie de Huambo (360 accidents, 83 morts et 374 blessés), Huíla (343 accidents) , 68 morts et 338 blessés), Benguela (339 accidents, 67 tués et 451 blessés) et Bié (238 accidents, 46 tués et 349 blessés).

Lors de la réunion, la conception du nouveau modèle de permis de conduire a également été appréciée, qui vise à répondre aux recommandations des normes d'intégration régionale, et il est prévu qu'il apportera, entre autres innovations, une base de données d'utilisateurs, qui permettra la lecture des limitations médicales, administratives ou légales applicables à son titulaire.

La proposition de nouveau permis de conduire prévoit également l'inclusion d'informations sur la résidence du titulaire du document, la date à laquelle l'examen a été effectué et les éléments de sécurité.

"Cependant, pour sa mise en œuvre, il sera nécessaire de changer le système actuel de délivrance de permis de conduire fonctionnel", indique le communiqué, notant qu'au cours de la réunion, le projet sur les procédures d'enregistrement et de contrôle des victimes d'accidents de la route a également été analysé. dans les bureaux de santé et le formulaire d'enregistrement pour le contrôle des victimes d'accidents.

Ce diplôme, qui vise à réglementer les procédures d'enregistrement et de contrôle des victimes d'accidents de voiture assistées dans les établissements de santé jusqu'à 30 jours après l'événement, vise le contrôle efficace des personnes qui ne meurent pas sur les lieux de l'accident et qui peuvent survenir. à l'hôpital, pas généralement dans les statistiques.

Selon les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les victimes qui décèdent dans les 30 jours dans les unités hospitalières doivent avoir des accidents de la route comme cause de décès.

La CNVT a également été informée du projet d'entretien et de conservation des routes, associé au programme de réhabilitation des infrastructures routières, qui prévoit l'entretien et la conservation de 14 199 kilomètres de routes primaires, 7 000 de routes secondaires et 4 507 de routes tertiaires.

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme de réhabilitation des infrastructures routières, le plan de sauvetage routier a couvert un réseau routier de 1 824 kilomètres, dont 223 pour la réhabilitation profonde et 1 601 pour l'entretien et la conservation.

«Avec un réseau national configuré dans une extension de 76 000 kilomètres de routes, dont 25 806 du réseau fondamental, 17 199 du réseau complémentaire et 32 ​​995 du réseau tertiaire, le programme de sauvetage routier prévoit la conservation de 1 770 kilomètres, la récupération de segments du réseau primaire et secondaire dans un état avancé de dégradation », lit-on dans la déclaration.

Le décret présidentiel qui approuve le règlement sur la cession d'immatriculation, le numéro de plaque d'immatriculation des véhicules et le registre national d'immatriculation, dont la matérialisation vise le premier trimestre 2021, méritait également une analyse par les participants à la réunion.

NME / RCR // LFS