Selon le jury du concours, présidé par le professeur de l’Université de Minho Sérgio Guimarães de Sousa, ce livre d’Ana Luísa Amaral « se démarque » des autres candidats « car, dans un dialogue artistique intense avec des œuvres majeures de la peinture, il réécrit de manière intime et éclatante des épisodes bibliques emblématiques ».

« Ana Luísa Amaral est l’une des grandes voix poétiques de la contemporanéité », a ajouté le jury, qui comprenait également le professeur de l’Université de Madère Ana Isabel Moniz et le conseiller pour la Culture de la municipalité, Isidro Gomes de Araújo.

L’écrivaine est distinguée par le prix Francisco de Sá de Miranda environ deux semaines après que sa carrière a été reconnue par le prix Reine Sofia de poésie ibéro-américaine, décerné par le Patrimoine national d’Espagne et l’Université de Salamanque.

Cette deuxième édition du Prix littéraire Francisco de Sá de Miranda, promu par la municipalité d’Amares, à travers le Centro de Estudos Mirandinos, pour des œuvres d’écrivains lusophones, avait 202 candidats, six des Açores, deux d’Espagne, trois de France, un du Mozambique, 49 du Brésil et 141 du Portugal.

Le jury a souligné le nombre élevé d’œuvres reçues, principalement du Portugal et du Brésil.

Le prix, d’un montant de 7 500 euros, devrait être remis à l’écrivain dans le courant du mois de juillet.

Née à Lisbonne en avril 1956, l’écrivain et professeur d’université Ana Luísa Amaral, traductrice de romanciers et poètes, vit à Leça da Palmeira depuis l’âge de 9 ans et a reçu de multiples distinctions tout au long de sa carrière, la plus récente étant le Prix Vergílio Ferreira , de l’Université d’Évora, le prix espagnol Leteo, de la Direction de l’action et de la promotion culturelles de Leão, et le Prix Reine Sofia de poésie ibéro-américaine, qui reconnaît la contribution significative d’une œuvre poétique au patrimoine culturel de cet univers.

Ana Luísa Amaral, « l’une des poètes les plus pertinentes de notre temps », aborde, dans son ouvrage, traduit en plusieurs langues, « la mémoire et la revendication du féminisme portugais », a souligné le jury du prix Vergílio Ferreira 2021, présidé par le L’Espagnol Antonio Sáez Delgado , qui considérait l’écrivain « l’une des voix les plus importantes des lettres portugaises des trois dernières décennies ».

L’année dernière, l’association des Livrarias de Madrid a décerné le prix du livre de l’année, dans le domaine de la poésie, à l’édition espagnole de « What’s in a name », de l’écrivain portugais.

Docteur en littérature nord-américaine de la Faculté des arts de l’Université de Porto, où elle a été professeur, Ana Luísa Amaral a publié des dizaines de titres de poésie, depuis « Minha Senhora de Quê » (1990), en plus d’avoir écrit du théâtre, fiction et plusieurs livres pour l’enfance.

Son œuvre est traduite et publiée dans plusieurs langues et pays, ayant remporté de nombreuses distinctions, telles que le Prix littéraire Cadernos de Escritas, le Prix Letterario Poesia Giuseppe Acerbi et le Grand Prix de poésie de l’Association des écrivains portugais.

Son travail est publié au Portugal par Assírio & Alvim.

La première édition du Prix littéraire Francisco de Sá de Miranda, en 2019, a distingué l’écrivain Nuno Júdice, pour le livre « O Mito de Europa », publié par Dom Quichotte.

MAG (FPB/TDI/RRL) // MDR

L’écrivain de contenu Ana Luísa Amaral remporte le prix littéraire Francisco de Sá de Miranda apparaît en premier dans Visão.